Actualités
|
Publié le 12 Mars 2020

Camp des Milles - "Femmes debout, Femmes en résistances" : des femmes debout contre la haine

À l’occasion de la Journée internationale des Droits des Femmes, la Fondation du Camp des Milles – Mémoire et Éducation organisait lundi 9 mars son forum annuel « Femmes debout, Femmes en résistance ».

Il s’agissait de mieux faire connaître l’exemple d’Etty Hillesum, jeune femme déportée parce que juive du Camp de Westerbork vers Auschwitz, mais aussi d’illustrer le fait qu’aujourd’hui encore, des femmes sont des citoyennes actives face aux extrémismes et aux engrenages qui ont conduit aux pires horreurs et qui peuvent encore y mener.

Chacun peut agir, chacun peut résister, chacun à sa manière... notamment par l’art. Cette phrase marque, la diversité des formes de résistances et des acteurs qui sont au cœur de l’approche de la Fondation du Camp des Milles. 

À travers l’écriture pour Cécilia Dutter, les arts plastiques et la peinture pour Sybille Narbutt, les deux invitées de ce forum font écho à la résistance par la création, illustrée par tant d’artistes au Camp des Milles durant leur internement. De nombreuses œuvres témoignent in situ de leur souffrance mais surtout de leur humanité face à la déshumanisation dont ils furent l’objet. Des exemples du rôle essentiel que peuvent jouer les artistes, aujourd’hui encore, dans la diffusion des messages de résistance mais aussi d’alerte citoyennes. 

Sybille Narbutt, plasticienne franco-allemande, très marquée par la tragédie du nazisme, a témoigné de son parcours engagé contre les idéologies extrémistes, dans la recherche et dans l’enseignement jusqu’à son activité d’artiste, qui sera présentée au public à partir du 18 mars au Camp des Milles. 

Pour que les plus jeunes deviennent des citoyens actifs 

De son côté, Cécilia Dutter reprit lors de cette table ronde ce qu’elle avait présenté l’après-midi même à plus de 120 élèves du collège Yves Montand (Martigues) rassemblés au Camp des Milles. Elle évoqua la force d'Etty Hillesum face à la montée des thèses nazies et sa générosité courageuse pour apporter un réconfort moral et matériel aux hommes, femmes et enfants juifs internés dans le Camp de Westerbrok (Pays Bas), dont l’histoire est comparable à celle du Camp des Milles. Etty Hillesum en témoigne magnifiquement dans ses "Lettres" qui expriment aussi l’idée forte que ses bourreaux pourront tout lui prendre sauf son regard sur la beauté des choses. « C'est un Manuel de résistance intérieure qu'elle nous offre ». 

Ce furent des échanges inspirants, qui appellent à la vigilance, pour la préservation de la fraternité et de la paix civile, toujours vulnérables face aux extrémismes identitaires, nationalistes et religieux, qui s’alimentent l’un l’autre et qui ont toujours été, dans l’histoire, le moteur conduisant, d’étape en étape, à détruire la démocratie et les libertés de tous. 

 

Le Crif vous propose aussi : 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.