Blog du Crif - Hommage à Serge Hoffman, par Patrick Klugman

11 January 2021 | 128 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Lundi 20 novembre, j'ai rencontré le Président français Emmanuel Macron à Paris, accompagné d'une délégation du Congrès Juif Européen (EJC).

La semaine dernière, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) proposait dans sa newsletter et sur ses réseaux sociaux un contenu qui a fait polémique.

Mon discours prononcé au dîner du Crif Grenoble-Dauphiné, le 22 octobre 2017.

Mon discours à la cérémonie d'hommage aux Juifs engagés volontaires qui s'est tenue le 15 octobre 2017 au cimétière de Bagneux.

Pages

Actualité

Des 27 avril au 10 juin 2016, se tiendront les journées nationales des Mémoires de la traite de l’esclavage et de l’abolition.  Souvenons-nous.

Nouvelle erreur de casting - Au lendemain de l'émission Dialogues Citoyens, retour sur Marwen Belkaid, un invité pas comme les autres.

Seuls, nous ne pouvons rien. Tous unis nous pouvons tout.

Seuls, nous ne pouvons rien. Tous unis nous pouvons tout.

Réaction à la célébration du 20ème anniversaire de la mort de François Mitterand

Réaction à la célébration du 20ème anniversaire de la mort de François Mitterand

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Marc Knobel's picture
Les femmes, Daech et le Djihad
|
19 November 2015
Catégorie : Actualité

« Une femme retranchée dans l’appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l’assaut, est morte »

Vendredi soir en l'espace de moins d'une heure, la France a connu le plus grave attentat jamais perpétré sur son territoire. En l’espace d’une trentaine de minutes, des terroristes ont attaqué la capitale à 7 endroits avec une minutie et une détermination macabres. 129 morts, 350 blessés dont 100 dans un état très grave. Les chiffres donnent le tournis. Moins de 48 heures après cette nuit d’horreur, n’en déplaise à certains, il est juste le temps de pleurer.

Marc Knobel's picture
Des visages sur nos morts
|
14 November 2015
Catégorie : Actualité

Les réseaux sociaux se sont mobilisés pour retrouver les personnes portées disparues, ceux dont nous n’avions pas de nouvelles. Les Amis, les familles, les anonymes partagent descriptions, photos et espoir.

Virginie Guedj-Bellaïche's picture
#JeNaiPasPeur
|
14 October 2015
Catégorie : Actualité

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

Il est temps d'affirmer haut et fort que les islamistes veulent tuer des juifs !

Pages

J’apprends que Serge est parti et je peine à le croire.

Tout le monde a connu ou entendu parler de Serge Hoffman : figure incontournable de notre profession, ancien membre du conseil de l’ordre, il était le premier spécialiste de la propriété intellectuelle et de la lutte contre la contrefaçon.

Serge avait prêté serment en 1957, en même temps que la loi sur la propriété intelectuelle était promulguée. Ce fut sa chance et sa réussite. Pas une marque de prêt à porter français des annés 70 aux années 90 n’échappa à son talent. En revanche beaucoup d’autres, dans les belles années du sentier mais dont la créativité s’exerçait surtout dans l’imitation approximative échappèrent grâce à lui à un sort cruel. Serge avait ce génie d’être à la fois le protecteur des créateurs et le saint patron de quelques contrefacteurs, pour peu qu’ils s’amendent.

On a tous appris de Serge quelque chose, surtout le millier de rejetons de ses clients dont je suis et qui ont eu la chance de faire leur premier stage à ses côtés. Bien sûr, qu’un bon arrangement vaudra toujours mieux qu’un mauvais procès.

Il n’empêche que c’est en le voyant découvrir un dossier correctionnel dans la voiture du client qui nous menait vers le tribunal et dans mon souvenir vers la catasrophe, que j’ai compris ce qu’était un maître. Sur le ton de la discussion badine avec la juridiction il arracha une relaxe juridiquement impossible. Et s’en alla bonhomme, comme s’il était le seul avec le client à ne pas se rendre compte du miracle accompli.

Serge roulait été comme hiver au volant d’une voiture décapotée invariablement assortie à ses yeux bleux et avait toujours et pour tous un sourire. Il avait la légèreté dans la vie des coups droits qu’il administrait facilement sur les courts du Racing. Lui qui tutoyait le bonheur, comme le reste de l’humanité, magistrats compris, n’était pas tout à fait né sous une bonne étoile. Surtout quand celle-ci fut imposée sur le coeur des juifs, à Paris. Derrière le sourire, il y avait le souvenir d’un enfant du faubourg. Ceux qui l’ont entendu témoigner au soir de sa vie sur ce que fut pour lui le 16 juillet 1942 ont compris ce qu’il y avait de larmes d’enfant enfouies derrière la faconde qui a fait sa marque.

Serge a réussi au delà de ses espérances. Il laisse un cabinet prospère à son nom, aujourd’hui l’un des plus anciennement établis à Paris, et l’un des plus reconnus dans cette matière exigeante grâce à Emmanuelle et Pierre, qui poursuivent l’oeuvre de leur père. Le cabinet Hoffman survivra à Serge, mais le 26 avenue Kléber restera pour l’éternité et l’univers sa demeure.

Je me joins à tous les anciens du 26, à tous les confrères, les stagiaires, les clients, les amis, les partenaires adversaires au Tribunal et sur les courts, bref à tous ceux qui ont connu et aimé Serge, ce qui revient au même, pour adresser à Janine, Emmanuelle, Olivier, Pierre, à toutes leur famille mes pensées affectueuses.

Patrick Klugman

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.