Tribune
|
Published on 15 April 2013

En ce Jour de notre Indépendance, le combat pour la paix se poursuit avec force!

 

Par Freddy Eytan

 

Cette année nous célébrons le 65e anniversaire de notre indépendance, mais notre combat pour aboutir à la paix avec nos voisins arabes est loin d’être achevé. Comme chaque année nous célébrons le Yom Haatsmaout, au lendemain du Yom Hazikaron, et une semaine après les cérémonies du souvenir de la Shoah. Ces grands événements de l’histoire de notre peuple seront toujours liés et soudés dans notre mémoire collective. Ils marquent à la fois nos douleurs, nos souffrances, notre délivrance et notre espérance. Nous pensons au passé et à nos chers disparus de la guerre et ceux tombés aux combats, mais aussi à notre avenir, à nos enfants et aux générations futures.

 

Le peuple israélien demeure unique, riche de sa jeunesse, de sa diversité et de son histoire trimillénaire. Nous avons accompli un long et pénible chemin pour pouvoir accéder à notre indépendance. Nous pouvons être fiers d’avoir réussi, d’avoir le privilège d’appartenir à cette génération qui a vu et observé Israël en marche. Toutefois, nous ne devons toujours compter que sur nous-mêmes, car les menaces sont toujours omniprésentes et des dirigeants de la planète, des groupes terroristes et des islamistes extrémistes et sanguinaires souhaitent notre disparition de la carte. En dépit de notre présence sur cette terre, ils nous ignorent et pensent que l’État juif est éphémère, une sorte de parenthèse de l’Histoire contemporaine. Eh bien, tous nos ennemis, tous nos détracteurs doivent savoir que nous sommes ici, dans le pays de nos ancêtres pour toujours, jusqu’à la fin des temps. Ils ne pourront jamais réécrire ou falsifier notre Histoire. 

 

Notre État a été construit par nos propres mains, par le sang, la sueur, la rage de vaincre et en versant des larmes. Nous avons fleuri le désert et séché les marécages. Des pionniers et des survivants de la Shoah, des hommes et des femmes venus de tous les pays et les continents ont forgé une société, une culture et une langue. Un exemple formidable et admirable que nul au monde ne pourra ignorer ou contester.

 

En 1948, certaines chancelleries furent sceptiques et affirmaient que notre État serait tué dans l’œuf par les armées arabes. En juin 1967, le général de Gaulle nous mettait en garde contre les menaces de Nasser, mais en dépit de l’embargo imposé, ce général aussi fut étonné et stupéfait par la victoire écrasante et spectaculaire de Tsahal durant la guerre des Six Jours.

 

Nous avons survécu et gagné toutes les batailles, dont la plus meurtrière, celle de Kippour, grâce toujours à notre foi inébranlable dans notre juste et noble cause.

 

Notre volonté est de fer et inépuisable et elle a rendu notre État fort et invulnérable. En 1948, nous n’étions que 600 000 âmes ; aujourd’hui notre population dépasse les 8 millions.

 

Enfin, nous avons aussi un grand privilège, unique au monde, car les communautés juives nous sont toujours solidaires et nous apportent un soutien incontestable et un réconfort fraternel.

 

En ce jour anniversaire,

 

Le CAPE de Jérusalem vous souhaite Yom Atsmaout Saméah!

Our social networks live

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.