Actualités
|
Publié le 12 Juin 2019

Crif - Commémoration des 25 ans de l'attentat du centre juif AMIA à l'ambassade d'Argentine

Mardi 11 juin 2019, l'ambassade d'Argentine a commémoré les 25 ans de l’attentat du centre juif AMIA (Association Mutuelle Israélite d'Argentine), à Buenos Aires le 18 juillet 1994. Le président du Crif, Francis Kalifat, a assisté à cette cérémonie, ainsi que d'autres membres du Crif.

Lors de la cérémonie organisée à l’ambassade d’Argentine, dans le 16e arrondissement de Paris, Francis Kalifat, dirigeant du CRIF, Aliza Bin Noun, ambassadrice d’Israël en France, Haïm Korsia, grand rabbin de France, Ariel Goldmann, dirigeant du Fonds social juif unifié et David de Rotschild, ont ainsi été reçus par l’ambassadeur argentin à Paris, Mario Raùl Veron Guerra.

Mon image
Plusieurs membres de l’exécutif du Crif, dont Yonathan Arfi, Benjamin Allouche, Jean Cohen, Paul Rechter et Robert Ejnes, ainsi que Véronique Harrari (directrice des Amis du Crif), étaient aussi présents pour assister à la commémoration de l'attentat du centre juif AMIA à l'ambassade d'Argentine. 
 
Ce tragique attentat à la voiture piégé avait fait 85 morts et 300 blessés le 18 juillet 1994. 25 ans après les faits, l’enquête est toujours en cours. Les conditions de cet attentat meurtrier n'ont pas été élucidées et ce crime reste impuni. 
 
Le président du Congrès juif mondial, Ronald S. Laude, a déclaré : "25 ans après cette attaque atroce, les familles et les proches des victimes attendent toujours que justice soit rendue et que les auteurs soeint traduit en justice. Nous ne pouvons pas attendre encore 25 ans pour mettre fin à ce chapitre de l'histoire juive et argentine. Le terrorisme mondial et les attaques aveugles contre les communautés juives se poursuivent dans le monde entier. Les crimes horribles ne seront jamais tolérés et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher que cela ne se reproduise. "
 

***

Les ambassades d’Argentine de 20 capitales ont commémoré le 25e anniversaire de l'attentat terroriste de l'AMIA (Association Mutuelle Israélite Argentine) qui a fait 85 morts et plus de 300 blessés le 18 juillet 1994 à Buenos Aires. Ces commémorations sont une initiative conjointe du Congrès Juif Mondial (par l'intermédiaire de sa branche régionale en Amérique Latine « Latin American Jewish Congress ») et du Ministère des Affaires étrangères argentin. Les communautés juives locales ont été invitées à participer dans chaque ambassade. De nombreux événements auront lieu à Berlin, Paris, Londres, Madrid, Moscou, Genève, Tel Aviv, Canberra, Rome et d’autres jusqu'au 18 juillet. 

La 25e commémoration de l'attentat d'AMIA en France s'est déroulée à l’Ambassade d’Argentine de Paris le 11 juin. Près de 100 invités ont été reçus par S.E. Mario Verón Guerra, ambassadeur d'Argentine en France, qui a proféré un émouvant discours de bienvenue. S. E. Mme Aliza Bin-Noun, ambassadrice d'Israël en France, s’est ensuite exprimée et a appelé à « lutter ensemble contre l'antisémitisme et le terrorisme iranien qui menace le monde libre ».

L’attentat de l’AMIA a été l’attaque la plus meurtrière d’Argentine et justice n’a toujours pas été rendue. Ces commémorations ont pour but de souligner l’importance de trouver et punir les coupables de ce terrible attentat. Tout d’abord pour les proches, familles et amis des 85 victimes qui méritent la vérité afin de pouvoir faire leur deuil. Par ailleurs, l’opacité des enquêtes jusqu’à présent semblent révéler de funestes alliances entre certains membres des autorités argentines et l'Iran. Il est grand temps que la communauté internationale impose à l'Argentine de condamner fermement le terrorisme iranien et demande l’extradition des terroristes responsables.

L’antisémitisme est le premier signe d’une société malade et doit être puni avec la plus grande rigueur. La montée récente de l'antisémitisme dans le monde montre une nouvelle fois l'incapacité de nos sociétés à punir fermement de telles attaques et à tirer les leçons de notre passé. Nous pensions que l'éducation était essentielle, mais aujourd'hui, la communauté internationale doit durcir les sanctions contre les États et les personnes impliquées dans le terrorisme. 25 ans plus tard, l’Iran continue de menacer et déstabiliser la paix au Proche-Orient.

Lors de son allocution, M. Francis Kalifat, président du CRIF, a également rendu hommage aux victimes de l'attaque perpétrée contre l'ambassade israélienne à Buenos Aires deux ans auparavant, qui a coûté la vie à 29 personnes et en a blessé près de 250. Selon lui, ces attaques sont indissociables puisqu’elles ont le même coupable : l'Iran, « cet État qui déstabilise le Proche et Moyen-Orient, cet État qui arme et finance les organisations terroristes du Hamas, du Hezbollah et bien d’autres encore, cet État criminel qui menace en permanence l’État d’Israël de destruction » M. Kalifat a exhorté les autorités argentines à « accélérer en interne les démarches pour que justice soit faite, au-delà des calculs politiques, et, sur le plan international, de refuser toute normalisation avec l’Iran tant que les suspects ne seront pas livrés » car « il n’y a pas de travail de deuil possible sans justice. »

Après avoir visionné une courte vidéo rappelant la tragédie, le Grand Rabbin de France Haïm Korsia a conclu la cérémonie en récitant le psaume 121, observant une minute de silence et invitant l'assemblée à chanter une prière pour la paix : « Celui qui fait la paix dans le ciel, pourra l’apporter sur nous. »

Vidéo du ministère des Affaires étrangères en Argentine

Source : Congrès juif mondial

 

Le Crif vous propose aussi :

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.