Actualités
|
Publié le 30 Avril 2018

#Crif - La commission pour les relations avec les Musulmans a reçu le Rabbin Michel Serfaty, Président de l’Amitié Judéo-Musulmane de France

La commission pour les relations avec les Musulmans a reçu, le 17 avril, le Rabbin Michel Serfaty, Président de l’Amitié Judéo-Musulmane de France. Il était accompagné par deux jeunes Musulmans de son équipe, Monsieur Mohamed Grine et Monsieur Tarak Sassi.

Née en 2004, l’AJMF s’est beaucoup développée puisqu’elle compte aujourd’hui 600 adhérents et dix antennes. Ces antennes ont été créées, au cours des tours de France du « bus de l’amitié » qui avaient eu un grand écho médiatique.

Comme nous l’a exposé le Rabbin Serfaty, cette association a su maintenir son indépendance, bien que née sous un triple patronage – la Grande Mosquée de Paris, le Crif et le Consistoire. C’est ainsi qu’elle n’a aucune exclusive pour ses contacts et échanges avec des instances musulmanes. L’AJMF a fait signer aux interlocuteurs les plus divers, une pétition disant : « Juif, je m’engage à présenter correctement le Musulman et l’Islam. Musulman, je m’engage à présenter correctement le Juif et les Judaïsme. »

L’objectif premier de l’AJMF est de combattre à la fois le racisme et l’antisémitisme, en donnant des outils pédagogiques simples et efficaces pour une meilleure connaissance réciproque : ainsi, deux expositions ont eu un grand succès, l’une présentant les deux monothéismes en parallèle, et l’autre sur les préjugés. Mais, au-delà de la pédagogie, une bonne approche psychologique est aussi indispensable : poignées de mains, tee-shirt de l’association sont aussi une manière pratique d’assurer un contact, même dans les quartiers que le Rabbin Serfaty appelle « les brasiers ».

Plusieurs questions ont été posées par l’assistance : sur les moyens de l’Association, qui hélas dispose maintenant de moins de « contrats aidés » et doit faire appel à la générosité de ses sympathisants ; sur l’accueil, souvent frileux de l’Education Nationale, mais qui n’empêche pas la venue en nombre des élèves dans les Maisons de Quartier ; sur la situation des populations musulmanes dans beaucoup de cités devenues des Ghettos. Mohamed Grine et Tarak Sassi ont aussi exposé leurs propres parcours, et évoqué des actions très concrètes qui peuvent rapprocher les jeunes des deux religions : le sport ; l’éducation ; le culturel ; la possibilité de créer des entreprises dans la mixité.

Jean Corcos, Président délégué de la Commission

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.