Actualités
|
Publié le 15 Septembre 2020

Interview Crif - Rencontre avec Alain Nedjar, du Cercle de Généalogie Juive (CGJ)

Vous qui vous intéressez à vos origines, connaissez-vous le Cercle de Généalogie Juive ? Mus par la passion et le souci de préserver la mémoire, les adhérents de l'Association du Cercle de Généalogie Juive contribuent à la découverte et au partage de sources insoupçonnées, mises à la disposition de tous, pour vous aider à progresser dans la recherche de vos racines et ancêtres, quelles que soient vos origines juives. Entretien avec Alain Nedjar.

Le Crif : Alain Nedjar, vous êtes un membre très impliqué de l’association du Cercle de Généalogie Juive. Pouvez-vous nous présenter en quelques mots cette association et ses objectifs ? Quelle est sa particularité ?

Alain Nedjar : Notre association a pour objet l’entraide et l’échange des connaissances entre personnes se livrant pour leur compte à des recherches généalogiques en milieu juif, et toute autre activité susceptible d’aider au développement de ces recherches, ainsi que la participation à la sauvegarde du patrimoine généalogique en général.

Parce que les Juifs sont dispersés sur tous les continents, parce que leurs familles ont parfois suivi des itinéraires tortueux passant par un grand nombre de pays, parce que dans chacun de ces pays ils ont eu longtemps une histoire spécifique en marge de l’histoire commune – particulièrement quant à leur entrée dans la citoyenneté – posant ainsi des problèmes spécifiques aux généalogistes à la recherche de sources, la création d’une association dédiée à la mise en lumière de ces sources s’imposait.

Depuis sa création en 1984, le CGJ (www.genealoj.org) n’a cessé de se développer pour la plus grande satisfaction de ses membres : il compte désormais près de 700 adhérents, ce qui en fait la première association généalogique de recherche en milieu juif en France, dont les acteurs sont bénévoles, ce qui est à souligner.

Nous avons édité une soixantaine d’ouvrages généalogiques (rééditions d’ouvrages anciens, manuels ou relevés réalisés par nos adhérents), nous diffusons la revue trimestrielle Généalo-J (128 numéros déjà parus) dont la qualité scientifique et les trouvailles ne manqueront pas de vous surprendre, nous disposons d’un fonds de documentation aux ressources multiples ainsi que de bases de données accessibles en ligne sur notre site par nos adhérents (plus de 600 000 noms).

 
Les recherches menées par les membres de l’association couvrent-elles le spectre complet des origines juives (sépharades, ashkénazes, yéménites …) ?

De l’Afrique du Nord à la Galicie, de l’Empire Ottoman à l’Alsace-Lorraine, du Comtat Venaissin à la Roumanie, de la Pologne à la Tunisie et à l’Italie… vous trouverez l’entraide et les conseils et les documents dont vous avez besoin pour mener à bien vos recherches.

Mon image

Logo du Cercle de Généalogie Juive

D’où vous vient cette passion pour la généalogie ?

Chacun de nous ressent à un moment de sa vie, le devoir de travailler sur la mémoire du peuple juif, afin de « passer le relais » aux générations qui nous suivent. D’une classique généalogie familiale, nous avons pris conscience qu’il fallait élargir le champ de nos recherches en étudiant tout un groupe et enraciner son histoire au moyen de documents irréfutables que sont les archives. Une "bonne action communautaire", si je peux m’exprimer ainsi.

"Notre vocation : Mémoire et transmission"

 

Vous êtes co-auteur d’un livre, paru récemment, notamment à l’occasion de la 40ème Conférence internationale de Généalogie Juive, qui s’intitule : « Registres des Kettubot de la Nation Juive de Livourne ». Pouvez-vous présenter le fruit de ces grands travaux de recherches ?

Avec Gilles Boulu, Liliane Nedjar et Raphaël Attias, nous avons consacré près de 5 années à quatre personnes pour reconstituer la généalogie d’une communauté toute entière, depuis sa création à la fin du 17ème siècle, jusqu’à sa quasi disparition au début du 20ème siècle. Nous avons ainsi mis au jour la vie de tous les membres de la communauté juive de Livourne et permis à de nombreuses familles de remonter leur généalogie jusqu’à près de quatre siècles en arrière. A cette échelle, et sur une si longue période, cela n’avait jamais été fait jusqu’à lors.

Tout récemment, notre ouvrage s’est vu décerné le prix de la "Publication Remarquable" (Outstanding Publication Award), lors de la Conférence Internationale de Généalogie Juive (IAGJS).

La préface du registre revêt une grande importance. Ecrite par M. Gasperoni du CNRS, elle met en évidence le sens même de notre ouvrage. 

 

Quels conseils donneriez-vous à nos lecteurs s’ils souhaitent mener leurs propres recherches généalogiques ? Par quoi doivent-ils commencer et sur quelles sources peuvent-ils s’appuyer ?  

Tout d’abord, de devenir membre de notre cercle, pour une somme modique (moins de 50 €). Le CGJ apporte une aide considérable en offrant entre autres, la consultation de bases de données importantes et surtout, fiables. Des spécialistes de toutes les régions se mettent à la disposition des adhérents.

 

Pour contacter le Cercle de Généalogie Juive : secretariat@genealoj.fr

Vous souhaitez vous procurer le « Registres des Kettubot de la Nation Juive de Livourne »d'Alain Nedjar, Gilles Boulu, Liliane Nedjar et Raphaël Attias. Pour passer commande, rendez-vous sur le site du Cercle de Généalogie Juive ! (Ouvrage bilingue (français/anglais), 814 pages et de nombreuses illustrations en couleur. Editions du Cercle de Généalogie Juive)

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.