Philippe Meyer

Président du B'nai B'rith France

Blog du Crif - La France s’honorerait à soutenir enfin le droit légitime d’Israël de se défendre

12 May 2021 | 432 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Gil Taïeb's picture
Nous sommes debout
|
03 April 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Né à Tunis en 1920, Albert Memmi, s’il a été considéré, à travers certains de ses romans, comme le chantre du judaïsme tunisien, demeure surtout, le théoricien du colonialisme

C’est l’histoire d’un mariage mixte raté. Un mariage entre une Juive et un Musulman, Julie et Sam. 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Stéphanie Dassa's picture
Hommage à Claude Hampel
|
14 November 2016
Catégorie : France

« Il y eut un soir et il y eut un matin » Genèse1 : 5

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

Pages

Actualité
 
"La culture est ce qui a fait de l'homme autre chose qu'un accident de l'univers", déclarait André Malraux. C'est pour toutes ses vertus que la culture est grande et qu'elle reste et doit rester un rempart contre l'obscurantisme, le racisme, l'antisémitisme et l'homophobie. De chaque création artistique doit jaillir une lumière. C'est à cela que doit aspirer chacun de ceux qui ont le bonheur de pouvoir créer ou d'interpréter une oeuvre. 

 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

L’Amitié judéo-chrétienne de France - dont plusieurs militants du Crif sont membres du Comité Directeur - a tenu dimanche 29 janvier son Conseil national, l’occasion pour nous de donner quelques nouvelles du front du dialogue.

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Un livre de Victoria Klem

Suite au vote le 16 décembre 2016 du conseil municipal de Clermont-Ferrand au vœu présenté par les groupes communistes, Front de gauche et Europe écologie, vœu relatif au boycott des produits israéliens fabriqués dans « les territoires palestiniens occupés », le Maire de Clermont-Ferrand a fait paraître dans le journal local la Montagne un communiqué. La présidente du CRIF Auvergne-Rhône- Alpes lui répond…

Au lendemain des déclarations du ministre israélien de la défense, lundi 26 décembre, qualifiant la conférence de paix sur le Proche-Orient qui doit se tenir prochainement à Paris de nouveau « procès Dreyfus », le Crif a condamné des propos « maladroits ».

 
 
 

J'ai répondu aux questions d'Olivier Lerner dimanche 4 décembre lors de notre Convention Nationale

Halte à la discrimination d'Israel, le CRIF proteste suite à la décision d'étiqueter les produits israeliens. 

Suite à l'annonce de l'adoption de la directive de l'E.U sur l'étiquetage des produits israéliens le Crif a réagit à travers un communiqué, j'ai voulu dénoncer la décision française et l'obessession israelienne.

J'ai répondu aux questions de Sputnik news.

Pages

Opinion

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Toutes les lignes rouges sont franchies. Jérusalem bombardée. Tel Aviv et les principales villes côtières et du centre d’Israël bombardées. Des centaines de roquettes tirées aveuglement depuis Gaza par les terroristes islamistes du Hamas à travers tout le pays pour tuer des civils israéliens. Des victimes. Des blessés. Des dizaines de milliers d’habitants réfugiés dans des abris. En quelques heures, Israël a vécu un cauchemar. Et quel aurait le bilan de ces attaques meurtrières sans la protection du Dôme de fer ? On tremble à l’idée même d’y penser.

Aucun pays souverain, aucune démocratie n’accepterait cela. Israël a légitimement le droit de se défendre. Gaza n’est plus en proie à un conflit territorial depuis des années. Le Hamas, armé par l’Iran, a comme seul objectif de détruire Israël. La lutte d’influence que mène l’organisation terroriste contre une Autorité palestinienne corrompue, dépassée par la rue et qui s’accroche au pouvoir depuis plus de quinze sans élection fait le reste. Israël se défendra, Israël vaincra les terroristes. La démocratie et la liberté l’emporteront toujours sur la barbarie et la tyrannie. Mais à quel prix ?

Face à Israël bombardé, en France on se tait, ou pire.

Il y a ces voix qu’on n’entend pas, trop nombreuses parmi les responsables politiques démocrates, au lieu de condamner le terrorisme palestinien qui tue à Jérusalem ou à Tel Aviv et de soutenir la légitime défense d’Israël sous les bombes. Quand le courage et la dignité laissent la place à la lâcheté et au calcul, on ferme les yeux, au risque de se rendre complice du pire. Certains, encore trop rares, sauvent aujourd’hui l’honneur de leur écharpe tricolore en portant haut ces valeurs oubliées par tant d’autres. Il faut les saluer et souhaiter que leurs rangs grossissent.

Il y a cette diplomatie pro-arabe engoncée dans ses vieux habits usés qui continue, quoi qu’il en coûte, à réclamer à Israël cette indécente « réponse proportionnée ». Mais si elle devait réellement être « proportionnée » à cette barbarie, la réplique de Tsahal serait d’une toute autre ampleur.

Il y a ces médias qui falsifient la vérité et désinforment à longueur de titres, de commentaires et de colonnes, remplaçant la justesse du journaliste par l’aveuglement du militant. Avec à la clé un conditionnement de certains, dans certains quartiers, aux conséquences que l’on connait.

Et il y a cette extrême-gauche rouge, brune et verte, qui peine à masquer sa joie à la vue de civils israéliens courant s’abriter sous les bombes, qui voient dans ces attaques contre Israël une occasion pour déverser avec encore plus de haine leur antisionisme compulsif et qui, pendant que les bombes tombent sur Tel Aviv, manifesteront leur soutien aux palestiniens. Rien d’étonnant à ce que ce soient les mêmes qui votent contre l’adoption de la définition IHRA de l’antisémitisme. Il y a au-moins une logique dans leur croisade antisioniste assumée, antisémite à peine masquée. Les Juifs assassinés en France ces dernières années l’ont tous été au nom de la haine d’Israël. En jetant de l’huile sur le feu, ces pyromanes endossent une très lourde responsabilité pour l’avenir.

Israël se bat au quotidien contre l’islamisme destructeur et constitue un rempart pour les démocraties du monde face à ce mal qui se repend. La France s’honorerait à le soutenir. Dans ce combat commun dont dépend notre avenir, il n’est pas trop tard pour être au rendez-vous de l’histoire.

Philippe Meyer, Président du B’nai B’rith France