Marc Knobel

Historien. Directeur des Etudes au CRIF

Une constance dans la haine anti-israélienne : le Venezuela

12 May 2016 | 32 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Meyer Habib, il y a ceux qui l'aiment et ceux qui l'ont en exècre. Mais on ne peut en aucun cas tolérer un tel déferlement de haine antisémite.

Discours prononcé lors de la Plénière de clôture.

Gil Taïeb's picture
Blog du Crif - Hors Normes
|
18 October 2019
Catégorie : Actualité

Dans le cadre du match de foot qui doit opposer le RC Strasbourg au Maccabi Haïfa FC, le Préfet de la Région Grand-Est a publié ce matin un arrêté inquiétant et profondément dérangeant. Je me suis entretenu avec le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l'Intérieur, et avec le Directeur de Cabinet du Préfet du Bas-Rhin. Un nouvel arrêté devrait être publié, supprimant notamment l'interdiction des drapeaux nationaux et des signes de soutien aux deux équipes.

"Les juges d’instruction viennent enfin de rendre leur décision dans le meurtre barbare de Sarah Halimi, dans une ordonnance rendue le 12 juillet dernier. Elles estiment qu’il existe des "raisons plausibles" de penser que le discernement du suspect était "aboli" au moment des faits. Si elle est sans surprise, cette décision reste difficilement justifiable."

Ma réaction après l'annonce du report du vote de l'Assemblée nationale pour l'adoption de la définition de l'antisémitisme de l'IHRA. L'Assemblée nationale a également annoncé qu'avant d'être examinée, la proposition de résolution serait réécrite.

Pages

Antisémitisme

Meyer Habib, il y a ceux qui l'aiment et ceux qui l'ont en exècre. Mais on ne peut en aucun cas tolérer un tel déferlement de haine antisémite.

Discours prononcé lors de la Plénière de clôture.

"Les juges d’instruction viennent enfin de rendre leur décision dans le meurtre barbare de Sarah Halimi, dans une ordonnance rendue le 12 juillet dernier. Elles estiment qu’il existe des "raisons plausibles" de penser que le discernement du suspect était "aboli" au moment des faits. Si elle est sans surprise, cette décision reste difficilement justifiable."

Ma réaction après l'annonce du report du vote de l'Assemblée nationale pour l'adoption de la définition de l'antisémitisme de l'IHRA. L'Assemblée nationale a également annoncé qu'avant d'être examinée, la proposition de résolution serait réécrite.

Dans cette éditorial, je m'exprime sur la décision du parquet de Paris de s'opposer à l'incarcération d'Alain Soral. Une décision que je juge inacceptable.

Pages

Israël

Dans le cadre du match de foot qui doit opposer le RC Strasbourg au Maccabi Haïfa FC, le Préfet de la Région Grand-Est a publié ce matin un arrêté inquiétant et profondément dérangeant. Je me suis entretenu avec le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l'Intérieur, et avec le Directeur de Cabinet du Préfet du Bas-Rhin. Un nouvel arrêté devrait être publié, supprimant notamment l'interdiction des drapeaux nationaux et des signes de soutien aux deux équipes.

Pages

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

Quelques jours plus tard, l’ambassadeur a appelé son collègue israélien pour présenter des excuses[1]. Des excuses présentées, certes. Mais des excuses qui n’enlèvent en rien la gravité d’un tel propos, particulièrement méprisant, injurieux et scandaleux. Mais, de quoi s’agit-il en vérité ? Tout simplement d’une constante de la géopolitique vénézuélienne : la détestation et l’exécration d’Israël.

Une constante dans la haine

En 2006, le président Hugo Chavez avait annoncé avoir rappelé l’ambassadeur du Venezuela en Israël en raison de l’offensive de l’Etat hébreu au Liban, qu’il avait alors qualifié de « génocide ». « Cela provoque vraiment l’indignation de voir comment l’Etat d’Israël continue de bombarder, de tuer (…) avec toute la puissance qu’ils détiennent, avec le soutien des Etats-Unis », avait-t-il déclaré lors d’une allocution télévisée à l’issue d’une parade militaire dans l’Etat de Falcon, dans le nord-ouest du Venezuela, qualifiant par là-même les attaques israéliennes de « génocide ». Il faut rappeler ici que l’ex démagogue autoritaire vénézuélien avait déjà critiqué l’offensive israélienne contre le Hezbollah à plusieurs reprises, appelant les Nations-unies à agir pour mettre un terme aux violences. 

En visite en Iran, le 30 juillet 2006, Hugo Chávez, qualifié de « frère » par le président iranien avait déclaré que les opérations militaires israéliennes en cours au Liban sont comparables aux « actes d'Hitler », en évoquant le « fascisme israélien[2]». Il avait estimé également que l'Iran aurait le droit de disposer de l'énergie atomique civile, prenant ainsi parti en sa faveur dans les négociations qui opposent ce pays aux puissances occidentales.

Plus tard, le chef de file de la gauche radicale en Amérique latine, avait fustigé l'offensive terrestre israélienne à Gaza (2009), qualifiant l'Etat hébreu d'«assassin» et quelques heures après la Bolivie, le gouvernement du Venezuela avait rompu ses relations diplomatiques avec Israël. « Maudit sois-tu, Etat d'Israël », avait ensuite lancé le président vénézuélien en juin 2010, au cours d'une cérémonie publique où il avait une nouvelle fois condamné l'assaut israélien contre un bateau turc d'une flottille internationale en route pour Gaza. « Maudit sois-tu, Etat d'Israël! Maudit sois-tu, terroriste et assassin! Vive le peuple palestinien », avait-il lancé.

