Actualités
|
Publié le 10 Mai 2016

Bernard Cazeneuve critique la résolution de l'Unesco votée par la France

Invité des Amis du Crif, le ministre de l'Intérieur a estimé qu'il «ne fallait pas voter» en faveur de ce texte.

Cette résolution n'est pas rédigée comme elle devrait l'être

Par Arthur Berdah, publié dans le Figaro le 10 mai 2016
 
«Je m'étonnais que cette question ne soit pas venue plus vite. Et j'ai bien l'intention d'y répondre». Invité des Amis du Crif ce lundi soir, Bernard Cazeneuve s'est longuement exprimé sur la résolution de l'Unesco, votée par la France, qui rebaptise les lieux symboliques du peuple juif de noms arabes. «Faisons attention aux résolutions mal rédigées», a fermement prévenu le ministre de l'Intérieur, après avoir fermement rappelé qu'il ne souhaitait «pas toucher» au statut spécial de Jérusalem, défini en 1967.
 
Plaidant «une position d'apaisement et de respect», Bernard Cazeneuve a rappelé qu'il fallait «toujours chercher la concorde». «Il n'y a pas d'avenir qui repose sur la tension, ça n'est pas vrai. Si nous voulons arriver à surmonter les difficultés dans la région, il faut qu'il y ait du dialogue, de la compréhension, du respect mutuel. Et le rôle de notre pays a toujours été de faire en sorte, sur le plan international, que cela puisse exister», a-t-il martelé, se félicitant de créer ainsi «davantage de chemins pour la paix que d'antagonismes».
 
L'hôte de Beauvau est cependant allé nettement plus loin dans la critique du texte voté, assurant qu'il n'y exprimait «pas une position de soutien» et qu'«il ne fallait pas l'adopter». «Cette résolution n'est pas rédigée comme elle devrait l'être», a-t-il encore ajouté, avant d'assurer être «sur la position développée par Haïm Korsia dans sa tribune» publiée par Le Figaro ce lundi matin. «Tout y est, avec (son) intelligence, sa finesse, sa subtilité, et l'exigence intellectuelle qui est la sienne», a loué le premier flic de France.
 
Dans son texte, le grand rabbin de France estime notamment qu'«on ne peut être que profondément choqué lorsqu'on apprend que notre pays, la France, pays des Lumières et de la laïcité, a apposé sa signature au bas» de cette résolution, tout en se refusant à «évoquer les conflits politiques et territoriaux qui occupent et déchirent les États du Proche-Orient». Un article qui semble avoir convaincu l'ancien maire de Cherbourg, qui a revendiqué l'approuver «mot pour mot, dans l'intégralité de son contenu»... Lire l'intégralité.
 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.