Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Être juif, à Lyon et ses alentours (1940-1944), par Sylvie Altar

22 April 2020 | 137 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Dina Porat, Le Juif qui savait Wilno-Jérusalem : la figure légendaire d’Abba Kovner, 1918-1987.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Pages

Être juif, à Lyon et ses alentours (1940-1944), par Sylvie Altar (*)

Malgré le temps qui passe et près de quatre-vingt ans après la catastrophe de la Shoah, on réalise qu’il reste encore des pans d’histoire à découvrir et des pages sombres à éclairer. Sylvie Altar s’est plus particulièrement penchée sur la vie à Lyon et ses alentours entre 1940 et 1944 et sur le sort que fut alors, dans cette région, celui des Juifs.

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, on compte en France environ 300 000 Juifs. Parmi eux, quelque 6 000 à 7 000 vivent dans l’agglomération lyonnaise : 4 000 à Lyon et le reste dans la proche banlieue, Villeurbanne, Vaulx-en-Velin, Saint-Fons ou encore Vénissieux. Rappelons que Lyon se situe à 150 km de la Suisse et à 250 km de la frontière italienne.

Foyer secondaire du judaïsme français, Lyon a vu des couches successives de communautés juives s’installer en son sein : Comtadins, Alsaciens, Turcs, Juifs des Balkans, Algériens, Marocains, Polonais, Allemands, Autrichiens… Les réseaux communautaires sociaux et culturels fonctionnent convenablement. La partie religieuse est gérée par l’ACIL (Association Cultuelle Israélite de Lyon), le Consistoire, en somme. Inaugurée en 1864, la Grande Synagogue est située sur le quai Tilsitt.

Comme tous les Français, les Juifs lyonnais participeront à l’effort de guerre et seront mobilisés. Un élan patriotique qui poussera également les Juifs étrangers à s’engager volontairement.

À partir de juin 1940, Lyon, de par sa position géographique, va se transformer en ville abri. « La guerre modifie en profondeur l’espace et les repères de la France, elle fait de Lyon une sorte de capitale sans en porter le titre en raison de son attractivité ». Fuyant le rouleau compresseur allemand, les Français se ruent en masse vers Lyon. Lyon se transforme en une ruche bourdonnante dont le seuil de saturation dépasse 12 812 hab/km2. Et, pour ce qui est du judaïsme, on peut se demander si Lyon n’est pas devenue, en ces temps troublés, la capitale du judaïsme français ! Signe des temps : l’Assemblée Générale des Rabbins de France s’y réunit du 3 au 5 septembre 1940. Le Consistoire Central lui-même décide de s’installer à Lyon.

Ville refuge, havre de paix, la ville, hélas, va rapidement se transformer en traquenard mortel pour milliers d’exilés qui pensaient y avoir trouvé le salut. Le titre de la troisième partie du livre de Sylvie Altar est on ne peut plus explicite : « Lyon, ville piège où s’opère le processus génocidaire »

Contrôlés, recensés, marginalisés, assignés à résidence, spoliés, victimes du numerus clausus et de la délation, les Juifs vont peu à peu tomber, victimes d’un système pervers et maléfique : la direction régionale du commissariat général aux questions juives à la solde d’Hitler et du nazisme. C’est le temps des monstres que seront Henri de la Chassagne, Henri Rostaing, Charles Agnès, Marc Billon-Carrel, Francis André et bien d’autres. Sans oublier Paul Touvier et Klaus Barbie.

À partir de décembre 1941, c’est le temps des perquisitions, des rafles et des descentes policières françaises aux ordres de René Bousquet. La rafle du 26 août 1942 sera meurtrière. Tout comme celle, plus tard, le 9 février 1943, dite « de la rue Sainte-Catherine ». Ou encore, le 1er mars 1943, celle de Villeurbanne ;Un camp est installé à Vénissieux, un autre aux Iris à Villeurbanne. Sans oublier la kyrielle de « petites rafles ».Le 12 septembre 1942, jour de Roch Hachana, pour la première fois, un Juif français est arrêté. On perquisitionne la Grande Synagogue et plusieurs autres lieux.

1943 devient, comme le dit l’auteure, « l’année du resserrement et de la traque ».. Celle aussi du STO. Les prisons lyonnaises, comme le fort Montluc ou le Petit Dépôt tournent à plein rendement. Le 26 mai 1943, le Grand rabbin de Lyon, Bernard Schonberg, est arrêté. Le 28 octobre 1943, c’est le tour du président du Consistoire Central. Jacques Helbronner est arrêté ainsi que son épouse. Le 10 décembre, un attentat vise la Grande Synagogue.

« 1944, nous dit Sylvie Altar, sera l’année de tous les excès ».

Les nazis et leurs collaborateurs, qui sentent la fin prochaine de l’Allemagne et du nazisme  multiplient les exactions.

Le 3 septembre 1944, enfin, Yves Farge, commissaire de la République de la région, proclame la libération de Lyon. « La cité rhodanienne, qui se réveille d’un long cauchemar, est tiraillée entre espoir et désespoir ».

Des photographies, des reproductions de documents et des schémas agrémentent cet ouvrage de référence sur le sujet traité. Intéressant.

 

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Tirésias-Michel Reynaud. Septembre 2019. Préfaces de Serge Klarsfeld et de Laurent Douzou. Postface de Haïm Korsia. 434 pages. 30 €.

 

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.