Actualités
|
Publié le 17 Juillet 2017

#France - Lutte contre l'antisémitisme : ce que certains intellectuels français refusent d'admettre

Le droit des Palestiniens à vivre dans un Etat démocratique ainsi que la lutte contre l'occupation sont trop souvent l'instrument d'un racisme antijuif.

Une tribune parue dans Libération le 4 juillet met en garde contre « l'instrumentalisation de la lutte contre l'antisémitisme ». Ce qui dérange ses auteurs, c'est que, mettant fin à un trop long déni, le Parlement européen a enfin souligné le lien intime entre l'antisémitisme et la diabolisation d'Israël, la remise en cause de sa légitimité à exister. Ce déni, les signataires auraient dû être les premiers à le dénoncer, précisément parce qu'ainsi ils le soulignent, la lutte contre l'antisémitisme « doit s'inscrire dans le combat, essentiel et universel, contre toutes les formes de racisme et de discrimination » . En cause, le vote, le 1er juin dernier, d'une résolution qui reprend largement une « définition de travail » de l'antisémitisme adoptée en janvier 2016 par l'International Holocaust Remembrance Alliance (Ihra), organisation interétatique dont la France est membre. Un texte qui, à en croire les signataires de cette tribune, « s'écarte de son objet en multipliant les références à l'Etat d'Israël ».

En effet, la lutte contre l'antisémitisme n'empêche pas de critiquer librement la politique du gouvernement israélien. Mais est-ce vraiment de cela qu'il s'agit ? En réalité, ce n'est pas l'antisémitisme qui est instrumentalisé mais bien la cause de la défense du droit des Palestiniens à un Etat démocratique, celle de la lutte contre l'occupation, qui est trop souvent l'instrument d'un racisme antijuif.

Publié dans Marianne le 14 juillet 2017, lire l'intégralité ici

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.