Actualités
|
Publié le 21 Mai 2012

Désinformation : cinq raisons de garder les yeux ouverts

Il suffit la plupart du temps d’une photo, d’une légende ou d’une vidéo pour donner une vision erronée de l’état de la situation sur le terrain. Voici cinq informations sur Tsahal, de la moins connue à la plus répandue, qui se sont révélées être totalement fausses. À l’heure où le pouvoir des images est plus que jamais au coeur des discussions sur les conflits dans notre région, la vigilance est l’affaire de tous. Beaucoup d’informations et d’idées reçues circulent au sujet de Tsahal : certaines sont vraies, une grande partie ne l’est pas.

Un soldat israélien piétine une fillette

 

En février dernier, cette photographie et des rumeurs selon lesquelles il s’agit d’un soldat israélien et d’une petite fille palestinienne circulent sur le net et provoquent l’indignation générale parmi les internautes.

 

Ces rumeurs ont d’abord été contredites par Elder of Ziyon. Rapidement, il a été prouvé que cette photo avait en fait été prise à Bahreïn en décembre 2009.

 

L’arraisonnement du Mavi Marmara en mai 2010

 

L’arraisonnement du Mavi Marmara ou de la “flottille pour Gaza” a fait couler beaucoup d’encre notamment sur le caractère soi-disant pacifiste de ses passagers. Les “activistes” du Mavi Marmara ont affirmé avoir agi de manière non violente ; les soldats israéliens ont affirmé avoir été sauvagement lynchés.

 

Plusieurs mois après l’incident, une agence de presse turque a publié des photos contredisant la version des “activistes” puisqu’ils apparaissent armés de couteaux tâchés de sang. Étrangement, sur les photos publiées à l’origine par Reuters, les armes avaient été effacées.

 

Premièrement démenties par le blog Little Green Footballs, d’autres preuves ont ensuite été apportées ne laissant plus aucun doute quant à la violence avec laquelle les soldats de Tsahal ont été attaqués à leur arrivée sur le bateau.

 

Selon la commission Turkel, « les soldats ont été attaqués par des agents violents, qui étaient munis pour la plupart de masques à gaz. Trois soldats ont été attaqués, leur équipement et leur arme leur ont été arrachés, suite à quoi ils ont été projetés à l’intérieur du navire, ont été battus, et n’ont pas eu le droit de recevoir les soins médicaux appropriés ». Le rapport mentionne que « deux soldats avaient été touchés par des balles réelles. Un soldat s’est fait tirer dessus avec une arme à feu de calibre 9mm, et un autre a reçu une balle dans le genou et a été poignardé. »

 

Raja Abu Shaban

 

Pendant l‘escalade de violence du mois de mars dernier où plus de 200 missiles ont été tirés en 4 jours sur les civils du sud d’Israël depuis Gaza, la photo de Raja Abu Shaban, une fillette de 3 ans au visage ensanglanté “tuée ces jours-ci par un raid israélien”, circulait sur Twitter.

 

Cette campagne de désinformation a été lancée à l’origine par un employé de l’ONU, Khulood Badawi,qui a publié la photo en affirmant qu’elle était récente et que l’armée israélienne était responsable de la mort de la fillette.

 

En réalité, Raja Abu Shaban est morte en 2006 en tombant d’une balançoire.

 

Ces fausses affirmations ont d’abord été démenties par Avi Mayer et le site de Tsahal et d’autres détails ont ensuite été apportés par Honest Reporting. Dans la même série que la photo de Raja Abu Shaban, d’autres images soi-disant en lien avec les violences de ces jours-ci ont été révélées truquées.

 

Les photos de la Deuxième Guerre du Liban (2006)

 

Pendant la Deuxième Guerre du Liban en 2006, des photos truquées, voire complètement mise en scène, ont inondé les médias internationaux, donnant une perspective erronée de la réalité sur le terrain.La plus connue est celle de Adnan Hajj, un journaliste indépendant employé par Reuters, qui a modifié l’apparence de la fumée sur une photo de Beyrouth dans le but de faire croire que les frappes aériennes de Tsahal avaient engendré des dommages beaucoup plus importants que ce que la photo originelle montrait.

