Actualités
|
Publié le 23 Juillet 2019

Actualités des régions - Crif Grenoble : Cérémonie Commémorative du Vel d'Hiv

À Grenoble, à l’instar de nombreuses autres villes de France, s’est déroulée ce 21 juillet 2019 au Monument aux morts, la journée nationale en mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et en hommage aux Justes de France.

La cérémonie a débuté par l'allumage de bougies par les enfants de l'Ecole Juive de Grenoble, dirigée par sa directrice, Madame Rachel Lahiany.

Le Président du Crif Grenoble-Dauphiné Yves Ganansia a commencé son propos en rappelant la responsabilité de l’Etat français aux heures sombres de son histoire et l’abjection des lois anti-juives promulguées par le gouvernement de Vichy. Evoquant la mémoire de toutes les victimes de la Shoah, il a déclaré que « L’infamie du Vel d’Hiv’ s’inscrit dans une entreprise qui n’a pas eu de précédent et qui ne peut être comparée à rien : la Shoah, la tentative d’anéantissement de tous les juifs du continent européen ».

Yves Ganansia a également souligné le rôle admirable des « Justes parmi les Nations », qui, au péril de leur vie, ont permis de sauver les trois quarts des Juifs de France, précisant que « La France compte 4’056 Justes, dont 119 dans le département de l’Isère, qui ont été honorés par une remarquable exposition en 2012 au Musée de la Résistance et de la Déportation de Grenoble ». Il a aussi rappelé que le 7 avril dernier à Corenc, commune de l’agglomération grenobloise, « la Médaille des Justes parmi les Nations a été remise aux descendants de la famille Flandrin, pour honorer leurs parents, Pierre et Madeleine Flandrin, qui ont aidé et caché les quatre sœurs Danzig, après que leurs parents aient été déportés et assassinés à Auschwitz ». Yves Ganansia a déclaré avec émotion que « Les Justes ont ouvert aux persécutés des chemins de lumière, de fraternité et d’humanité ».

Enfin, il a exhorté le public à « être à la hauteur », c’est-à-dire à « veiller scrupuleusement à ce que la réalité historique de la Shoah ne soit jamais contestée », à « transmettre inlassablement, en particulier aux jeunes générations, le souvenir de ce que fut la barbarie nazie » et à « lutter sans relâche contre l’antisémitisme sous toutes ses formes ».

Puis Lionel Beffre, Préfet de l'Isère, a lu l'allocution de Madame Geneviève Darrieussecq, Secrétaire d'État auprès de la Ministre des Armées, qui soulignait notamment que, depuis 1995, la France « regarde son histoire avec clarté et vérité, et par-delà les alternances politiques, maintient le message de Jacques Chirac ». Et de conclure par ce vœu : « Que les Français de notre siècle et que notre jeunesse, qui porte nos espérances, n’oublient pas le pire, et qu’avec ce souvenir, nous soyons capables de produire le meilleur ! La fraternité, la tolérance et la dignité humaine n’ont pas de prix. C’est un combat qu’il faut mener sans cesse contre l’ignorance, le racisme, l’antisémitisme et le négationnisme ».

La cérémonie s'est achevée par le dépôt des gerbes des associations et les salutations aux porte-drapeaux.

Viviane Maislisch Attard

 

Le Crif vous propose aussi :

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.