Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lecture de Jean Pierre Allali - Le crime de Samuel Schwartzbard, de Rémy Bijaoui

27 February 2019 | 201 vue(s)
Catégorie(s) :
France

La cérémonie se déroulera demain mardi 19 avril à 17h30 au Mémorial de la Shoah à Paris en présence des ambassadeurs de Pologne et d’Israël.

A l'heure où le Front National réalise des scores historiques, la fête de Hanoukah rappelle que les forces politiques qui ne respectent pas les particularismes sont dangereuses

L'EI ne lésine pas sur les moyens et diffuse sur Internet sa propagande ignominieuse...

Il faut croire que certaines alertes ne veulent pas être entendues à temps

Souvent l’on oublie de parler d’eux

Au moins 128 morts à déplorer dans la vague d'attentats qui a frappé Paris vendredi 13 novembre

Dov Maimon's picture
Paradoxes de la politique israëlienne
|
09 November 2015
Catégorie : France

"A vos crayons citoyens, à la politique citoyens. Si nous voulons que les choses se fassent il va falloir que certains d’entre nous se bougent."

Tel Aviv sur Seine : succès sur les berges et sur le net, opération réussie !

Virginie Guedj-Bellaïche's picture
Le dialogue renoué
|
29 July 2015
Catégorie : France

Mars 2015, je suis à Bruxelles pour présenter mon livre écrit sous le pseudo de Sefwoman, « Je suis juive mais je me soigne ». Au fond de la salle, 3 garçons se marrent. Je parle de ma grand-mère et de service 98 pièces au liseré doré, de son refus de me parler de l’Algérie, des plats typiques, je les vois acquiescer. A la fin de la présentation, ils ont tous les trois le livre en main. « La dédicace c’est pour qui ? », « Ismaël ».

Célébrer le 14 juillet à Tel-Aviv – une occasion de célébrer la double appartenance culturelle et nationale sur un mode festif et joyeux.

12 juillet 1906, Alfred Dreyfus  est réhabilité par la cour de cassation de Rennes. C’était il y a 109 ans, autant dire une éternité.  

INTERNATIONAL - Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats.
Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats. Rappelons à ce sujet qu'une campagne BDS -pour Boycott-Désinvestissement-Sanctions- tente de s'implanter en France, en incitant à boycotter les personnes et les produits provenant de ce pays. Expliquons.


Artcile publié dans le Huffinghton Post http://www.huffingtonpost.fr/marc-knobel/boycott-produits-israeliens_b_7...

Un entretien entre Marc Knobel et Michaël de Saint Cheron, philosophe des religions.

Marc Knobel livre une analyse de l'opinion publique à l'égard de l'antisémitisme et d'autres sujets (avant et après les attentats de Janvier 2015).

Franck Guillory, journaliste, auteur et réalisateur de documentaires s'est rendu à Auswithz en Avril dernier, il nous raconte son expérience et ses souvenirs dans un article publié sur son blog.

Pages

Le crime de Samuel Schwartzbard, de Rémy Bijaoui*

L’assassinat, en 1926, à Paris, de l’ataman ukrainien, Simon Petlioura par un horloger juif, Samuel Sholem Schwartzbard, , est, on le sait, à l’origine de la création de la LICRA.

Avocat, Rémy Bijaoui, après avoir consulté les attendus du procès de Samuel Schwartzbard et décortiqué la presse de l’époque comme les nombreux ouvrages consacrés à l’affaire, nous propose un retour en arrière édifiant et instructif.

Le cas est en effet étonnant, hors du commun. L’horloger juif, né en Bessarabie, a, incontestablement, le 25 mai 1926, au Quartier Latin, assassiné avec préméditation l’ancien dirigeant ukrainien, l’ataman Simon Petlioura. Sept balles de pistolet à bout portant. Et, pourtant, après une instruction de sept mois et un procès qui s’ouvre le 18 octobre 1927 devant la Cour d’Assises de la Seine, Samuel Schwarzbard sortira libre, acquitté.

Des précisions intéressantes sur l’assassin nous sont données : Schwartzbard est né en Russie, en 1886, dans la région de Smolensk. Plus tard, sa famille s’établira à Balta, en Ukraine. Face au déferlement antisémite, le jeune Samuel adhère, à 19 ans, à un mouvement juif d’autodéfense. Il séjourne en Autriche, en Russie et en Hongrie avant de rejoindre la France. En 1910, il est mineur à Saint-Étienne puis horloger à Paris où il rencontre Anna, qui deviendra sa femme et, lorsque la Guerre éclate, il est mobilisé. Le 1er mars 1916, il est grièvement blessé dans la Somme. En 1917, quand la Révolution russe éclate, il rejoint la Russie où il demeure trois ans. De retour en France, en 1920, il s’installera comme horloger à Ménilmontant. En 1925, il a obtenu la nationalité française. À la fin de sa vie, Schwarzbard a choisi de s’installer en Afrique du Sud où il est mort le 3 mars 1938. Sa dépouille a été, plus tard, transférée en Israël, dans le « Carré des Héros » du cimetière de Beer Shéva.

Défendu par le brillant maître Henry Torrès, ténor du barreau, lors de débats présidés par le conseiller Flory, avec, face à lui, le défenseur de la veuve de Petlioura, le non moins célèbre maître Campinchi, Schwarzbard, qui reconnaît les faits qui lui sont reprochés, expliquera par le menu, sa haine de l’ataman, responsable à ses yeux des innombrables pogromes qui ont frappé l’Ukraine et entraîné la mort de milliers de Juifs dont des membres de sa propre famille.

L’habileté d’Henry Torrès, assisté de Serge Weill-Goudchaux et de Gérard Rosenthal aura été de déplacer les débats d’une simple affaire criminelle à un véritable réquisitoire contre les pogromes, en Ukraine, en Russie et ailleurs et de faire, en somme, le procès de l’antisémitisme.

Bernard Lecache, journaliste qui avait, au moment du procès, réalisé une enquête sur les pogromes en Ukraine et écrit un ouvrage sur le sujet : « Quand Israël meurt » et qui, en 1919, déjà, avait lancé dans Le Journal du Peuple un appel pour la création d’un Comité de Défense pour les Juifs opprimés, réunit le soir même du verdict d’acquittement, un groupe d’amis parmi lesquels Joseph Kessel. Place Blanche, à la brasserie Marianne, ils lancent les bases d’une association loi de 1901 : la Ligue Internationale Contre les Pogromes, qui deviendra plus tard la LICA puis la LICRA. Parmi les premiers adhérents : Victor Bash, Léon Blum, Albert Einstein, Edmond Fleg, Maxime Gorki, Paul Langevin, la comtesse de Noailles, Georges Pioch, Séverine et André Spire.

L’auteur, très honnêtement, ne laisse pas dans l’ombre, une question qui a agité le monde intellectuel au fil des ans : Petlioura était-il vraiment antisémite, a-t-il lui-même organisé des pogromes. Certains de ses défenseurs diront qu’il aimait les Juifs et avait même installé plusieurs d’entre eux dans son gouvernement. Une chose est sûre : il était le chef et, dès lors, sa responsabilité était entière face aux exactions de ses propres troupes.

Un travail très intéressant et très utile.

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Imago. Octobre 2018. 192 pages. 20 €.

 

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.