Actualités
|
Publié le 24 Juillet 2019

Ca s'est passé aujourd'hui - 24 juillet 1918 : Fondation de l'Université Hébraïque de Jérusalem

Il y a peut-être 1, 5, 10 ans ou encore un siècle tout juste, se produisait un événement marquant. Dans cette nouvelle rubrique intitulée « Ça s’est passé aujourd’hui », à l'image d'un éphéméride, le Crif revient sur quelques événements majeurs de l’Histoire date par date.

24 juillet 1918 : Université Hébraïque de Jérusalem, le concept se concrétise

L’impulsion pour la création d’une institution d’enseignement supérieur en terre israélienne s’est manifestée à la fin du XIX e siècle, avant la naissance du mouvement sioniste. Puis, en 1913, le 11ème Congrès sioniste mondial décida de créer une université à Jérusalem, dont la langue d'enseignement serait l'hébreu.

Le 24 juillet 1918, peu après la fin de la Première Guerre mondiale, l'Organisation britannique sioniste obtint la permission des Britanniques de poser la pierre angulaire de l'université. Il a été décidé de placer 12 pierres en souvenir des 12 tribus d'Israël, mais en réalité un nombre encore plus élevé a été placé. Des milliers de personnes sont venues d'Israël et de l'étranger, juifs et non-juifs, pour assister à la cérémonie mémorable qui a eu lieu au domaine de Grey Hill sur le mont Scopus.

 

1er avril 1925 : L'ouverture officielle de l'université

L'université a été officiellement inaugurée lors d'une cérémonie historique le 1er avril 1925, en présence de dirigeants de la communauté juive, ainsi que de représentants du monde juif mondial et d'universités du monde entier.

Malgré le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, l’université a continué à se développer. La croissance a été rapide en 1939-1940, au début de la guerre, mais a diminué au plus fort du conflit. Avec la fin de la guerre, les inscriptions ont repris de façon spectaculaire en 1946-1947.

 

1947-1948 : La guerre d'indépendance d'Israël

C’est pendant la guerre d'indépendance d'Israël, que l’Université Hébraïque de Jérusalem voit son histoire bouleversée. La route vers le campus sur le mont Scopus traversait des zones arabes et les convois qui s’y rendaient constituaient une cible facile pour les tireurs d’élite arabes. En conséquence, en janvier 1948, les études sont interrompues sur le campus.

Mais le 13 avril 1948, un convoi de personnel de l'hôpital Hadassah et de l'université est attaqué lors d'une embuscade dans le quartier de Sheikh Jarrah. Les soldats britanniques qui ont assisté au massacre ont empêché les défenseurs de la Haganah d’atteindre le site afin d’aider les personnes attaquées. Après plusieurs heures, 78 personnes dans le convoi étaient mortes. À partir de là, le mont Scopus fut coupé de Jérusalem et le campus de l'université devint une enclave israélienne sur le territoire contrôlé par la Jordanie. Un mois plus tard, des soldats de la légion jordanienne attaquèrent le mont Scopus.

En août 1948, le gouvernement israélien provisoire dirigé par David Ben Gourion a consacré une session spéciale à l'Université hébraïque. Dans une lettre adressée par Ben Gourion à la direction de l'université, il exhorte l'université à continuer à servir à Jérusalem en tant qu' "institution scientifique centrale de l'État d'Israël" et appelle les Juifs du monde à aider l'université à accomplir cette tâche.

Au printemps 1949, à la suite de la signature d'un cessez-le-feu israélo-arabe, les études reprirent, mais loin du mont Scopus.

 

1967-1981 : Retour au Mont

Après la guerre des Six jours en juin 1967, le campus du Mont Scopus est redevenu accessible. Les efforts pour renvoyer l'université au mont Scopus ont commencé immédiatement, mais la restauration complète et la construction du campus ont pris de nombreuses années.

En 1973, avant que les travaux sur le campus du mont Scopus ne soit terminé, la guerre de Yom Kippour avait éclaté. Plus de 100 enseignants, étudiants et travailleurs de l'université ont été tués et plusieurs centaines d'autres blessés. Les nouveaux travaux de construction sur le campus ont donc été interrompus.

En 1981, le campus sur le mont Scopus était rénové.

 

Au cours de cette décennie, les prix Nobel et le prix Fields suivant ont été attribués au personnel et aux diplômés de l’Université hébraïque :

  • Le prix Nobel d'économie 2002 au professeur Daniel Kahneman; 
  • Le prix Nobel de physique 2004 au professeur David Gross; 
  • Le prix Nobel de chimie 2004 au professeur Abraham Hershko et au professeur Aaron Ciechanover; 
  • Le prix Nobel d'économie 2005 au professeur Yisrael Aumann; 
  • Le prix Nobel de chimie 2006 au professeur Roger D. Kornberg; 
  • Le prix Nobel de chimie 2009 au professeur Ada Yonath et
  • La médaille Fields 2010 au professeur Elon Lindenstrauss.

 

Source : The Hebrew University of Jerusalem

Merci à Jean Serge Lubeck, pour sa participation à notre éphéméride !

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.