Bruno Halioua

Président de la Commission Souvenir du Crif

Blog du Crif/Hommage - Lundi 30 avril 1945. Milo Adoner revient à Paris

04 March 2020 | 200 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

J'ai été interviewé par Marc-Olivier Fogiel et Eléanor Douet, sur RTL, lundi 30 mai 2016, à la suite de mon élection à la Présidence du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Jean Pierre Allali's picture
LES STADES ET LE DATA
|
25 May 2016
Catégorie : France

Marc Perelman, auteur d'un livre percutant sur le passé trouble du célèbre architecte Le Corbusier, est aussi un spécialiste des excès du monde du football et, en général, des stades. Dans un petit ouvrage bien documenté, il se penche sur l'influence des "data" sur le public.

 

 

Jean Pierre Allali's picture
LECTURES
|
24 May 2016
Catégorie : France, Antisémitisme

Malka Marcovich et Jean-Marie Dubois publient un ouvrage original sur un thème peu exploré jusqu'ici:la contribution de la société des transports parisiens à l'organisation de la déportation des Juifs de France aux heures sombres de l'Occupation nazie

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

La cérémonie se déroulera demain mardi 19 avril à 17h30 au Mémorial de la Shoah à Paris en présence des ambassadeurs de Pologne et d’Israël.

A l'heure où le Front National réalise des scores historiques, la fête de Hanoukah rappelle que les forces politiques qui ne respectent pas les particularismes sont dangereuses

L'EI ne lésine pas sur les moyens et diffuse sur Internet sa propagande ignominieuse...

Il faut croire que certaines alertes ne veulent pas être entendues à temps

Souvent l’on oublie de parler d’eux

Au moins 128 morts à déplorer dans la vague d'attentats qui a frappé Paris vendredi 13 novembre

Dov Maimon's picture
Paradoxes de la politique israëlienne
|
09 November 2015
Catégorie : France

"A vos crayons citoyens, à la politique citoyens. Si nous voulons que les choses se fassent il va falloir que certains d’entre nous se bougent."

Tel Aviv sur Seine : succès sur les berges et sur le net, opération réussie !

Virginie Guedj-Bellaïche's picture
Le dialogue renoué
|
29 July 2015
Catégorie : France

Mars 2015, je suis à Bruxelles pour présenter mon livre écrit sous le pseudo de Sefwoman, « Je suis juive mais je me soigne ». Au fond de la salle, 3 garçons se marrent. Je parle de ma grand-mère et de service 98 pièces au liseré doré, de son refus de me parler de l’Algérie, des plats typiques, je les vois acquiescer. A la fin de la présentation, ils ont tous les trois le livre en main. « La dédicace c’est pour qui ? », « Ismaël ».

Pages

Actualité

Il est peut être temps de poser à ceux qui relaient les théories du complot - en particulier sur les réseaux sociaux - des questions déstabilisantes.

Dans une interview donné à Patrick Perotto de L'Est Républicain, je suis revenu sur l’un des défis des années à venir : combattre les idées de haine qui se répandent sur internet

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

Voici le discours que j'ai prononcé après le vote de l'assemblée générale du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

Là-bas, la crainte d'une menace russe est la principale raison qui exacerbe les passions identitaires.

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

Des 27 avril au 10 juin 2016, se tiendront les journées nationales des Mémoires de la traite de l’esclavage et de l’abolition.  Souvenons-nous.

Nouvelle erreur de casting - Au lendemain de l'émission Dialogues Citoyens, retour sur Marwen Belkaid, un invité pas comme les autres.

Seuls, nous ne pouvons rien. Tous unis nous pouvons tout.

Seuls, nous ne pouvons rien. Tous unis nous pouvons tout.

Pages

Bruno Halioua nous parle avec émotion de Milo Adoner.

Lundi 30 avril 1945. Un jeune déporté descend du train qui vient de pénétrer Gare de l’Est. Il fait nuit. Il tousse, il est fébrile. Il souffre de la tuberculose. Une équipe médicale présente sur place le dirige immédiatement dans une ambulance. Dans cinq jours, il aura 20 ans.

