Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Être juif, à Lyon et ses alentours (1940-1944), par Sylvie Altar

22 April 2020 | 137 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Mardi 10 octobre 2017, j'ai été reçu par le Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères pour un long tour d'horizon.

Invité's picture
#BlogDuCrif - Devoir de mémoire
|
20 September 2017
Catégorie : France

Il y a 76 ans, le 15 décembre 1941, 69 hommes ont été fusillés au Fort du Mont Valérien à Suresnes, dans les Hauts de Seine par les autorités d’occupations allemandes. Ces hommes, français et étrangers, furent arrêtés par les forces de polices françaises de la Préfecture de police du département de la Seine (à l’époque).

Je vais vous raconter l’histoire de Moritz Singer, mon oncle, le frère de ma mère, un de ces fusillés.

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

"The strength of a Nation always lies in the the way it looks at its History and and its ability to teach it to future generations".

 

"La force d’une Nation réside toujours dans le regard qu’elle sait porter sur son histoire et sa capacité à l’enseigner aux générations suivantes."

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Pages

Être juif, à Lyon et ses alentours (1940-1944), par Sylvie Altar (*)

Malgré le temps qui passe et près de quatre-vingt ans après la catastrophe de la Shoah, on réalise qu’il reste encore des pans d’histoire à découvrir et des pages sombres à éclairer. Sylvie Altar s’est plus particulièrement penchée sur la vie à Lyon et ses alentours entre 1940 et 1944 et sur le sort que fut alors, dans cette région, celui des Juifs.

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, on compte en France environ 300 000 Juifs. Parmi eux, quelque 6 000 à 7 000 vivent dans l’agglomération lyonnaise : 4 000 à Lyon et le reste dans la proche banlieue, Villeurbanne, Vaulx-en-Velin, Saint-Fons ou encore Vénissieux. Rappelons que Lyon se situe à 150 km de la Suisse et à 250 km de la frontière italienne.

Foyer secondaire du judaïsme français, Lyon a vu des couches successives de communautés juives s’installer en son sein : Comtadins, Alsaciens, Turcs, Juifs des Balkans, Algériens, Marocains, Polonais, Allemands, Autrichiens… Les réseaux communautaires sociaux et culturels fonctionnent convenablement. La partie religieuse est gérée par l’ACIL (Association Cultuelle Israélite de Lyon), le Consistoire, en somme. Inaugurée en 1864, la Grande Synagogue est située sur le quai Tilsitt.

Comme tous les Français, les Juifs lyonnais participeront à l’effort de guerre et seront mobilisés. Un élan patriotique qui poussera également les Juifs étrangers à s’engager volontairement.

À partir de juin 1940, Lyon, de par sa position géographique, va se transformer en ville abri. « La guerre modifie en profondeur l’espace et les repères de la France, elle fait de Lyon une sorte de capitale sans en porter le titre en raison de son attractivité ». Fuyant le rouleau compresseur allemand, les Français se ruent en masse vers Lyon. Lyon se transforme en une ruche bourdonnante dont le seuil de saturation dépasse 12 812 hab/km2. Et, pour ce qui est du judaïsme, on peut se demander si Lyon n’est pas devenue, en ces temps troublés, la capitale du judaïsme français ! Signe des temps : l’Assemblée Générale des Rabbins de France s’y réunit du 3 au 5 septembre 1940. Le Consistoire Central lui-même décide de s’installer à Lyon.

Ville refuge, havre de paix, la ville, hélas, va rapidement se transformer en traquenard mortel pour milliers d’exilés qui pensaient y avoir trouvé le salut. Le titre de la troisième partie du livre de Sylvie Altar est on ne peut plus explicite : « Lyon, ville piège où s’opère le processus génocidaire »

Contrôlés, recensés, marginalisés, assignés à résidence, spoliés, victimes du numerus clausus et de la délation, les Juifs vont peu à peu tomber, victimes d’un système pervers et maléfique : la direction régionale du commissariat général aux questions juives à la solde d’Hitler et du nazisme. C’est le temps des monstres que seront Henri de la Chassagne, Henri Rostaing, Charles Agnès, Marc Billon-Carrel, Francis André et bien d’autres. Sans oublier Paul Touvier et Klaus Barbie.

À partir de décembre 1941, c’est le temps des perquisitions, des rafles et des descentes policières françaises aux ordres de René Bousquet. La rafle du 26 août 1942 sera meurtrière. Tout comme celle, plus tard, le 9 février 1943, dite « de la rue Sainte-Catherine ». Ou encore, le 1er mars 1943, celle de Villeurbanne ;Un camp est installé à Vénissieux, un autre aux Iris à Villeurbanne. Sans oublier la kyrielle de « petites rafles ».Le 12 septembre 1942, jour de Roch Hachana, pour la première fois, un Juif français est arrêté. On perquisitionne la Grande Synagogue et plusieurs autres lieux.

1943 devient, comme le dit l’auteure, « l’année du resserrement et de la traque ».. Celle aussi du STO. Les prisons lyonnaises, comme le fort Montluc ou le Petit Dépôt tournent à plein rendement. Le 26 mai 1943, le Grand rabbin de Lyon, Bernard Schonberg, est arrêté. Le 28 octobre 1943, c’est le tour du président du Consistoire Central. Jacques Helbronner est arrêté ainsi que son épouse. Le 10 décembre, un attentat vise la Grande Synagogue.

« 1944, nous dit Sylvie Altar, sera l’année de tous les excès ».

Les nazis et leurs collaborateurs, qui sentent la fin prochaine de l’Allemagne et du nazisme  multiplient les exactions.

Le 3 septembre 1944, enfin, Yves Farge, commissaire de la République de la région, proclame la libération de Lyon. « La cité rhodanienne, qui se réveille d’un long cauchemar, est tiraillée entre espoir et désespoir ».

Des photographies, des reproductions de documents et des schémas agrémentent cet ouvrage de référence sur le sujet traité. Intéressant.

 

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Tirésias-Michel Reynaud. Septembre 2019. Préfaces de Serge Klarsfeld et de Laurent Douzou. Postface de Haïm Korsia. 434 pages. 30 €.

 

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.