Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - En attendant un sursaut du bon droit et du bon sens

26 June 2020 | 83 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Mardi 10 octobre 2017, j'ai été reçu par le Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères pour un long tour d'horizon.

Invité's picture
#BlogDuCrif - Devoir de mémoire
|
20 September 2017
Catégorie : France

Il y a 76 ans, le 15 décembre 1941, 69 hommes ont été fusillés au Fort du Mont Valérien à Suresnes, dans les Hauts de Seine par les autorités d’occupations allemandes. Ces hommes, français et étrangers, furent arrêtés par les forces de polices françaises de la Préfecture de police du département de la Seine (à l’époque).

Je vais vous raconter l’histoire de Moritz Singer, mon oncle, le frère de ma mère, un de ces fusillés.

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

"The strength of a Nation always lies in the the way it looks at its History and and its ability to teach it to future generations".

 

"La force d’une Nation réside toujours dans le regard qu’elle sait porter sur son histoire et sa capacité à l’enseigner aux générations suivantes."

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Pages

J’aimerais aborder 2 thèmes qui ne peuvent que nous interpeller.

Le premier est lié à la situation sanitaire que nous avons vécu et surtout aux précautions que nous devons prendre afin de lutter ensemble contre ce virus qui menace toujours. Sans vouloir revenir sur les manquements ou erreurs d’appréciation que nous avons vécus, il est essentiel, au lendemain du déconfinement, de rester conscients de notre responsabilité collective dans la lutte contre une nouvelle séquence de contamination massive.

Les jours d’été sont là et notre désir légitime de reprendre le cours normal de la vie ne doit pas nous faire oublier l’importance des gestes barrières essentiels et le port du masque lors de nos déplacements et rencontres d’un public en nombre. Se laver les mains et éviter les contacts directs restent et demeurent les seuls moyens dont nous disposons afin d’éviter le pire.

Alors, tout en reprenant le chemin de nos bureaux, restaurants, cafés, cinémas ou rencontres avec nos amis et nos proches, n’oublions pas cet ennemi qui nous a fait tant de mal et tous ceux et celles qui en ont été les victimes. Continuez de vous protéger.

Le second sujet que je souhaite aborder est sur le thème de la confiance.

Depuis quelques temps, nous avons régulièrement des informations qui nous troublent quant à l’indépendance de certains corps essentiels de notre société. L’indépendance de la justice par exemple et les dernières révélations sur les affaires Fillon, Sarkozy et autres dossiers ne peuvent nous laisser sans interrogations. Sans parler du fond de ces affaires que seule la justice tranchera, il est plus qu’inquiétant de voir que les procédures ont été entachée. Dans les temps troubles que nous vivons, ce genre de doutes ne font que renforcer le populisme qui attend chaque faux pas de la démocratie.

Parmi ces derniers faux pas, je ne peux passer sous silence les lamentables décisions qui permettent encore à ce jour à des Soral et Dieudonné d’échapper à la prison malgré les condamnations répétées pour leur antisémitisme viscéral. 

Comme pour la loi sur la haine sur Internet, la liberté d’expression a été arborée en bouclier par les défenseurs de ces deux personnages immondes et leur permet encore d’échapper à leur mise hors d’état de nuire.

Aujourd’hui encore, ces deux antisémites vont pouvoir diffuser leur venin en toute impunité.

 

Optimiste de nature, je suis certain qu’un sursaut du bon droit et du bon sens aura lieu et que demain sera meilleur. 

Demain dépend de nous ! 

Je vous souhaite à tous une bonne santé et de bonnes vacances. Prenez des forces car les combats ne manqueront pas. 

 

Gil Taieb

- Les opinions exprimées dans les billets de blog n'engagent que leurs auteurs - 

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.