Actualités
|
Publié le 6 Décembre 2018

Actu - Des ONG controversées lauréates du Prix des droits de l’homme de la République française

Le Crif a immédiatement interpellé le Ministère de la Justice et a transmis au Cabinet de la Ministre les informations détaillées sur l'Association Al-Haq, montrant son implication active dans le mouvement BDS. Nous attendons une réaction de la Ministre de la Justice. La remise du Prix par la Ministre de la Justice à une association qui mène la campagne pour le BDS et la dé-légitimation d'Israël serait incompréhensible au regard de la loi et des déclarations répétées du Président de la République et du Gouvernement. Il restera cependant à expliquer comment la CNCDH peut remettre un prix à une association qui ne cache pas sa participation au mouvement BDS de lé-légitimation d'Israël… Les informations transmises proviennent notamment de NGO Monitor.

Communiqué publié le 6 décembre sur le site de NGO Monitor

Le 28 novembre 2018,  La Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) a décerné « le Prix des droits de l’homme de la République française ‘Liberté, égalité, fraternité’ » (édition 2018) aux organisations controversées Al-Haq et B’Tselem (récompense commune).

Selon cette « structure de l’Etat », le prix sera remis le 10 décembre 2018, journée internationale des droits de l’homme, par la Ministre de la Justice et la présidente du jury de la CNCDH.

Al-Haq

Al-Haq est une organisation palestinienne, acteur proéminent des campagnes discriminatoires BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) et de lawfare (guerre juridique) contre l’État d’Israël.

Pour rappel, le boycott est illégal en France. Les militants du boycott d’Israël sont régulièrement condamnés par les juridictions françaises pour provocation à la haine et à la discrimination.

B’Tselem

Les précédents de la CNCDH

Ce n’est pas la première fois que le CNCDH récompense des ONG controversées. En 2012 et en 2009, elle avait récompensé respectivement le Centre d’information alternative (AIC) et le PNGO – réseau des ONG palestiniennes.

AIC

  • Affirmant être « engagé dans la diffusion de l’information, le plaidoyer politique… et l’analyse critique des sociétés palestinienne et israélienne ainsi que du conflit israélo-palestinien », AIC, comme son nom l’indique, est un centre qui diffuse une information alternative et militante. Ses informations font la promotion permanente d’un discours anti-israélien, y compris la nécessité d’une soi-disant « résistance palestinienne » pour « mettre fin à l’occupation », l’opposition à la normalisation avec Israël qui pourrait s’assimiler à une « trahison de la patrie » et la mise en avant des campagnes discriminatoires BDS.
  • Michel Warschawski, co-fondateur et actuel dirigeant d’AIC, est un ancien leader de l’organisation trotskiste antisioniste « Matzpen ». Il fut emprisonné dans les années 90 pour avoir publié des tracts relatifs au FPLP. Dans une chronique de 2016, il n’hésitât pas à déclarer que « le racisme est dans l’ADN de la culture et de la politique israéliennes, et dans le concept même d’Etat juif ». Il affirma aussi « qu’il faut rejeter sans équivoque l’idée même (et l’existence) d’un Etat juif, quelles que soient ses frontières ».

PNGO

Le PNGO est une plateforme regroupant 132 ONG palestiniennes pour la plupart politisées.

A lire aussi :

  • FRANCE GIVES HUMAN RIGHTS AWARD TO BDS ORGANIZATION WITH TERROR TIES dans The Jerusalem Post

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.