Read in the news
|
Published on 20 January 2020

L'article de presse que vous avez le plus lu cette semaine

Le chanteur Aziz Maraka, qui s'est produit dans un village arabe de Galilée, est l'homme d'une mission : briser les murs de la politique avec de la musique

Cet article a été publié dans le newsletter du 20 janvier 2020. Il est l'article de presse que vous avez le plus lu cette semaine. 

Stop Boycott - Malgré les pressions du BDS, ce chanteur jordanien ne regrette pas d'avoir chanté en Israël

Publié le 19 janvier dans Haaretz sous le titre This Jordanian Singer Doesn't Regret Israel Gig, Despite BDS Backlash
 
Traduction proposée par le Crif
 
Un invité assez inhabituel s'est produit le mois dernier dans le marché de Noël dans la ville arabe israélienne de Kafr Yasif. Il s'agit du chanteur jordanien Aziz Maraka.
 
Un public d'environ 5 000 personnes, pour la plupart des jeunes et des familles, s'est réuni dans la ville de Galilée pour assister au concert.
 
Jusqu'à la dernière minute, Aziz Maraka ne savait pas si il irait au bout de son engagement. "Jusqu'au dernier moment, il n'était pas clair pour moi si le spectacle aurait lieu", a déclaré le chanteur et compositeur de 37 ans à Haaretz. "J'étais soumis à une pression folle. Et quand nous avons été autorisés à entrer en Israël, les musiciens et moi nous sommes retrouvés coincés dans des embouteillages tels que je pensais que nous ne pourrions pas arriver à temps !".
 
Aziz Maraka a finalement pu rencontrer ses fans locaux mais, comme prévu, sa performance a fait des vagues. Une 'réponse dure du BDS" - le mouvement international de boycott, désinvestissement et sanctions contre Israël - s'est fait entendre. En effet, dès la fin du concert, le BDS a appelé à boycotter le chanteur d'origine tunisienne en raison de son "soutien à l'occupation". L'une des organisations qui s'est opposée à lui est le BDS48, active en Israël, et qui a affirmé qu'ils avaient approché Aziz Maraka avant la représentation pour lui expliquer très clairement quelles seraient les implications politiques de son concert.
 
Le chanteur a répondu aux critiques sur sa page Facebook, soulignant qu'il n'était pas logique que les artistes des pays arabes coopèrent avec des mouvement qui emêchent les citoyens arabes d'Israël de bénéficier de l'importante scène culturelle du Moyen-Orient. 
 
"J'ai décidé de répondre avec ma propre vidéo Facebook, dans laquelle je dis ces choses, afin de ne pas laisser de" trous "", a-t-il expliqué. "Cette génération est tellement confuse par le flot d'informations sur les réseaux sociaux. Je sens bien que personne ne sait quoi croire."
 
En outre des commentaires haineux postés sur sa page Facebook,  des messages plus sympathiques ont été publiés. Certains fans ont exhorté Maraka à rester fidèle à son parcours culturel - même au prix de risquer sa réputation professionnelle. Les fans locaux ont affirmé qu'ils appréciaient le fait que le chanteur soit venu pour se produire malgré la tempête médiatique attendue. Ils ont ajouté que de leur point de vue, la connexion avec le monde culturel arabe est plus importante que BDS, un mouvement qui mène à la discrimination et à l'isolement.
 
Lorsqu'on lui a demandé pourquoi il avait choisi de répondre si directement aux appels pour le boycotter, Aziz Maraka s'est montré catégorique : "Je ne veux plus garder le silence. Je ne veux pas qu'on me dicte qui croire et à qui parler. Et sur le sujet du BDS non plus. J'ai senti que je devais raconter ma version de l'histoire. Je ne dois rendre compte que de mon parcours artistique. Encore plus qu'avant, je sortirai et chanterai devant tout public qui voudra m'entendre, peu importe où ce public habite. Je pense que le BDS réfléchira à deux fois avant de s'attaquer à un chanteur arabe."

Mon image

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.