Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Serge Hajdenberg nous a quittés

08 March 2021 | 95 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Gil Taïeb's picture
Nous sommes debout
|
03 April 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Le judaïsme indien est assez méconnu en France. Pourtant, il est d'une implantation millénaire. Il y avait environ 35 000 Juifs aux Indes lors de la création de l'État d'Israël

Johnny est malade. Oui, le grand Johnny. Lundi, la fille de Johnny Hallyday avait annoncé que son père souffrait d'un cancer avant de crier au piratage de son compte. Ce mercredi soir, c'est finalement le chanteur lui-même qui prend soin d'envoyer un mot sur Twitter pour rassurer ces fans. Si on lui a dépisté « des cellules cancéreuses » pour lesquelles il est « traité », il assure être confiant sur son suivi. "Mes jours ne sont pas aujourd'hui en danger, rappelle L’Express du 9 mars.

Cela paraîtra peut-être étrange à certains de mes lecteurs, mais j’aime Johnny, j’aime son timbre de voix, j’aime aussi certaines de ces chansons, je suis presque, presque un fan.

Pourquoi dans cette affaire, est-ce Bensoussan qui seul est poursuivi en justice et non pas simultanément Smaïn Laacher ?

Pages

Opinion

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Stéphanie Dassa's picture
Documentaire Sauver Auschwitz
|
23 January 2017
Catégorie : Opinion

"Sauver Auschwitz ?" un documentaire diffusé le 24 janvier à 22h40 sur Arte 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Pages

La fin de semaine a été marquée par la terrible nouvelle du départ, vendredi 5 mars 2021, de Serge Hajdenberg, cofondateur de RadioJ et surtout Militant infatigable de la cause Juive depuis près d’un demi-siècle.

À l’annonce de ce dernier combat, que Serge n’a pu remporter malgré toute la force et la volonté qui le caractérisait, les réactions et témoignages sont venus de partout. De celles et ceux qui ont fait un plus ou moins long chemin à ses côtés comme de ceux qui l’ont simplement croisé ou entendu.

Oui ! Tous les militants, les auditeurs de la fréquence Juive, les engagés comme les simples suiveurs ont en eux quelque chose de Serge.

Ses éditos, ses coups de gueule, ses colères, ses rebellions et ses appels permanents au combat ont bercé plusieurs générations.

Que l’on ait été d’accord avec lui ou pas, des échanges avec Serge il restait toujours quelque chose. Pour une seule raison : il aimait sincèrement le peuple juif, Israël, la justice et la liberté.

Depuis vendredi de très nombreux témoignages ont évoqué ce Mench. Mais aujourd’hui, en cette journée internationale des droits des Femmes, permettez-moi de retenir surtout les témoignages émouvant et profond de ses femmes à lui : la sienne d’abord, Suzy, qui a rappelé combien depuis le premier jour, elle était à ses côtés lors de tous les défis qu’il avait à relever. Sa complice de chaque moment.

Celle qui dimanche, lors de la cérémonie d’hommage qui lui était rendu, a parlé de Serge son mari, son amour, le père, le grand-père et l’arrière grand-père qu’il était.

Les femmes étaient nombreuses autour de lui, ses quatre filles merveilleuses qui prenant la parole l’une après l’autre ont parlé avec tendresse de cet Homme qui chaque jour et plusieurs fois par jour, les appelait simplement pour savoir comment elles allaient. Elles ont parlé de ce roc, pilier d’une famille qui malgré les sacrifices que demandaient ses engagements, a toujours été un père attentionné dont elles étaient fiers.

Alors que Serge va rejoindre Israel, qu’il chérissait tant, pour son dernier voyage je veux ici au nom de tous, dire à Ses Femmes qui l’ont aimé et qu’il a tant aimées, combien nous pensons à elles et qu’elles ont bien des raisons d’être fières de celui qu’elles ont eu le bonheur d’avoir comme père.

Gil Taïeb