Actualités
|
Publié le 24 Octobre 2019

Ça s'est passé aujourd'hui - 24 octobre 1870: Le décret Crémieux donne la citoyenneté française aux Juifs d'Algérie

Il y a peut-être 1, 5, 10 ans ou encore un siècle tout juste, se produisait un événement marquant. Dans cette nouvelle rubrique intitulée « Ça s’est passé aujourd’hui », à l'image d'un éphéméride, le Crif revient sur quelques événements majeurs de l’Histoire date par date.

24 octobre 1870 : Le décret Crémieux donne la citoyenneté française aux 37 000 Juifs d'Algérie

Le décret numéro 136, concernant les Juifs d’Algérie, déclare la « naturalisation collective » des « israélites indigènes d'Algérie ». 

Celui-ci est promulgué à Tours et notamment signé par Adolphe Crémieux, ministre de la Justice et chargé des affaires algériennes, Léon Gambetta; ministre de l'Intérieur, Alexandre Glais-Bizoin et Léon Fourichon, députés. 

Le décret n°136 n'est en réalité qu'un des nombreux décrets de Crémieux, mais il est considéré comme l’une des premières grandes mesures de la IIIème République. 

À l'origine de ce décret, un homme : Isaac Adolphe Crémieux, l’un des chefs du parti républicain, et le fils d’un commerçant juif de Nîmes. Ce juriste et philanthrope juif français bénéficie d’une grande réputation d’intégrité dans le pays. Adolphe Crémieux a également participé à la création de l’«Alliance israélite universelle», dont il devient par la suite le président (de 1863 jusqu'à sa mort), avec l’objectif de protéger les Juifs où qu’ils soient.

Néanmoins, ce décret établit aussi une discrimination inédite entre les juifs, élevés au rang de citoyens français, et les musulmans. Tandis que les musulmans d’Algérie sont maintenus dans le statut d’indigène, c’est le début d’une fracture douloureuse et irréductible entre les deux communautés.

Par ailleurs, en France, où toute forme d’antisémitisme avait disparu sous la Restauration monarchiste et le Second Empire, le décret entraîne paradoxalement une mise en lumière des Juifs. L’antisémitisme apparaît avec force sous la IIIe République, à la faveur du scandale de Panama, qui précèdera de peu l’affaire Dreyfus. 

 

Source : Hérodote

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.