Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Bienvenue chez vous, Monsieur Dreyfus

30 November 2018 | 199 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Pages

Actualité

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Aux côtés de Bruno Valentin, prêtre du diocèse de Versailles et Ahmet Ogras, vice-président du CFCM sur le plateau de BFM TV, j'ai réaffirmé mon sentiment d'horreur face à cet acte barbare qui s'est passé ce matin.

 

Il est peut être temps de poser à ceux qui relaient les théories du complot - en particulier sur les réseaux sociaux - des questions déstabilisantes.

Dans une interview donné à Patrick Perotto de L'Est Républicain, je suis revenu sur l’un des défis des années à venir : combattre les idées de haine qui se répandent sur internet

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

Voici le discours que j'ai prononcé après le vote de l'assemblée générale du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

Là-bas, la crainte d'une menace russe est la principale raison qui exacerbe les passions identitaires.

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

Des 27 avril au 10 juin 2016, se tiendront les journées nationales des Mémoires de la traite de l’esclavage et de l’abolition.  Souvenons-nous.

Nouvelle erreur de casting - Au lendemain de l'émission Dialogues Citoyens, retour sur Marwen Belkaid, un invité pas comme les autres.

Pages

Cette semaine a été marquée en Israël par l’inauguration, le 27 novembre dernier, de la statue du capitaine Alfred Dreyfus offerte par Paris.

Un symbole fort qui rappelle à toutes les générations un triste 5 janvier 1895 dans la cour des Invalides lorsqu’un adjudant brisa sur ses genoux le sabre du capitaine Alfred Dreyfus accusé à la dégradation et à la déportation en Guyane pour haute trahison.

Un capitaine juif, qui clamait sur son innocence et que personne à l’époque ne voulait croire. Un Homme Juif Français, lâché par tous let victime de l’antisémitisme.

 Dans cette cour des Invalides, la foule hurlait «  mort aux Juifs ». Ce ne fut que trois ans plus tard que le frère de l’officier, Mathieu Dreyfus et le journaliste, Bernard Lazare, entreprirent de démonter l’accusation. Là, commence la véritable dimension politique de ce qui devait s’appeler l’Affaire Dreyfus. La France était divisée et le 13 janvier 1898 Émile  Zola publia son  fameux « J’Accuse » dans les colonnes de L’Aurore.

Cette affaire a été un véritable électrochoc dans la tête et dans le cœur d’un jeune journaliste envoyé pour suivre l’événement qui se déroulait dans cette cour des Invalides. Le jeune Théodore Herzl , venu en simple observateur, a vu et entendu les cris de haine antisémite. Il prit alors conscience de la nécessité absolue et vitale pour les Juifs d’avoir une terre. Ce matin du 5 janvier 1895 naissait, sans le savoir encore,  le sionisme, dont il est important de rappeler l’essence, l’origine et la définition : le sionisme est le droit du peuple juif à avoir une Terre.

Après le premier congrès à Bâle et de nombreuses résistances et réticences, le retour du peuple juif sur sa terre devint une priorité. Le combat fut long et les pionniers rejoignirent la Palestine. Ils y travaillèrent sans baisser les bras une terre aride et inhospitalière que personne n’avait labouré. Ils espéraient lui redonner vie.

Ils attendaient des Nations qu’elle leur soit enfin rendue. Ils en rêvaient jusqu’à ce fameux 29 novembre 1947, lorsqu’à l’Assemblée Générale de l’ONU, la résolution 180 fut votée.  Elle prévoyait la partition de la Palestine mandataire en trois entités, un l’État juif, un État arabe et Jérusalem sous contrôle international.

 Ce 29 novembre 1947, dans un Monde se relevant à peine de la deuxième guerre mondiale et dans une Europe qui pansait ses plaies et dans laquelle 6 millions de juifs avaient été exterminés et qui avait devant elle ces survivants de la Shoah, témoins de son humanité, les juifs allaient enfin avoir leur Terre.

Le monde arabe refusa ce vote et en appela à la révolte.

Le Sionisme, dans l’esprit de nombre de gens est une insulte, un mot imprononçable et une idéologie infréquentable. 71 ans après le vote de la résolution 181, et 123 ans après l’affaire Dreyfus, l’antisémitisme est bien vivant. Il se maquille souvent en antisionisme, ou est franchement exprimé comme le révèle un récent sondage réalisé par CNN.

Le juif perturbe, il fascine, il est et demeure une question, voir un fantasme. 

L’État juif lui, reste et demeure contesté et certains veulent encore le voir disparaître. Mais aujourd’hui il est là, il est fort, il réussit, et il brille.

123 ans après l’affaire Dreyfus, 123 ans après la prise de conscience de Théodore Herzl, le rêve est devenu une belle et resplendissante réalité.

Bienvenue chez vous, Monsieur Dreyfus ! Vos descendants ont une Terre, une Armée et ils vivent libres.

Aujourd'hui, nous avons tous la responsabilité de lutter sans faille contre les antisémites, les négationnistes et les antisionistes. 

Gil Taieb 

 

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.