Milo Adoner vient miraculeusement de survivre à l’enfer. Il a connu le froid, la faim, la peur et les coups. Il a survécu grâce à une volonté hors du commun qui lui a permis d’échapper plusieurs fois à la mort. Il a réussi à s'évader le 4 avril. Il a eu la chance de trouver un groupe de prisonniers de guerre français qui l'ont caché. Seize autres évadés ont été pris et fusillés sur place. Le voilà allongé dans l’ambulance. Il y a exactement 950 jours, le 23 septembre 1942, Milo a été arrêté avec ses parents Mordko (55ans) et Marja (49ans) et ses frères Salomon (22 ans) et Henry (13 ans) et ses trois sœurs Rebecca (20ans), Lisette (10 ans) et Zizi (5ans).  Il a fait partie des 112 Juifs demeurant dans les immeubles du 10-12 rue des Deux-Ponts (Fondation Halphen) dans le quartier de l’Ile Saint-Louis qui ont été raflé. Après avoir été conduit au poste de Police du 4ème arrondissement ils ont été envoyés en autobus au camp de Drancy, ils ont été déportés cinq jours plus tard par le convoi 38 le 28 septembre 1942.

De tous les siens, il est désormais seul. Il sait qu’ils ont tous été exterminés. Il n’a aucune nouvelle de sa sœur Charlotte qui a réussi à échapper in extremis à son arrestation. Il ne sait pas encore qu’elle a survécu et qu’il va la retrouver dans quelques jours. Allongé dans le brancard dans l’ambulance, Milo demande au conducteur qu’il fasse un détour afin qu’il puisse revoir l’immeuble du 10-12 rue des Deux-Ponts.   

Comme il me l’a raconté au cours d’une réunion de la Commission du Souvenir du Crif, il a fait stopper l’ambulance, il a contemplé longuement son immeuble et il s’est mis à quatre pattes pour embrasser le trottoir. Il a réalisé le geste qu’il avait rêvé de réaliser tout au long de sa déportation. Milo est ensuite conduit à l'Hôtel Lutétia où il reste quelques jours. Il décide de revenir rue des Deux-Ponts. Il monte au 3 ème étage. Il sonne à la porte de l’appartement familial. Dans l'entrée, scellé sur la porte, il y avait encore un « mezouzot » que son père avait posé religieusement quand il avait pris possession de l’appartement.  Un homme lui ouvre la porte et lui explique qu’il a été relogé par la mairie et qu’il n’a absolument pas question qu’il quitte cette appartement…. C’est mal connaitre Milo qui revient à la charge au bout de quelques jours. Cette fois, il n’est pas seul. Il est accompagné par deux copains qui ont été déporté avec lui. Ils sont tous maigres, le crane rasé vêtus de loques en guise de vêtements. Il n’est plus question de discuter. Il n’est pas question de faire appel aux structures communautaires qui ont mis en place une cellule juridique afin de récupérer les logements qui ont été spoliés. Milo et ses amis explique au locataire des lieux qu’ils vont le faire sortir par la fenêtre. Ce dernier comprend qu’il n’est pas question de perdre du temps et il quitte aussitôt l’appartement.  

Milo récupère le logement familial. En tant que déporté, il reçoit par Gouvernement, une chaise, un lit, une table en bois blanc et 1800 euros en guise de compensation pour la spoliation de tous les biens familiaux. Milo Adoner est envoyé dans un sanatorium où il restera trois années.  Il a fondé une famille avec une fille de déporté. Lui qui avait obtenu le Certificat d’Etudes avec mention en 1937 deviendra représentant en horlogerie puis vendeur des jeans aux puces de Clignancourt.

Nous avions tous plaisir à le retrouver au sein de la Commission du Souvenir de la Shoah.  Il a gardé jusqu’à la fin cette fantastique énergie, son franc parler et son sens de l’humour qui nous réjouissaient à chaque fois qu’on le retrouvait…

Mon image

 

Bruno Halioua