Actualités
|
Publié le 18 Avril 2019

Ca s'est passé aujourd'hui/Varsovie - 19 avril 1943 : Soulèvement du Ghetto de Varsovie

Il y a peut-être 1, 5, 10 ans ou encore un siècle tout juste, se produisait un événement marquant. Dans cette nouvelle rubrique intitulée « Ça s’est passé aujourd’hui », à l'image d'un éphéméride, le Crif revient sur quelques événements majeurs de l’Histoire date par date.

19 avril 1943 : Soulèvement du Ghetto de Varsovie

 

Le 19 avril 1943, les derniers Juifs du ghetto de Varsovie se soulèvent contre les troupes allemandes. Sans espoir de survie ou de victoire, ils tinrent tête pendant un mois de façon héroïque aux soldats et SS allemands venus les déporter. Les combattants choisissent leur mort : debout, les armes à la main. Marek Edelman, un des rares survivants du ghetto de Varsovie disait : « En nous soulevant, nous avons rappelé notre appartenance au genre humain. En prenant les armes contre ceux qui voulaient nous anéantir, nous nous sommes raccrochés à la vie et nous sommes devenus des hommes libres. »

C'est le premier soulèvement d'une ville dans l'Europe nazie et une manifestation éclatante de la capacité de résistance des Juifs. Le soulèvement du ghetto de Varsovie devient un exemple pour les Juifs vivant dans des camps et dans d'autres ghettos.

 

Le ghetto de Varsovie

En novembre 1940, les Juifs de la capitale polonaise et des environs, au nombre d'environ un demi-million, sont regroupés dans un quartier transformé en ghetto.  Celui-ci est situé en plein centre de la ville mais coupé du reste du monde, délimité par un mur, des maisons murées et des fils barbelés. Entre 300 000 et 350 000 personnes vivent à l'intérieur du ghetto.

Entre juillet et mi-septembre 1942 les nazis font des rafles massives pour accélérer l'élimination de la population: 300 000 Juifs sont déportés vers le camp de Treblinka ou tués. Progressivement la superficie du ghetto est réduite. En 1943 ils sont environ 70 000.

 

La révolte du ghetto

Le 18 janvier 1943, les Allemands entament une deuxième « Aktion » (déportation). Les hommes du SS Jürgen Stroop viennent chercher les derniers survivants pour les emmener vers les camps de concentration. Parmi eux figurent une centaine de responsables de mouvements de jeunesse qui n'ont pas connu les famines et les tourments des deux premières années du ghetto et ont conservé leur énergie intacte. Ils organisent immédiatement la résistance. Ils s'enfuient, se cachent et ripostent aux tentatives allemandes tant bien que mal, avec les quelques armes dont ils disposent.

La veille de la Pâque juive, le 19 avril 1943, quand 850 soldats allemands pénètrent en force dans le ghetto pour liquider celui-ci, les groupes de combattants et les habitants du ghetto se barricadent dans des bunkers et des abris. C'est le signal de la révolte.

Les soldats du Jürgen Stroop prévoit trois jours pour détruire le ghetto. Mais c'est sans compter sur la détermination des insurgés: le soulèvement dure du 19 avril au 8 mai. A l’intérieur du ghetto, s’était organisé une résistance clandestine d’environ 3 000 personnes : l'Organisation juive de combat (OJC) dirigée par un jeune homme de 24 ans, Mordechaï Anielewicz.  

Le ghetto est rasé sitôt l'insurrection écrasée. 6 000 Juifs trouvent la mort dans les combats ou se suicident (c'est le cas de Mordechai Alinewicz, le 8 mai 1943), 7 000 sont fusillés sur place. Les autres sont déportés. Une poignée de miraculés vont échapper à la mort en s'enfuyant par les égouts. Mais cette tragédie va aussi devenir pour les Juifs et les adversaires du nazisme le symbole de l'esprit de résistance et du renouveau.

Mordechaï Anielewicz écrit dans une dernière lettre datée du 26 avril: «j'ai été le témoin du combat héroïque des Juifs du ghetto… L'essentiel est que le rêve de ma vie est devenu vrai. J'ai vécu assez longtemps pour voir la résistance juive dans le ghetto dans toute sa grandeur et toute sa gloire».

Source :

Le Figaro - Il y a 75 ans, le soulèvement du ghetto de Varsovie

Le Crif vous propose :

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.