Tribune
|
Published on 26 May 2014

La haine du Juif dans la capitale européenne

Par Freddy Eytan, ancien ambassadeur d’Israël, publié sur le site du Centre des Affaires Politiques et de l’Etat de Jérusalem le 25 mai 2014

Après l’assassinat à Paris du jeune Ilan Halimi en 2006, après la tuerie de Toulouse en 2012, voilà un nouvel attentat monstrueux au Musée juif de Bruxelles.

La haine antisémite, la bête immonde relève la tête et assassine lâchement des Juifs au cœur de l’Europe ! Nous avons la mémoire courte, car l’attentat à Bruxelles n’est pas le premier depuis la Seconde Guerre mondiale. Rappelons que le 3 octobre 1989, Joseph Wybran, Président de la communauté juive de Belgique (CCOJB), a été assassiné par un terroriste belgo-marocain du nom d’Abdelkader Belliraj, arrêté une décennie plus tard à Rabat.

Ce dernier acte de violence se déroule au moment même où des millions d’Européens de 28 pays vont aux urnes pour élire un nouveau Parlement, et le même jour où le Pape foule la Terre sainte et prononce la Bonne Parole en souhaitant un dialogue franc et sincère entre les trois religions monothéistes.

Hélas, la réalité dans l’Europe de 2014 est tout autre, car contrairement aux promesses des autorités locales, les actes antisémites augmentent chaque jour. Cette recrudescence dangereuse de plus de 30% en 2013 est le résultat d’une incitation à la haine permanente de la part de nos détracteurs. Des mensonges et des calomnies et des voix pour la délégitimation de l’Etat juif sont entendus par les prêcheurs dans les mosquées, par des professeurs dans les universités, dans certains médias  et sur les sites internet. Les réactions de consternation, effroi ou tristesse prononcées à Paris, Toulouse ou Bruxelles se font toujours entendre après les attentats, mais jamais avant. N’étaient-ils pas prévisibles ? Dieudonné et ses fidèles n’étaient-ils pas récemment à Bruxelles en concert? N’y a-t-il pas connivence dans la haine du Juif entre les militants de l’extrême-droite et ceux de l’extrême-gauche ? Entre antisémite, anti-israélien et antisioniste ?

Mohamed Merah, l’assassin de Toulouse, n’était sans doute pas une  bête solitaire, ni non plus le nouveau terroriste de Bruxelles qui court toujours dans la nature. Les services de Sécurité et de Renseignement européens sont en partie responsables des lacunes et des bavures.  Un million de musulmans vivent aujourd’hui en Belgique soit 8% de la population. Certes la majorité écrasante est loyale, mais il existe en son sein des extrémistes dangereux. Soulignons que plus de 300 Français et 200 Belges combattent dans les rangs des Islamistes en Syrie. Des dizaines d’entre eux sont retournés en Europe et préparent des attentats ! Les autorités ont le devoir de les arrêter et de les jeter en prison. L’Union européenne qui est préoccupée surtout par la question palestinienne ignore que l’ennemi numéro 1 est le djihad. Il a réussi à s’installer en Europe en raison surtout d’une politique négligente et bien naïve.  Cet ennemi de l’intérieur doit être combattu par tous les moyens avant que les capitales européennes ne redeviennent des plaques tournantes du terrorisme international. Si aujourd’hui des synagogues ou des musées sont les cibles des djihadistes, il n’est pas exclu que demain les églises deviendront des « cibles privilégiées » ! Le devoir primordial est de se mobiliser contre ces filières du djihad.  Contre ces jeunes terroristes convertis à l’islam, des mesures préventives sont impératives et les autorités belges comme françaises devraient prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des communautés juives. Rappelons enfin que les Juifs d’Europe qui ont souffert au fil des siècles des pogroms et de la terrible Shoah demeurent toujours fidèles aux valeurs universelles et respectent les lois républicaines à la lettre.

Our social networks live

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.