Actualités
|
Publié le 4 Janvier 2018

#Hommage - Aharon Appelfeld : la vie, soudain

L’écrivain, mort à 85 ans, était l’une des plumes emblématiques de la littérature israélienne. Il avait reçu le prestigieux prix d’Israël en 1983 et le prix Médicis étranger en 2004.

C'est avec tristesse que nous avons appris le décès de l'écrivain Aharon Appelfeld, à l'âge de 85 ans. Sa prose, comme sa poésie, ont fait de lui une figure majeure de la littérature israélienne.

Né en 1932 dans un village près de Czernowitz, ville roumaine aujourd’hui en Ukraine, dans une famille juive, sa mère est assassinée par les nazis et lui est déporté avec son père dans un camp. Il s’en évade seul en 1942 et survit ensuite dans les forêts.
Une grande partie de son oeuvre est consacré à la vie des Juifs d'Europe de l'Est avant et pendant la Shoah.

Cependant, Aharon Appelfeld refusait d’être considéré comme un écrivain de la Shoah même s’il avait donné une voix à ceux qui n’avaient pas survécu. « Vous ne pouvez pas être un écrivain de la mort. L’écriture suppose que vous soyez vivant », avait-il confié.

Professeur de lettres à l’université Ben-Gourion de Beersheva, dans le sud d’Israël, de 1979 jusqu’à sa retraite, il avait publié son dernier roman il y a quelques mois. Ami de l’écrivain américain Philip Roth, ce dernier en avait fait un personnage de son roman Opération Shylock. La ministre de la culture israélienne, Miri Regev, a déploré la disparition du romancier « qui nous a laissé des histoires de vie entière qui resteront dans notre souvenir collectif et personnel ».

Lire ou relire Aharon Appelfeld :

  • L'amour, soudain
  • Histoire d'une vie, Prix Médicis étranger 2004
  • Le Garçon qui voulait dormir
  • Gel sur la terre

Source : Le Monde

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.