 

Cette manipulation a d’abord été mise en évidence par le blog Little Green Footballs. Plus tard, d’autres blogueurs ont révélé le truquage d’autres photographies.

 

Un Palestinien sauvagement écrasé par un tracteur de Tsahal

 

25/01/2012, Hébron – l’AFP publie une photographie présentant un Palestinien couché sous un tracteur qui prétend qu’un soldat israélien vient de lui rouler dessus. En réalité, ce tracteur n’a jamais bougé et aucun Israélien n’en a pris les commandes.

 

Notre site met rapidement en évidence cette manipulation. Contactée par les soldats de l’unité Porte-parole de Tsahal ainsi que par des journalistes de l’agence de presse israélienne MENA, l’AFP a refusé de considérer les témoignages des infirmiers présents (dont celui du Croissant-Rouge) ainsi que celui de l’officier de Tsahal présent sur place comme suffisant pour changer – voire nuancer – la légende explicative publiée sur son site.

 

Vous n’avez pas besoin d’être soldat dans Tsahal pour aider Israël à se défendre. Vous pouvez vous battre pour Israël dans la guerre de l’information. Ce qui compte, c’est la vérité et c’est là que vous intervenez.

 

lien : http://blogtsahal.wordpress.com/2012/05/20/desinformation-5-raisons-de-garder-les-yeux-ouverts/

Nos réseaux sociaux en direct

St Michel avec Europalestine

#MemoireJ - "La ville sans juifs", diamant noir du cinéma, cherche ses sauveurs

La cité d'Utopia est en crise, la révolte populaire gronde, son maire imagine une solution: expulser les juifs.

Cette troublante anticipation politique, sortie en 1924, est le film muet "le plus important" du cinéma autrichien mais il y a urgence pour le sauver.

"La ville sans juifs", tourné à Vienne en pleine flambée de l'antisémitisme et du péril nationaliste, a longtemps frustré les cinéphiles.

Amputée de nombreuses scènes, la version du film en noir et blanc connue des archives autrichiennes n'était à l'évidence pas celle qui avait défrayé la chronique lors de sa sortie.

Jusqu'à la découverte fortuite d'une nouvelle version par un collectionneur anonyme il y a un an en France.

Le visionnage de la pellicule jaunie a fait bondir le cœur des équipes de la Filmarchiv Austria, la cinémathèque autrichienne: de nombreuses scènes manquantes, qui restituent à cette satire sa force politique et documentaire, se sont révélées à l'écran. Mais le film d'époque, en nitrate de cellulose, est en très mauvais état.

"Ce document se décompose, il faut le sauver et le rendre accessible, non seulement pour son caractère historique mais pour son message actuel, contre l'exclusion et les murs que l'on construit", explique Nikolaus Wostry, directeur des collections de la Filmarchiv.

Dans des scènes douloureusement prophétiques, des colonnes de juifs quittent la cité, baluchon à la main, sur des routes enneigées. L'exil ou la mort seront le sort, à partir des années 1930, de plusieurs acteurs juifs du film de Breslauer.

Mais la fiction, elle, se termine sur un "happy end": le déclin économique qui frappe Utopia après le départ des juifs est tel que le décret d'expulsion est aboli, permettant le retour des exilés. Une fin qui avait disparu de la copie tronquée du film, mais redécouverte dans la nouvelle version.

Lire l'article Courrier picard: bit.ly/2fSJihX

La grand-messe annuelle de la cybersécurité s'est tenue courant novembre 2016 Tel-Aviv. Plus de 80 pays y étaient invités et 160 entreprises israéliennes présentées. L’Usine digitale a sélectionné cinq start-ups innovantes et d...

