News
|
Published on 5 December 2017

#Hommage - Jean d'Ormesson : le petit homme qui en cachait un grand

Le Crif a appris avec émotion la disparition de Jean d'Ormesson, dans la nuit du 4 au 5 décembre. Nous gardons en mémoire le souvenir heureux de notre rencontre avec lui à l'occasion d'une conférence qu'il avait donné aux Amis du Crif. Jean d'Ormesson aura illuminé nos cœurs et nos esprits.

A voir ou à revoir : 3 questions à Jean d'Ormesson avant sa conférence aux Amis du Crif, en décembre 2015

A lire aussi : JEAN D’ORMESSON AUX AMIS DU CRIF : "JE NE CROIS PAS VRAIMENT QUE LA FRANCE SOIT EN DÉCLIN OU PIRE EN DÉCADENCE"

***

La chronique de Raphaël Enthoven sur Europe1 

***

Publié le 5 décembre 2017 dans Le Monde sous le titre L’écrivain et académicien Jean d’Ormesson est mort

Tout en étant obligé de s’inscrire dans la lignée des comtes d’Ormesson, il s’était fait son propre nom, en forme de sourire, qui reflétait bien son caractère facétieux : Jean d’O. Plus il vieillissait, plus Jean d’Ormesson – qui est mort dans la nuit du 4 au 5 décembre à l’âge de 92 ans – était charmant et charmeur, avec son œil si bleu et son air à jamais espiègle. « Il a toujours dit qu’il partirait sans avoir tout dit et c’est aujourd’hui. Il nous laisse de merveilleux livres », a déclaré sa fille, Héloïse d’Ormesson. Il pensait avec raison que la gaieté est une politesse et voulait mériter un qualificatif presque perdu, « dans un siècle où règne le ressentiment » : délicieux.

Délicieux, il l’était. Bon écrivain, aussi. Mais, admirateur des grands auteurs, il se montrait sans illusion sur son œuvre – sans doute en attendant un démenti. Il a poussé ce jeu sur la littérature jusqu’à écrire un roman intitulé Presque rien sur presque tout (Gallimard, 1996). Lorsqu’on lui demandait si ce « presque rien sur presque tout » n’était pas l’inverse de ce que doit être la littérature, « presque tout sur presque rien », il partait d’un grand rire, en laissant au lecteur le soin de conclure.

Il pratiquait à merveille un art en voie de disparition, celui de la conversation. Il était brillant, jamais ennuyeux, parlait vite et bien. On avait envie de l’inviter sur tous les plateaux de télévision. On ne s’en privait pas, et il y avait pris goût.

Our social networks live

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.