Actualités
|
Publié le 11 Octobre 2018

Hommage - Disparition de Raymond H. Lévy : le Crif salue avec émotion la mémoire d'un homme d'exception et d'un ami fidèle

Le Crif a la tristesse de faire part de la disparition, mercredi 10 octobre, de Raymond H. Lévy, à l'âge de 91 ans.
Fidélité et excellence semblaient les deux maîtres-mots de Raymond Lévy. 
 
Issu d'une famille juive de Salonique installée à Paris, il racontait régulièrement les années d'Occupation durant lesquelles, resté à Paris avec sa famille, il continua, malgré les menaces, à aller au lycée Jacques Decour. Il remporta alors notamment le concours général, exposant par cette publicité sa famille à des risques supplémentaires. Il témoignait également auprès de ses interlocuteurs de la rafle du 5 novembre 1942, qui visa les Juifs grecs, et dont il gardait en mémoire l'image de la police française fouillant de bon matin l'appartement de ses parents à la recherche de son oncle.
 
Homme rigoureux et exigeant, il a toujours mis l'excellence au coeur de son parcours académique, à l'école Polytechnique notamment - dont il sortit Major -, puis professionnel, en particulier à la présidence et direction générale de Renault entre 1986 et 1992 où son action décisive pour le redressement de l'entreprise fut reconnu par tous. Respecté pour sa droiture dans le monde des affaires, Raymond Lévy était très impliqué auprès de la direction de l'école Polytechnique, où plusieurs de ses enfants et petits-enfants ont, après lui, été étudiants ;
 
Fidèle à une identité juive qu'il assumait avec fierté, il ne manquait pas de rappeler son deuxième prénom, Haïm, quand il se présentait sous le nom de Raymond H. Lévy. Son identité juive lui coûta à la fin des années 70 le poste de PDG de Elf Aquitaine, auquel il était promis, mais jugé par le gouvernement trop sensible dans le rapport au pays du Golfe pour être confié à un Lévy. S'il n'en gardait pas rancune, il rappelait cet épisode comme témoignage d'un antisémitisme "bon teint" resté vivace après-guerre parfois dans les plus hautes sphères de l'administration.
 
Engagé de longue date auprès du Crif, il fit partie en 2004, autour de Roger Cukierman, de l'équipe des fondateurs des Amis du Crif, dont il était un administrateur impliqué et un auditeur fidèle.
 
Raymond H. Lévy était également membre du Haut Conseil de l'Alliance Israélite où il s'attacha notamment au projet de création de classe préparatoire aux Grandes Ecoles au sein du lycée de Pavillons-sous-Bois.
 
Humaniste et plein d'humour, Raymond H. Lévy a marqué tous ceux qui ont eu le privilège de le rencontrer.
 
Le Crif exprime ses condoléances les plus sincères à son épouse et à ses enfants et petits-enfants.

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.