Richard Prasquier

Ancien Président du CRIF

Blog du Crif - Richard Prasquier : Enseigner la Shoah pour lutter contre l’antisémitisme

28 January 2019 | 97 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Depuis quelques semaines, le texte épistolaire de Sholem Aleichem a investi la petite – mais non moins prestigieuse – scène du Théâtre de la Huchette, à Paris.

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

De ce 9 janvier 2015, nous voulons retenir une autre image, cette belle image. Celle de Lassana Bathily.

Lundi 20 novembre, j'ai rencontré le Président français Emmanuel Macron à Paris, accompagné d'une délégation du Congrès Juif Européen (EJC).

Pages

Actualité

Réaction à la célébration du 20ème anniversaire de la mort de François Mitterand

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Marc Knobel's picture
Les femmes, Daech et le Djihad
|
19 November 2015
Catégorie : Actualité

« Une femme retranchée dans l’appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l’assaut, est morte »

Vendredi soir en l'espace de moins d'une heure, la France a connu le plus grave attentat jamais perpétré sur son territoire. En l’espace d’une trentaine de minutes, des terroristes ont attaqué la capitale à 7 endroits avec une minutie et une détermination macabres. 129 morts, 350 blessés dont 100 dans un état très grave. Les chiffres donnent le tournis. Moins de 48 heures après cette nuit d’horreur, n’en déplaise à certains, il est juste le temps de pleurer.

Marc Knobel's picture
Des visages sur nos morts
|
14 November 2015
Catégorie : Actualité

Les réseaux sociaux se sont mobilisés pour retrouver les personnes portées disparues, ceux dont nous n’avions pas de nouvelles. Les Amis, les familles, les anonymes partagent descriptions, photos et espoir.

Virginie Guedj-Bellaïche's picture
#JeNaiPasPeur
|
14 October 2015
Catégorie : Actualité

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

Il est temps d'affirmer haut et fort que les islamistes veulent tuer des juifs !

Réaction suite à la nomination de l'Arabie Saoudite au Conseil des Droits de L'Homme.

L'Europe doit se mobilier pour le sort des réfugiés

Olivier Rafowicz's picture
Tel Aviv sur Seine
|
12 August 2015
Catégorie : Actualité

La ville blanche sera à l'honneur demain sur les berges de Paris Plage

Un bébé palestinien a été brûlé vif et ses parents ont été grièvement blessés vendredi lorsque des extremistes israéliens ont mis le feu à leur maison en Cisjordanie.
Un acte abominable , Israel doit prendre toutes les mesures nécessaires afin d'éliminer le terrorisme juif.
 

Iran's Ayatollahs were behind the bloody attack that hit the Jewish community center in Buenos Aires in 1994 that killed 84 and injured 230.

Pages

Les démons  antisémites sont sortis de leurs placards naphtalinés et ont instillé leur moisi dans certains gilets jaunes: ils disent la clé des difficultés du quotidien et canalisent le ressentiment vers les responsables de l’exploitation, ces maîtres cachés du monde auxquels nos dirigeants sont asservis. Les Juifs, bien sûr: le produit est en magasin, a prouvé sa résilience au cours d’une longue histoire: autant s’en resservir. Et « pute à Juifs » est apparu dans le florilège de l’insulte. 

Bien sûr, les faits restent isolés et les protestations ont été unanimes ….Mais l’antisémitisme à l’ancienne, qu’on croyait déshonoré à jamais, reprend du service et s’accommode avec celui de l’ultra-gauche. En Europe un sondage récent montre que la perception que l’antisémitisme augmente est générale. Et aux Etats-Unis, il y a eu le massacre de Pittsburgh. La Commémoration de l’Holocauste du 27 janvier aura lieu dans un contexte inquiétant.

Le septuagénaire que je suis peut témoigner du chemin parcouru: au lycée, incollable sur les Guerres Médiques, je n’ai rien entendu sur le génocide des Juifs. Des années de combats mémoriels où  la France a enfin affronté son passé : hommages aux victimes, témoignages des survivants, reconnaissance aux sauveurs, procès à des responsables, ont accompagné une production historique qui affine notre compréhension de cette époque. Recueillement, mémoire, justice et quête de la vérité: ce programme est bien mis en oeuvre. Mais il ne s’agit pas d’une simple connaissance : l’éducation « contre » est au centre du projet. 

Le  « plus jamais ça » a subi dans le génocide des Tutsis un échec cinglant. Depuis lors, bien des massacres ethniques pas assez « bancables » médiatiquement ou politiquement délicats n’ont pas entraîné de réactions adéquates de la communauté des nations et des hommes, rappelant que pendant la Shoah le repoussoir moral n’a jamais prévalu chez les Alliés sur les considérations tactiques.

L’antisémitisme à l’ancienne, qu’on croyait déshonoré à jamais, reprend du service

Or, le sondage Comres-CNN indique que 20% des jeunes de notre pays ne connaissent rien à la Shoah. Une enquête de novembre 2018 le confirme: ce pourcentage inouï ne provient pas d’une ignorance en France du terme Holocauste, confondu avec « low cost »! Ces 20% proviennent surtout des milieux « fragiles », souvent issus de l’immigration. C’est là que le travail d’enseignement de la Shoah est le plus nécessaire, c’est là qu’il est le plus difficile et c’est là qu’il échappe aux radars statistiques qui privilégient les classes où tout va bien sur celles qui ne demandent pas de compléments de formation à la Shoah pour éviter des réactions hostiles. La lutte contre l’antisémitisme dans ces milieux est une urgence nationale. Cet enseignement lui-même est remis en question dans la société du soupçon où nous vivons. Et les survivants, seuls capables de créer un lien émotionnel intense ne sont plus qu’une poignée….

Hier, pour lutter contre le négationnisme, il a fallu prouver, avec des détails techniques quasiment sordides, que l’extermination des Juifs avait bien été programmée et en grande partie réalisée, aujourd’hui les négationnismes relèvent de l’opinion, du ressenti et esquivent la réfutation rationnelle. Par exemple:

- « Oui, des Juifs ont peut-être été tués, mais bien moins qu’ils le disent, eux qui contrôlent les médias et qui exploitent ces événements pour masquer la vraie Shoah, celle qu’Israël commet contre les Palestiniens….. »

Ou bien, la version humaniste du confusionnisme: « Parce que je suis horrifié par la Shoah, je le suis quand un enfant est assassiné (sous-entendu, en général, « par Israël »). Ces crimes sont pour moi équivalents….. ».

L’argumentation, qui n’est pas simple, doit faire face à la post-vérité et  l’amalgame. Elle est indispensable pour démonter les discours complotistes, cancer de l’information, tel celui, ignoble, des avocats de Mehdi Nemmouche, dignes de l’histrion négationniste qui est leur maître à penser…

Richard Prasquier, Président d'honneur du Crif 

Article publié initialement dans Actualité Juive

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.