La chronique (pas très casher) de Raphaela : Sur la bonne voie

17 October 2019 | 359 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Dans cette éditorial, je m'exprime sur les nombreux actes de haines survenus en France et dans le monde en 2019. Je formule également mes voeux de sécurité et de paix pour cette nouvelle année.

 

Gad Weil est le Président du MJLF (Mouvement juif libéral de France).

Meyer Habib, il y a ceux qui l'aiment et ceux qui l'ont en exècre. Mais on ne peut en aucun cas tolérer un tel déferlement de haine antisémite.

Exposition jusqu'au 30 novembre, à la Galerie Saphir !

Discours prononcé lors de la Plénière de clôture.

Pages

Opinion

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Depuis plusieurs années, le cinéma international ne cesse de plébisciter les cinéastes iraniens. Asghar Farhadi en est l’exemple même. Cependant, certains réalisateurs n’ont pas la chance d’être autant ovationnés.

Pour leur cinéma engagé, frontal et dénonciateur du pouvoir politique et du régime iranien, grand nombre de réalisateurs iraniens ont été, pour les plus chanceux, contraint à l’exil, tandis que d’autres en détention, subissent le triste sort réservé aux prisonniers iraniens.

Pages

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Sur la bonne voie

Tremper la pomme dans le miel. Crever la dalle. Construire une cabane. Recommencer.

Les juifs, c’est un peu comme les ours finalement.

Première étape

Chaque année, le « Nouvel an » revient te rappeler qu’on a quand même des traditions un peu à part. Déjà, quand tu dis « Nouvel an » à un moldu, il t’imagine direct en train d’allumer des feux d’artifices dans ton jardin et de te soûler jusqu’au petit matin. Tu peux alors entendre des réflexions comme « Wouah, mais c’est trop cool, vous avez deux Nouvel an ! » Oui, mais en fait, non.

Notre début d’année à nous, c’est plutôt ambiance synagogue et repas de famille interminables. Il y a quand même des trucs cools, style on se gave de trucs sucrés en pensant que plus on en mange, plus l’année sera douce. Gros dingos que nous sommes. Il y aussi toute la partie prières sur des trucs chelou, tartes à la courge et autres têtes de poisson pour être toujours à la tête justement, et jamais à la queue. Si un antisémite vous demande pourquoi nous sommes partout, répondez-lui donc « c’est à cause de la tête de poisson !». Attendez-vous en retour à un regard de merlan frit...

En attendant, la « fête » est déjà finie, vous êtes en 5780 et il vous reste maintenant à espérer vous retrouver dans le bon livre pour le jour où le messie descendra sur terre pour faire sa compta. Heureusement, il vous reste jusqu’à Kippour pour réfléchir et changer. Et oui, si notre sentence était immuable, il y aurait nettement moins de fidèles à la synagogue, même à Kippour. Quoi qu’il en soit, si sur une échelle allant de Mère Teresa à Hitler vous penchez plus côté petit moustachu un brin autoritaire, rien n’est perdu pour vous. C’est le moment de prier à fond. Top à la vachette !

Dix jours plus tard…

Train Ouigo à destination de Strasbourg. L’âge m’ayant dépossédée de toute carte de réduction, et toujours assez flexible dans mes horaires, j’arrive à l’heure – pour une ashkénaze qui se respecte c’est-à-dire minimum une trentaine de minutes avant le train, voire même l’affichage de la voie du train. Il est onze heures, j’ouvre à peine les yeux et soudain des visages familiers autour de moi. Damned, le train de la veille de Kippour. J’avais complètement zappé que les juifs alsaciens ne savent pas faire les fêtes ailleurs que chez leur mère. Roch Hachana aurait dû me servir de leçon. Pas maquillée, j’affronte donc vaillamment les huit cents personnes que je connais peu ou prou, de près ou de loin, en sachant très bien que je me retrouverai un moment donné dans une de leur conversation de synagogue dans une phrase du style « la pauvre, elle avait pas très bonne mine ! ». Et pour cause, il faut bien s’occuper à Kippour. Vingt-cinq heures sans bouffe, c’est quand même long.

« Au moins, ça fait régime ! » Autre type de phrase entendu systématiquement à la synagogue un jour de Kippour. La religion finalement, c’est un peu comme tomber enceinte, c’est le genre de raisons qui te font tenir un jeûne easy, sans même te poser la question, alors que le reste de l’année tu es totalement incapable de sauter un seul repas de la journée pour le seul bien de tes fesses. C’est bien foutu quand même.

Mais revenons à nos moutons, béliers et autres boucs-émissaires. Je suis la première de ma rangée à la synagogue - ashkénaze for ever - je suis déjà tombée sur les douze personnes que je n’avais pas forcément envie de croiser, et j’ai un peu de temps devant moi pour méditer solo. Les dix jours de pénitence entre Roch Hachana et Kippour, finalement ça passe vite, et à force de reléguer la ligne « réfléchir à mes bonnes et mes mauvaises actions, demander pardon à ceux que j’ai potentiellement offensés et se repentir » tout en bas de ma to do list, l’état des lieux de ma conscience arrive juste à la deadline. Je fais le tour de mes péchés - par où commencer ? - je respire un grand coup et me dis qu’à partir de maintenant je serais une fille modèle et que… tiens mais ce serait pas mon ex avec cette immonde kippa verte ? Bordel, mais c’est un double menton ou une écharpe saumon qui pend autour de son cou de traître ? Oups.

Bon an, mal an, la journée suit son cours et la fin du jeûne pointe son nez. Tu vas pouvoir rentrer chez toi te défoncer le bide en oubliant toutes les bonnes résolutions que tu as prises aujourd’hui entre deux ragots avec tes voisines de syna.

Le lendemain dans la queue du train Ouigo du retour, facile de repérer tes congénères qui transportent tous d’énormes sachets de courses remplis de victuailles et qui sont vraiment dégoutés quand il faut payer le supplément bagage à cause des boulettes de Mamy… les joies du low cost. Petit accessoire supplémentaire pour les plus religieux : une sorte de pochette avec une grande tige et un citron dedans que l’on va pouvoir secouer lors de la dernière étape de ces fêtes de début d’année, dans la cabane que nous allons nous empresser de construire sur les balcons de dix mètres carrés de nos apparts parisiens.

La religion c’est quand même un truc de grands enfants.

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.