C'est dimanche et on vous attend nombreux !
https://www.facebook.com/events/301669970226907/
#ConvCrif

"J'avais des larmes aux yeux quand j'ai entendu ce qu'il se passait" a raconté le rabbin - arabes israéliens, Incendies

#Actu - Russie : Deux patineurs se déguisent en déportés juifs, le Crif réagit

Le Président du Crif, Francis Kalifat a écrit à l’ambassadeur de Russie en France pour exprimer sa protestation après la scandaleuse séquence diffusée dans les médias russes mettant en scène deux patineurs vêtus d’une tenue rayée et de l'étoile jaune des prisonniers des camps de concentration et d'extermination nazis.

L'acteur russe Andrei Burkovsky et la médaillée d'or de danse sur glace aux JO de 2006, Tatiana Navka, épouse du porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov se sont fendus d'une chorégraphie légère et joyeuse lors de l'émission russe de télé réalité « Ice Age » ce samedi 26 novembre.

De nombreuses personnes ont exprimé leur indignation et le Crif a également tenu à partager sa consternation face à cette séquence.

« Il est inacceptable de banaliser le drame vécu par 6 000 000 d’hommes, femmes et enfants lâchement assassinés au seul motif qu'ils étaient juifs et dont la seule sépulture réside dans le souvenir respectueux de leur calvaire », écrit Francis Kalifat.

Le Président du Crif a donc demandé au nom de toutes les victimes et de l’ensemble de la communauté juive, des regrets et des excuses de la part de Mme. Tatiana Navka et son partenaire ainsi qu’une sanction ferme du porte-parole du Kremlin Mr. Dmitri Peskov, son époux.

Coca-Cola a officiellement ouvert mercredi sa première usine dans la bande de Gaza, qui pourrait offrir du travail à des centaines de personnes dans l'en…

#MemoireJ – Commémorations de l’exode des juifs des pays arabes

Depuis 2014, le 30 novembre marque la journée de Commémoration de « l’exil et l’expulsion des Juifs des Etats arabes et de l’Iran », une loi signée par l’ancien Président Shimon Peres.

Une date à la signification particulière, le 29 novembre 1947, l’Assemblée générale de Nations Unies approuve le plan de partition des territoires de la Judée-Samarie et la création d’un État juif (rejeté par les nations arabes).

Le 30 novembre 1947, les attaques contre des juifs dans les pays Arabes sévissent, la situation s’aggravant de jour en jour, des milliers d’entre eux se retrouvant assaillis et expulsés.
850 000 juifs des pays arabes et musulmans (Libye, Maroc, Algérie, Tunisie, Iran, Syrie, Irak, Liban Yémen, Égypte...) ont alors émigré contraints ou par choix au lendemain de la création de l’État d’Israël.

Plusieurs facteurs expliquent cet exode : montée du nationalisme arabe qui mène, lors de la décolonisation, à l’exclusion sociale de certaines populations minoritaires, les difficultés économiques qui poussent les Juifs à chercher un meilleur avenir à l’étranger, les persécutions dans le contexte du conflit israélo-arabe, l’envie de s’installer en Israël par idéal politique et/ou religieux.

Ce rejet de la population juive aura pris différentes formes selon les pays et les époques. De la discrimination juridique en Syrie, à la dénationalisation en Égypte en passant par la spoliation économique et sociale en Libye et au Yémen... Tous les pays arabes sont concernés, dont la Tunisie et le Maroc.

Cet exode marquera la fin d’une présence juive plurimillénaire dans certains de ces pays.

Les descendants de ces réfugiés réclament aujourd’hui justice auprès de l’ONU afin de rétablir la vérité et de reconnaitre le statut de « réfugiés » à leurs familles.

Les chercheurs de l'Université de Tel Aviv ont découvert comment diagnostiquer Alzheimer par un simple test sanguin. Du fait de...

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.