Read in the news
|
Published on 11 June 2019

France/Ultra-droite - Ils voulaient s'en prendre à des juifs et à des musulmans : un groupe d'ultra droite démantelé

Une enquête de plusieurs mois a permis l'interpellation de 5 personnes qui projetaient des attaques contre plusieurs cibles, notamment la convention annuelle du CRIF. Parmi les suspects figurent un gendarme volontaire adjoint et un mineur de 15 ans.

Publié le 11 juin sur BFM TV

Un projet encore imprécis mais déjà des cibles évoquées. Cinq personnes ont été interpellées et mises en examen dans le cadre d'une enquête qui dure depuis plusieurs mois portant sur des projets d'attaques contre des musulmans et des juifs, a appris BFMTV. Selon nos informations, ces arrestations ont eu lieu entre le mois de septembre 2018 et la fin du mois de mai 2019. 

Ces cinq suspects, adhérents des thèses de l’ultra droite, avaient nommé leur groupe "L’Oiseau Noir". Ils communiquaient via un forum, où ils discutaient de l’opportunité de commettre un attentat. "Un projet aux contours imprécis", selon une source judiciaire. Toujours selon nos informations, ils avaient évoqué plusieurs cibles, dont des musulmans, ou encore la convention annuelle du CRIF. Un rendez-vous qui était déjà la cible d'une autre attaque, celle-ci projetée par un néonazi d'une trentaine d'années. 

Un gendarme volontaire parmi les suspects

L'enquête avait débuté avec l'arrestation le 7 septembre 2018 d'un homme dans le cadre d'une enquête diligentée par le parquet de Grenoble. Le suspect est un gendarme volontaire adjoint dont le contrat arrivait à expiration. À son domicile, les enquêteurs retrouvent des munitions de kalachnikov, des produits explosifs, un pistolet de marque Glock et un fusil. À l’issue de sa garde à vue, il a été placé sous contrôle judiciaire pour détention d’armes et produits explosifs.

Cette mise en examen n'a toutefois pas marqué le point final de cette enquête alors que le parquet de Grenoble avait ouvert à l'époque une information judiciaire. Les investigations étaient alors confiées aux services de gendarmerie. D'une simple détention d'arme, le travail des enquêteurs a permis de matérialiser un projet d'attentat terroriste. Deux autres personnes ont rapidement été interpellées en octobre 2018.

Le parquet de Grenoble s'est alors dessaisi au profit du parquet antiterroriste de Paris. Une information judiciaire pour association de malfaiteurs terroriste criminelle était alors ouverte le 15 janvier 2019. Le statut du premier interpellé, le gendarme volontaire adjoint, était alors révisé et il était placé en détention provisoire. L'enquête a également conduit à l'interpellation de deux autres personnes à la fin du mois de mai, dont un mineur de 15 ans. Il a été mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle le 23 mai, et placé sous contrôle judiciaire.

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.