Read in the news
|
Published on 4 July 2019

Europe/Antisémitisme - L'antisémitisme en hausse de 200% en République Tchèque, depuis 2015

Les discours de haine antisémites sur Internet représentent 92,8% des incidents enregistrés en République Tchèque ; pourtant, c'est l'un des pays où la communauté juive se sent le plus en sécurité, en comparaison avec d’autres pays d'Europe de l'Est.

Publié le 4 juillet dans le Jerusalem Post

Traduction proposée par le Crif

L'antisémitisme a augmenté de 189% en République Tchèque entre 2015 et 2018, passant de 126 en 2015 à 347 en 2018. 

Les chiffres ont été publiés dans un rapport publié par la Fédération des communautés juives de République Tchèque (FZO) mercredi soir.

Le rapport explique que les victimes d'actes violents ne signalent pas souvent de tels incidents. «Il est donc probable que le taux d'attaques antisémites soit plus élevé». 

Malgré cela, le rapport a expliqué que « les incidents antisémites violents en République Tchèque continuent d'être rares ». 

L'année dernière, deux cas d'agression physique liée à l'antisémitisme ont été enregistrés, alors qu'il y a eu trois cas de dégradation de biens juifs à l'aide d'inscriptions et de symboles antisémites. 

En outre, neuf incidents entrant dans la catégorie des menaces de violence, de harcèlement, d'intimidation ou d'insultes envers une personne en particulier en raison de son judaïsme réel ou présumé. 

Le rapport de la FZO a déclaré que la plus grande augmentation d'incidents antisémites se trouvait sur Internet.

Le nombre d'articles publiés, de publications sur les réseaux sociaux, de commentaires anonymes et de forums de discussions antisémites a augmenté au cours des dernières années. 

"Les discours de haine antisémites sur Internet représentent 92,8% des incidents enregistrés [en République tchèque]", indique le rapport. "Traditionnellement, des messages antisémites étaient publiés sur des sites d'extrême droite, sur des sites anti-élites ou dans les discours d'activistes soutenant le mouvement BDS] (Boycott, Désinvestissement et Sanctions)." 

"Des plateformes de propagande et de désinformation, dont l'origine est souvent les médias et les réseaux sociaux du Pro-Kremlin, ont généré 36% de tous les incidents enregistrés en 2018 et constituent une base idéologique importante pour les publications antisémites en République tchèque ", a déclaré FZO dans ses conclusions.

La recherche a révélé que dans 64% des cas, "il y avait des cas de revendications fausses, vulgaires ou stéréotypées à propos de Juifs; il est très courant de répandre des théories du complot sur le mythe du judaïsme mondial, un prétendu contrôle des médias, de l'économie, des gouvernements et d'autres institutions publiques. " 

Il y avait aussi des cas de nouvel antisémitisme, dans lequel des Juifs étaient collectivement blâmés pour les actions de Israël; Selon le rapport, cela représentait environ 29% de tous les incidents. 

L'organisation juive a déclaré que la majorité des incidents avaient été rapportés en mai 2018, lorsque les manifestations antisémites étaient principalement influencées par plusieurs incidents survenus en Israël, notamment le déplacement de l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem et les troubles qui ont suivi dans la bande de Gaza.

Parmi les incidents antisémites mentionnés dans le rapport, un homme juif se voit demander par un gardien de retirer son étoile de David avant d'entrer dans un club à Prague, et une lettre antisémite anonyme qui a été envoyée au théâtre Zlin avant l'ouverture d'une pièce de théâtre sur les Juifs, dans lequel l'auteur disait que les Juifs étaient des cochons : "ils étaient des immigrés indésirables" et "les pogroms contre les Juifs étaient justifiés et commis en état de légitime défense". 

Dans un troisième incident décrit, un Juif qui se trouvait dans un bar à Liberec a été abordé par quelqu'un qui a appelé à la suppression d'Israël de la surface de la carte et qui a crié: «Hélez Hitler».

Le rapport sur l'antisémitisme intervient près de six mois après que la chambre basse du Parlement tchèque ait adopté une résolution reconnaissant la définition de l'antisémitisme donnée par l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste. 

Malgré le nombre d'incidents, la République tchèque reste un pays sûr pour la communauté juive, en comparaison avec d'autres pays d'Europe centrale et d'Europe occidentale. "Les manifestations antisémites, comme le montre l'analyse des incidents enregistrés, se limitent dans la plupart des cas à Internet", a déclaré FZO.

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.