Read in the news
|
Published on 6 June 2019

D-Day - Les célèbres messages codés qui ont annoncé le Débarquement de Normandie

«Les carottes sont cuites», «les sanglots longs des violons de l’automne»... Nombreux furent les messages codés diffusés par Radio Londres sur les ondes de la BBC entre 1941 et 1944. Les connaissez-vous? Le Figaro vous propose de les découvrir.

Publié le 6 juin dans Le Figaro

«Ici Londres, veuillez écouter, tout d’abord, quelques messages personnels.» Cette phrase résonne dans la mémoire collective. Nous pensons à ces voix de l’ombre, ces «soldats au micro» qui, tour à tour, ont investi le studio de la BBC pour raconter «la guerre en direct». Comme l’explique Jacques Pessis dans son ouvrage Radio Londres, la guerre en direct, «ils ont donné les vraies nouvelles du front, rapporté des télégrammes rédigés par des informateurs fiables, ainsi que des témoignages transmis clandestinement par des résistants, des évadés ou des anonymes».

Le 1er juin 1944. À 12h30, 15h30, 18h30 et 21h30, plus de deux cents messages authentiques (et quelques autres inventés pour faire diversion) sont diffusés. Parmi eux, «des textes qui ont été communiqués par les états-majors quelques instants plus tôt» qui permettent «d’alerter les réseaux de résistance d’un débarquement imminent». «Les dés sont sur le tapis... Il fait chaud à Suez... La flèche ne percera pas... Ne faites pas de plaisanteries... Le sapin reste toujours vert... Le coq dresse sa crête.» Des phrases quelconques mais ô combien importantes. Car, en réalité, certaines sont «des instructions précises sur des objectifs à détruire», précise Jacques Pessis. Florilège.

«Les carottes sont cuites»

L’expression servit de code à la Radio Londres pour annoncer l’imminence du Débarquement. La formule semble étonnante. D’autant qu’à l’origine, ainsi que le rappelle Georges Planelles dans son livre Les 1001 expressions préférées des Français, elle s’emploie davantage dans un sens vulgaire. Au XVIIe siècle, la carotte du fait de sa forme similaire et de sa paronymie avec le mot «crotte» s’emploie pour qualifier…des déjections.

Au XVIIIe siècle, la formule «ne vivre que de carottes» signifie «vivre chichement». La connotation péjorative est toujours là et se perpétue le siècle suivant. En 1878, «avoir ses carottes cuites» prend le sens d’«être mourant, agoniser», note Le Trésor de la langue française. Pour quelle raison? Georges Planelles avance, non sans hésitation, la raison suivante: «Peut-être était-ce par allusion au fait que, dans les familles pauvres, les plats de viande -donc d’animal mort- étaient souvent accompagnés de carottes également cuites?»

Toujours est-il que c’est l’idée de désespoir qui nous est restée avec la formule «les carottes sont cuites». Soit l’exact opposé de ce qui était énoncé à la radio. Signe que tout espoir n’est jamais perdu!

«Message important pour Nestor: la girafe a un long cou»

Cette phrase étrange «annonce au réseau Author la proximité du débarquement et le lancement de la guérilla», explique Michel Augeard, président de l’Association des Amis de Radio-Londres et auteur de Melpomène se parfume à l’héliotrope (JC Lattès). «Nestor» était le nom de guerre de Jacques Poirier (1922-2005) qui fut un agent français du SOE (Special Operations Executive) pendant la Seconde Guerre mondiale. Il fut d’abord l’adjoint d’Harry Peulevé, dit «Jean», chef du réseau Author.

«Les sanglots longs des violons de l’automne»

Chacun connaît ces premiers vers du poème «Chanson d’automne», de Paul Verlaine. Et à plus forte raison parce qu’ils sont passés à la postérité depuis la Seconde Guerre mondiale. «Le 1er juin 1944, raconte le Ministère des Armées, les mots résonnent sur les postes TSF.» Ils seront répétés les 2, 3 et 4 juin, «à l’attention des résistants français du réseau Ventriloquist, chargé de saboter les installations ferroviaires et téléphoniques», précise toujours le Ministère.

Le 5 juin, Radio Londres termine la strophe: «Blessent mon cœur, D’une langueur, Monotone.» Les vers sont entendus. Ils annoncent le débarquement imminent des alliés sur les plages de Normandie. «Les alliés déferleront le lendemain, le 6 juin 1944, sur les plages normandes.» Le ministère précise que les sources divergent quant à la formulation exacte de la deuxième partie de la strophe prononcée par Radio Londres, le 5 juin. «Était-ce ‘‘blessent mon cœur’’ ou ‘‘bercent mon cœur’’?» Il note toutefois qu’un «reportage sur le musée du 5-juin-1944 de Tourcoing s’ouvre sur un enregistrement dont le texte est conforme au poème». Celui-ci est de plus accompagné d’une pièce d’archive allemande, attestant de son authenticité.

«Le coq chantera trois fois»

Comme le rapporte Michel Augeard, une annonce eut lieu le 3 juin 1944: «Le coq chantera trois fois». Ce message prévient «les groupes de la Manche de l’imminence du débarquement». L’origine de la formule est vraisemblablement issue du Nouveau Testament. À la veille de sa Passion, Jésus prévient ses disciples: «Je serai pour vous tous, cette nuit, une occasion de chute, car il est écrit: Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées». Ce à quoi Pierre rétorque: «Quand tu serais pour tous une occasion de chute, tu ne le seras jamais pour moi». Le Christ lui annonce alors: «Je te le dis en vérité, cette nuit même, avant que le coq ne chante deux fois, tu m’auras renié trois fois».

«Les chants les plus désespérés sont les chants les plus beaux»

Toujours selon Michel Augeard, ce message codé envoyé le 5 juin est une «variante du message de passage à l’action du Bureau central de renseignements et d’action» (services de renseignements de la France Libre). Certains reconnaîtront sans doute le vers extrait de «La Nuit de Mai» de Musset, un texte dans lequel le Poète se met en scène dialoguant avec la Muse. «Les plus désespérés sont les chants les plus beaux / Et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots». Selon «D-Day Overlord», premier site francophone dédié à la bataille de Normandie, ce vers déclencha le «Plan Violet» dont l’action fut la «destruction des lignes de communication des P.T.T. Plusieurs câbles des environs sont détruits dans la nuit par les employés de Postes».

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.