Bernard Pivot

To read, to see, to listen
|
Published on 4 June 2013

De Maurras à Jean Moulin via De Gaulle

Une Chronique livres de Bernard Pivot, pour le Journal du Dimanche

 

Quand il dit ou écrit "mon patron", c’est avec admiration, fierté, affection et reconnaissance. Il est vrai que son patron, c’était Jean Moulin.

 

Daniel Cordier, alors âgé de 21 ans, était devenu son secrétaire le 30 juillet 1942. Il ne lui avait pourtant pas caché qu’il était maurrassien et anti-républicain. Mais Jean Moulin, envoyé par le général de Gaulle en France pour y fédérer les différents mouvements de résistance et placer la Résistance sous son autorité, avait passé outre. Ce que ne suggère pas Daniel Cordier, bien trop modeste pour cela, c’est que Jean Moulin avait deviné dans cet homme encore emprisonné dans une éducation réactionnaire des qualités exceptionnelles. La suite prouvera qu’il avait bien placé sa confiance.

This week most read articles

Our social networks live

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.