Richard Prasquier

Ancien Président du CRIF

Blog du Crif - Le conflit israélo-arabe vu par un livre de classe

10 February 2022 | 269 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

Pages

Opinion

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Gil Taïeb's picture
Nous sommes debout
|
03 April 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

On ne le dira jamais assez : la parution d’ouvrages de poésie, en général et dans le domaine juif en particulier est devenue assez rare pour qu’on ne salue pas avec plaisir la sortie d’un nouveau recueil. Dans ce nouveau livre, la peintre et poétesse Sarah Mostrel nous offre un ensemble de textes inspirés de la Bible et des textes fondamentaux du judaïsme.

Remi Huppert est un spécialiste des Juifs de Chine. On lui doit notamment Destin d’un Juif de Chine (1). Dans son nouveau roman, le judaïsme est toujours présent.

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Stéphanie Dassa's picture
Documentaire Sauver Auschwitz
|
23 January 2017
Catégorie : Opinion

"Sauver Auschwitz ?" un documentaire diffusé le 24 janvier à 22h40 sur Arte 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Pages

Chers auditeurs, merci d’attacher vos ceintures : voici comment un manuel présente en classe terminale le sujet « Conflits et tentatives de paix au Proche Orient ».

« Sans tenir compte du plan de partage de la Palestine « proposée » (avec une faute d’orthographe sur « proposée », pauvre Education Nationale….) par l’Organisation des Nations Unies en 1947, David Ben Gourion proclame la naissance de l’Etat d’Israël le 14 mai 1948. Cette décision est à l’origine de cinq guerres israélo-arabes ».

Il s’agit des Éditions Magnard.

Rappelons brièvement les faits. Un plan de partage, instituant dans la Palestine du Mandat britannique un état juif et un état arabe a été voté par l’Assemblée Générale de l’ONU le 29 novembre 1947. Il a été accepté par l’Agence juive, représentant officiel du sionisme, que présidait David Ben Gourion. Il a été rejeté aussi bien par le Haut Comité arabe présidé par Hadj Amin al Husseini que par la Ligue arabe. Le jour du départ britannique, le 14 mai 1948, Ben Gourion proclame la création de l’Etat d’Israel, comme prévu dans le plan de partage. C’est alors que les troupes des pays arabes voisins envahissent cet état, mais les combats avec les irréguliers arabes faisaient déjà rage depuis six mois. Inutile de rappeler ici la suite de l’histoire.

Ce qui impressionne, c’est la grossièreté du mensonge suivant lequel c’est David Ben Gourion qui n’a pas accepté le plan de partage de la Palestine. Je crois que même les manuels d’histoire palestiniens n’écrivent pas une telle énormité. C’est comme si on disait que la Pologne a attaqué l’Allemagne - ce que les nazis avaient d’ailleurs tenté de faire croire - et que cela a entrainé une guerre mondiale. Nul doute qu’une telle appréciation ne serait pas passée inaperçue.

Le reste du texte dresse un tableau à charge d’Israël. C’est lui qui agresse à chaque conflit, profitant du soutien des Etats Unis, provoquant le ressentiment des arabes injustement spoliés. Mais la charge est plus subtile et une critique du texte point par point se perdrait dans les méandres d’une discussion de détail. Ce qui compte, c’est l’impression d’ensemble. Celle-ci est sans équivoque. Israël est illégitime et il importe de montrer que dès le début, il n’a pas respecté les décisions des Nations Unies. 

Le livre de Magnard a généré une question écrite par le député Meyer Habib, en raison d’autres passages ou de photos qui à chaque fois présentaient Israël sous un prisme négatif. La réponse du ministère est venue huit mois plus tard, rejetant les critiques et insistant sur l’importance pédagogique d’instaurer ce qu’il appelle une « problématique » et sur la liberté des enseignants à cet égard, le corps des inspecteurs devant essentiellement vérifier que les programmes sont bien respectés.

Soit.

J’ose espérer néanmoins que le respect du programme n’est pas tout et que la vérité joue un petit rôle dans l’enseignement. Pour parler du système solaire, laisserait-on un livre de physique soutenir que la terre est plate?

Si un livre d’histoire édulcorait la Shoah, ne serait-il pas vite dénoncé, à très juste titre ?

Alors pourquoi ce mépris de la vérité historique en ce qui concerne Israël ? Nous sommes dans une période où le « Israël bashing » fait de nouveau feu de tout bois. A chaque fois, il s’agit d’organisations ou de militants unidirectionnels chez lesquels la détestation d’Israel est une seconde nature. En est-il de même ici et comment se fait-il qu’un tel texte n’ait pas été corrigé ?

Au choix, militance, négligence, ignorance, indifférence, voire complaisance pour éviter des problèmes avec des élèves supposés a priori être anti-israéliens ?

Les conséquences d’une telle manipulation ne sont pas négligeables. Elle suggère que dès sa création Israël s’est dressé contre la volonté des Nations Unies. Elle légitime l’indignation à son égard. Elle suscite la haine envers lui, cette haine qui structure en grande partie la flambée actuelle d’antisémitisme.

Les enseignants ont le choix de leurs manuels. Au vu de ce texte de Magnard, j’espère que son livre n’a pas été très populaire…

La liberté d’expression, c’est malheureusement souvent la liberté du mensonge. Mais ce mensonge ne devrait pas tenir de place dans un livre d’enseignement, qui forme la génération de demain et qui, ne l’oublions pas, est payé par les impôts des générations d’aujourd’hui.

Richard Prasquier