Actualités
|
Publié le 29 Mars 2018

BestOf Contre l'antisémitisme - Mercredi, nous étions 30.000 à dire non à l'antisémitisme

Mercredi, une foule dense s’est pressée de la place de la Nation jusqu’au domicile de Madame Mireille Knoll, rassemblée derrière la banderole "La France unie contre l’antisémitisme".
Mercredi 28 mars, une foule dense s’est pressée de la place de la Nation jusqu’au domicile de Madame Mireille Knoll derrière la banderole "La France unie contre l’antisémitisme".

Des milliers de citoyens, de tous âges, de toutes confessions, dont de nombreux parlementaires et élus de la République, ont exprimé leur profonde émotion, leur solidarité et leur attachement aux valeurs républicaines.

De ce rassemblement, c'est cela qu’il faut retenir.

A propos d’une polémique…

Lors d’une émission animée par David Pujadas sur LCI le 28 mars, l’ancien Garde des Sceaux Robert Badinter, a tenu les propos suivants : « L’exfiltration de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen pendant la marche est un fait mineur ! On tue à Paris une vieille femme invalide et on met le feu à son appartement parce qu’elle est juive, ça c’est un phénomène terrible ! ».

On peut éternellement gloser sur les déclarations et les réserves qui ont été formulées par le Crif sur la venue du leader de la France Insoumise et de la patronne du Front National. Il n’était pas question d’empêcher qu’ils puissent assister à ce rassemblement, il avait été formulé que leur présence n’était pas souhaitée.

On peut considérer que ce pourrait être une erreur et par la même, vouloir nous empêcher d’avoir une réflexion, d’avoir une position critique sur des formations politiques et leurs dirigeants. Nous pensons à contrario, que les questions qui devaient être posées concernant l’antisémitisme tel qu’il pourrait s’exprimer à l’extrême droite ou à l’extrême gauche, doivent susciter un débat.

A entendre certains, il ne faudrait exprimer aucune réserve quant à la venue de personnalités du monde politique, quelles qu’elles soient. Ne faudrait-il pas que ceux qui ont été indifférents, absents, agressifs, revoient leur copie ? N’ont-ils rien à se reprocher ?

Pendant de trop nombreuses années, les Juifs se sont sentis seuls. Les caméras n’étaient pas toujours présentes, les choses n’étaient pas forcément dites, comme s’il était de bon ton de nous laisser avec notre peine et notre douleur. Comme un fait du hasard, assez mystérieux au demeurant, certains se précipitent maintenant alors qu’auparavant on ne les voyait pas.

Dernier point, des injures et des violences verbales ont été proférées contre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, elles sont condamnables et nous les condamnons. Le débat ne signifie pas que l’on doive insulter des personnalités politiques.

Il n’en reste pas moins pour terminer, et pour reprendre les propres mots de Robert Badinter que « L’exfiltration de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen pendant la marche est un fait mineur ! » qui ne nécessitait pas que l’on oublie l’essentiel : l’assassinat d’une vielle femme invalide, parce que juive.

Marc Knobel

830x532_milliers-personnes-participe-marche-blanche-hommage-mireille-knoll

Photo de la Marche blanche du 28 mars 2018, ©20Minutes

 

Hier, des rassemblements en hommage à Mireille Knoll ont eu lieu partout en France. Des milliers de personnes se sont réunies pour exprimer leur rejet de l'antisémitisme. Les mobilisations continuent aujourd'hui :

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.