Actualités
|
Publié le 24 Février 2012

L’antisémitisme sous le masque de l’amour des animaux

Tout a commencé  par un banal autocollant affiché sur un mur du métro qui a retenu mon attention. On y voit un bœuf égorgé  avec cette mention « Halal-Casher pas de quoi être fier ! Egorgé à vif, l’animal peut souffrir 14 minutes. ».

 

Parallèlement, dans les médias, on a assisté à une polémique pré électoraliste bien orchestrée. Es ce un ballon  de baudruche  qui va se dégonfler ?  Qu’importe, le message est passé. Sous couvert de respect du droit des animaux, l’effet boule de billard a eu lieu car ne nous leurrons pas ce sont  les Musulmans et les Juifs qui sont stigmatisés une fois de plus.

 

Rappelons les faits. La convention européenne sur la protection des animaux à l’abattoir (Convention européenne du 10 mai 1979, RS 0.458) interdit tout abattage sans étourdissement préalable, mais autorise chaque Etat membre à prévoir d’éventuelles dérogations, notamment dans le cadre de l’abattage rituel pour respecter les règles dictées par les religions. En conséquence, les Juifs pratiquent l’abattage rituel ou shehita dans les abattoirs selon des règles précises.  Toutefois cette pratique suscite des éructations verbales parmi les amis des animaux depuis de nombreuses années. Mais cela n’est pas nouveau.

 

Les Nazis ont interdit la shehita

 

N’oublions pas que les Nazis ont promulgué le 24 novembre 1933 une loi de protection de l’animal (Tierschutzgesetz), qui stipulait dans une courte section intitulée «Tierquälerei», (torture ou tourment infligé(e) à l’animal): « Il est interdit de tourmenter inutilement un animal ou de le maltraiter brutalement ». Dans la droite lignée de cette loi mise en place sous la pression des groupes de soutiens à la cause animale, il a été promulgué d’abord l’interdiction de la vivisection puis  l’interdiction totale de la shehita  en 1936 dans l’Allemagne nazi. La Pologne en 1936, puis l’Italie en 1938 ont emboité le pas au régime hitlérien toujours sous le prétexte d’épargner la souffrance des animaux.  Plus tard, le 3ème Reich a imposé cette interdiction sur l’ensemble des pays occupés.

 

La revanche des antisémites suisses

 

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, cette interdiction a été levée dans la plupart des pays. En revanche, certains pays comme la Suède, la Norvège, l’Islande et la Suisse et tout récemment la Hollande disposent d’une législation interdisant L’abattage sans étourdissement, ce qui revient par voie de conséquence à interdire la shehita. Voyons un peu de plus près certains de ces pays montrés en modèle par les sociétés soutenant la cause animale.

 

Prenons la Norvège le pays du bon saumon fumé.  Depuis 1929, ce pays a voté à une large majorité parlementaire l'interdiction de la shehita. Cela n’empêche pas ce pays de massacrer 500 baleines par an alors qu’un maximum quelques dizaines de vaches par an suffiraient pour la minuscule communauté juive norvégienne.

 

Prenons la Hollande le pays du gouda. Depuis juin 2010, une modification de la loi a été introduite par le Parti pour les Animaux (PvdD), qui dispose de deux sièges de députés sur 150, et permis l’adoption  par une large majorité de la chambre basse du Parlement (par 116 voix contre 30). Cela n’empêche pas ce pays de liberté de tolérer que des prostitués pratiquent l’abattage dans des conditions limites  dans le quartier De Wallen, la célèbre "zone rouge" d'Amsterdam.

 

Prenons la Suisse le pays de l’Emmenthal.  Ce n'est qu'en 1874, plus d'un siècle après la Révolution Française et la déclaration universelle des droits de l'homme, que ce pays a accordé l'émancipation aux juifs. Il convient de rappeler qu’il a fallu la pression de la France et déjà celle des Etats-Unis pour qu'ils soient reconnus en tant que citoyens à part entière. Une des première initiative populaire qui permet à un nombre donné de citoyens ayant le droit de vote de faire une proposition de loi a été lancée en 1893 et portait sur… l’interdiction de l'abattage rituel. La protection des animaux n'avait alors joué qu'un rôle mineur. On sait que ceux qui étaient à l’origine de cette loi était des groupuscules suisses antisémites dont l’objectif était clair: annuler la décision d'émancipation en incitant les Juifs à quitter ce pays.

 

Qu’en est t-il en France ?

 

72% des français désapprouvent la dérogation permettant de ne pas étourdir les animaux (Sondage IFOP « Les Français et l'étourdissement des animaux avant leur abattage », réalisé du 8 au 10 décembre 2009 sur un échantillon de 1015 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus) Cela ne veut pas dire que 72% des Français sont antisémites ou racistes. Mais comme toujours cette frange importante de la population dont les sentiments sont avant tout de protéger la condition animale fait l’objet d’une instrumentalisation par certains esprits mal intentionnés. Pour s’en rendre compte il suffit de se rendre sur les blogs où les écrits ont un relent antisémite et raciste nauséabond beaucoup plus insupportable que les photos et les descriptions grotesques mentionnant des animaux ligotés renversés en tirant sur des cordes, ou encore des scènes d'agonie durant de longues minutes, avec des rejets alimentaires et des meuglements épouvantables. Le phénomène n’est pas nouveau et nos coreligionnaires avaient été obligé de s’opposer il ya 76 ans à ceux qui distillaient sournoisement le venin antisémite sous couvert d’amour des animaux. C’est ainsi que dans le principal journal de la communauté juive française, L'Univers Israélite, il a été publié le 13 mars 1936 un article dont le titre était «L'antisémitisme sous le masque de la zoophilie»….

 

Dr Bruno Halioua

Secrétaire Général de l’Association des Médecins Israélites de France (AMIF)

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.