Stéphanie Dassa

Directrice de projets

#Crif - Ukraine-Pologne : voyage du Crif sur les traces de la Shoah

30 June 2016 | 17 vue(s)
Catégorie(s) :

Nous avons choisi cette année d’aller chercher l’histoire là où la Shoah a commencé.

Au cours de nos rencontres ou de nos voyages de nombreux journalistes nous livrent leur intérêt pour la Shoah et leur « manque » de connaissance sur l’extermination des Juifs. 
 
Le public que nous avons ciblé cette année était composé de journalistes de presse écrite, de  radio, de télé et du web ainsi que de 4 lauréats de l’Institut civique, dont la présence parmi des journalistes professionnels a bénéficié tant aux uns qu’aux autres.
 
Par ailleurs, nous travaillons sur la Shoah avec la presse car au-delà du fait que les statuts du Crif le préconisent  la centralité de la Shoah dans les références qui soutiennent le débat public en France a pour effet immédiat de brouiller la compréhension historique et politique de ce que fut l’évènement.
 
Les objectifs du Crif sont simples : 
 
- Donner des outils de réflexion et de connaissance suffisants pour traiter le sujet au plus près de sa vérité historique en défaisant les narratifs mythifiant et permettre un traitement de l’information plus précis.
 
- Mais aussi approfondir le sens des mots et des concepts : Qu’est-ce un centre de mise à mort ? Qu’est ce qu’un déporté ? La déportation est elle systématique ? Qu’est ce qu’un génocide ? Quel est le rapport à la mémoire juive en Europe de l’Est ? 
 
Nous avons choisi cette année d’aller chercher l’histoire là où la Shoah a commencé, c'est-à-dire en Galicie, aujourd’hui en Ukraine pour prolonger ensuite vers Belzec et Sobibor. 
 
En Ukraine, Lviv nous a permis de mettre en lumière l’absence de mise en valeur de la présence juive – un tiers des habitants avant la guerre – et a contrario la forte dimension nationaliste qui marque la cité. Nous avons dégagé in situ, l’histoire des Juifs et l’empreinte laissée sur la ville: le ghetto, le camp de Janowska, les sites d’exécutions. 
 
La deuxième partie du programme de ce voyage du Crif, en Pologne, était directement axée sur la visite de deux centres de mise à mort : Belzec, et Sobibor, l’occasion aussi de mettre en parallèle la mémorialisation de ces deux sites. Le programme incluait aussi la visite du shtetl de Jozefow ainsi que Zamosc, dont l’histoire est des plus particulières : ville à l’architecture de renaissance italienne, sa communauté juive était initialement séfarade. 
 
Retranscrire les réactions de ceux qui ont accepté de nous suivre tiendrait en peu de mots : « phénoménal, exceptionnel, sidérant ». Un vocabulaire qui tente de livrer le vertige qui atteint au regard de ces lieux qui ne disent rien si on ne leur rend pas la parole. L’Ukraine qui tente son passage à la modernité européenne reste empreinte du poids du passé soviétique qui a brisé l’individu pour des générations.  Y aller est une expérience plus qu’un voyage.

Our social networks live

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.