L’Iran et le Venezuela

Hugo Chavez est un « martyr » « pour avoir servi son peuple et protégé les valeurs humaines et révolutionnaires. » L’hommage est… de l’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui avait salué en octobre 2012 la réélection à la tête du Venezuela de son « frère ». 

Dès son arrivée au pouvoir, Hugo Chávez[3]-[4] a recherché des partenaires au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pour négocier un prix du baril le plus élevé possible », explique au Point (7 mars 2013), Jean-Jacques Kourliandsky, spécialiste de l'Amérique latine à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). « À ce titre, le rapprochement avec l'Iran correspondait à une convergence d'intérêts communs. » Les deux chefs d'État étaient d’ailleurs faits pour s'entendre. Et comme son homologue iranien, Hugo Chávez s'est fait connaître par ses diatribes enflammées prononcées à l'Assemblée générale de l'ONU. En septembre 2006, le Comandante n'a pas hésité à qualifier le président américain de l'époque, George W. Bush, de « diable », de « menteur » et de « tyran[5] ». Justement, le 13 septembre 2006, Chavez exprime publiquement ses doutes portant sur la version des attentats du 11 septembre en s'interrogeant sur un possible dynamitage des tours jumelles et l'usage d'un missile pour frapper le Pentagone : « Un avion serait tombé sur le Pentagone. Mensonge ! À moins que ce soit un avion invisible ! [[6]]. Sa déclaration est concomitante d'une résolution du Parlement vénézuélien demandant au président Bush des éclaircissements sur sa version des attentats.

C’est ainsi que « Hugo Chávez a mis en scène avec l'Iran la construction d'un axe anti-impérialiste sur le modèle… tous ceux qui sont contre les États-Unis sont nos amis », rappelle au Point Olivier Compagnon, maître de conférences en histoire à l'Institut des hautes études de l'Amérique latine. « Cette posture l'a mis dans une position pour le moins contradictoire, note toutefois le chercheur. Lui qui promouvait la démocratie dans son pays a soutenu jusqu'à la dernière heure Mouammar Kadhafi, ou encore Bachar el-Assad. »

La Libye et l'Iran sont certes des pays marginalisés par la communauté internationale auxquels il a apporté son soutien encore une fois au nom de la lutte anti-impérialiste, mais ce sont aussi des partenaires importants pour le Venezuela au sein de l’OPEP, l’Organisation des pays producteurs de pétrole, rappelle Fabrice Andreani, doctorant à Sciences-Po.[7] Par contre, pour la Syrie, Chavez a poussé la logique de l’alliance « anti-impérialiste » à l'extrême, car il n’avait pas d’intérêt direct à soutenir Bachar al-Assad. Enfin, l’un des traits les plus saillants de la politique étrangère d’Hugo Chavez a été son obsession du complot et de l'ennemi américain et de son allié, Israël.

Antisémitisme ?

2009 : émergence d’une vague d’antisémitisme qui s’était traduite par un boycott des magasins juifs et surtout par la profanation de la synagogue de Caracas dont l’Arche Sainte et les livres de prières ont été détériorés et dont les murs ont été souillés de slogans antisémites. [8] En 2009, par exemple, le gouvernement offre une protection policière à la synagogue de Caracas, après l’agression dont elle est victime. Mais les Juifs du Venezuela se sentent surveillés. Suspicion confirmée : le SEBIN, service des renseignements du Venezuela, espionne bel et bien la communauté juive. Des révélations rendues publiques par la chaîne argentine « Analises 24 » avec force rapports du service de renseignement, photos et vidéos[9]. Au même moment, L’opus antisémite, Les protocole des sages de Sion, est vivement recommandé sur les ondes radiophoniques comme étant une lecture éclairante.

Lors de la campagne électorale du 7 octobre 2012, les dérapages de Chavez se sont multipliés.[10] Une situation inquiétante qui avait fait dire au Grand Rabbin du pays : « Nous ne pouvons que survivre dans un pays allié et ami de l’Iran. D’autant plus que l’antisémitisme et l’antijudaïsme est en développement constant. Le nombre de juifs envoyés à l’hôpital ne cesse d’augmenter. D’autant plus que la plupart des vénézuéliens ne font pas la différence entre judaïsme est Israël[11]…  »

Au final, 16 ans d’une politique délétère ont contraint plus de la moitié des Juifs du Venezuela à l’exil.
 

 


[1] I24 news, 10 mai 2016

[2] « Chávez et Ahmadinejad, unis contre les États-Unis »Libération31 juillet 2006

[3] Hugo Chavez a inventé le « bolivarisme » mélange de nationalisme militaire et de communisme militant. Il a été à la tête de son pays pendant quatorze ans (1998-2013)

[4] «Chavez est un mélange contradictoire paradoxal de gauchisme et de militarisme. Il a un appétit exagéré pour le pouvoir. Une de ses principales motivations est de rester sans limites au pouvoir», estime l'historienne Margarita Lopez Maya, ex-alliée passée dans l'opposition (Bien public, 06 mars 2013). 

[5] Le Point, 7 mars 2013.

[6] Paulo A. Paranagua, « Quinze jours dans la vie d'Hugo Chávez », Le Monde, 23 septembre 2007.

[7] « Chavez ou l'anti-impérialisme bien compris », L’obs, 7 mars 2013. 

[8] Jacques Benillouche, « La faillite de Maduro », Temps et Contretemps, http://benillouche.blogspot.fr/2015/11/la-faillite-du-venezuela-de-maduro.html

[9] Ouriel Helman, « L’après Chavez pour les Juifs du Venezuela », The Jerusalem post, 3 décembre 2013. 

[11] Cité par jss.over-blog.com

 

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.