Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lecture de Jean Pierre Allali - Le crime de Samuel Schwartzbard, de Rémy Bijaoui

27 February 2019 | 210 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Pages

Actualité

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Un livre de Victoria Klem

Suite au vote le 16 décembre 2016 du conseil municipal de Clermont-Ferrand au vœu présenté par les groupes communistes, Front de gauche et Europe écologie, vœu relatif au boycott des produits israéliens fabriqués dans « les territoires palestiniens occupés », le Maire de Clermont-Ferrand a fait paraître dans le journal local la Montagne un communiqué. La présidente du CRIF Auvergne-Rhône- Alpes lui répond…

Au lendemain des déclarations du ministre israélien de la défense, lundi 26 décembre, qualifiant la conférence de paix sur le Proche-Orient qui doit se tenir prochainement à Paris de nouveau « procès Dreyfus », le Crif a condamné des propos « maladroits ».

 
 
 

J'ai répondu aux questions d'Olivier Lerner dimanche 4 décembre lors de notre Convention Nationale

Halte à la discrimination d'Israel, le CRIF proteste suite à la décision d'étiqueter les produits israeliens. 

Suite à l'annonce de l'adoption de la directive de l'E.U sur l'étiquetage des produits israéliens le Crif a réagit à travers un communiqué, j'ai voulu dénoncer la décision française et l'obessession israelienne.

J'ai répondu aux questions de Sputnik news.

« Si on parlait de la France ? Français, juifs et citoyens » : c’est le thème de la 7e Convention nationale du Crif le dimanche 4 décembre au Palais des Congrès de Paris.

C’est une étonnante indifférence qui entoure la mise en lambeaux de la ville d’Alep en Syrie.

Donald Trump est un excentrique narcissique qui au cours de sa campagne électorale a fait du mensonge une arme redoutable.

Réflexion d’un professeur d’histoire-géographie sur l’abstention de la France au vote de la résolution adoptée par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco niant tous liens entre les Juifs et les lieux saints de Jérusalem.

Vendredi 21 octobre j'étais l'invité témoin du journal de Radio J peu après le vote abérrant à l'Unesco d'une résolution sur Jérusalem

Pages

Opinion

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Dina Porat, Le Juif qui savait Wilno-Jérusalem : la figure légendaire d’Abba Kovner, 1918-1987.

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Gil Taïeb's picture
Nous sommes debout
|
03 April 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

On ne le dira jamais assez : la parution d’ouvrages de poésie, en général et dans le domaine juif en particulier est devenue assez rare pour qu’on ne salue pas avec plaisir la sortie d’un nouveau recueil. Dans ce nouveau livre, la peintre et poétesse Sarah Mostrel nous offre un ensemble de textes inspirés de la Bible et des textes fondamentaux du judaïsme.

Remi Huppert est un spécialiste des Juifs de Chine. On lui doit notamment Destin d’un Juif de Chine (1). Dans son nouveau roman, le judaïsme est toujours présent.

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Pages

Le crime de Samuel Schwartzbard, de Rémy Bijaoui*

L’assassinat, en 1926, à Paris, de l’ataman ukrainien, Simon Petlioura par un horloger juif, Samuel Sholem Schwartzbard, , est, on le sait, à l’origine de la création de la LICRA.

Avocat, Rémy Bijaoui, après avoir consulté les attendus du procès de Samuel Schwartzbard et décortiqué la presse de l’époque comme les nombreux ouvrages consacrés à l’affaire, nous propose un retour en arrière édifiant et instructif.

Le cas est en effet étonnant, hors du commun. L’horloger juif, né en Bessarabie, a, incontestablement, le 25 mai 1926, au Quartier Latin, assassiné avec préméditation l’ancien dirigeant ukrainien, l’ataman Simon Petlioura. Sept balles de pistolet à bout portant. Et, pourtant, après une instruction de sept mois et un procès qui s’ouvre le 18 octobre 1927 devant la Cour d’Assises de la Seine, Samuel Schwarzbard sortira libre, acquitté.

Des précisions intéressantes sur l’assassin nous sont données : Schwartzbard est né en Russie, en 1886, dans la région de Smolensk. Plus tard, sa famille s’établira à Balta, en Ukraine. Face au déferlement antisémite, le jeune Samuel adhère, à 19 ans, à un mouvement juif d’autodéfense. Il séjourne en Autriche, en Russie et en Hongrie avant de rejoindre la France. En 1910, il est mineur à Saint-Étienne puis horloger à Paris où il rencontre Anna, qui deviendra sa femme et, lorsque la Guerre éclate, il est mobilisé. Le 1er mars 1916, il est grièvement blessé dans la Somme. En 1917, quand la Révolution russe éclate, il rejoint la Russie où il demeure trois ans. De retour en France, en 1920, il s’installera comme horloger à Ménilmontant. En 1925, il a obtenu la nationalité française. À la fin de sa vie, Schwarzbard a choisi de s’installer en Afrique du Sud où il est mort le 3 mars 1938. Sa dépouille a été, plus tard, transférée en Israël, dans le « Carré des Héros » du cimetière de Beer Shéva.

Défendu par le brillant maître Henry Torrès, ténor du barreau, lors de débats présidés par le conseiller Flory, avec, face à lui, le défenseur de la veuve de Petlioura, le non moins célèbre maître Campinchi, Schwarzbard, qui reconnaît les faits qui lui sont reprochés, expliquera par le menu, sa haine de l’ataman, responsable à ses yeux des innombrables pogromes qui ont frappé l’Ukraine et entraîné la mort de milliers de Juifs dont des membres de sa propre famille.

L’habileté d’Henry Torrès, assisté de Serge Weill-Goudchaux et de Gérard Rosenthal aura été de déplacer les débats d’une simple affaire criminelle à un véritable réquisitoire contre les pogromes, en Ukraine, en Russie et ailleurs et de faire, en somme, le procès de l’antisémitisme.

Bernard Lecache, journaliste qui avait, au moment du procès, réalisé une enquête sur les pogromes en Ukraine et écrit un ouvrage sur le sujet : « Quand Israël meurt » et qui, en 1919, déjà, avait lancé dans Le Journal du Peuple un appel pour la création d’un Comité de Défense pour les Juifs opprimés, réunit le soir même du verdict d’acquittement, un groupe d’amis parmi lesquels Joseph Kessel. Place Blanche, à la brasserie Marianne, ils lancent les bases d’une association loi de 1901 : la Ligue Internationale Contre les Pogromes, qui deviendra plus tard la LICA puis la LICRA. Parmi les premiers adhérents : Victor Bash, Léon Blum, Albert Einstein, Edmond Fleg, Maxime Gorki, Paul Langevin, la comtesse de Noailles, Georges Pioch, Séverine et André Spire.

L’auteur, très honnêtement, ne laisse pas dans l’ombre, une question qui a agité le monde intellectuel au fil des ans : Petlioura était-il vraiment antisémite, a-t-il lui-même organisé des pogromes. Certains de ses défenseurs diront qu’il aimait les Juifs et avait même installé plusieurs d’entre eux dans son gouvernement. Une chose est sûre : il était le chef et, dès lors, sa responsabilité était entière face aux exactions de ses propres troupes.

Un travail très intéressant et très utile.

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Imago. Octobre 2018. 192 pages. 20 €.

 

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.