Actualités
|
Publié le 19 Juin 2020

Journée mondiale des réfugiés - L'importance des mots et le sens qu'on leur donne

A l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, nous vous proposons de faire le point sur un sujet qui fait couler beaucoup d'encre.

Samedi 20 juin : Journée mondiale des réfugiés

"Tu n'opprimeras point l'étranger ; vous savez ce qu'éprouve l'étranger, car vous avez été étrangers dans le pays d'Egypte." Exode

Demain, samedi 20 juin, c'est la Journée mondiale des réfugiés. Elle a lieu chaque année depuis 2001, année du 50è anniversaire de l'adoption de la Convention du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés. 

A l'heure où les titres des grands quotidiens nous abreuvent de termes souvent mélangés, nous proposons d'en revenir aux définitions.

En droit international, le "réfugié" est le statut officiel d’une personne qui a obtenu l’asile d’un Etat tiers. Il est défini par l'une des conventions de Genève (dite "relative au statut des réfugiés"), signée en 1951 et ratifiée par 145 Etats membres des Nations unies :

"Le terme “réfugié” s’appliquera à toute personne (…) qui, craignant d’être persécutée du fait de sa race [son origine], de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n’a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tels événements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner.".

Il ne faut donc pas confondre les termes migrants et réfugiés, mais se souvenir que tous les réfugiés ont d'abord été des migrants. 'Un migrant' définit un état, 'un réfugié' se réfère à un statut juridique.

 

Le Crif vous propose aussi :

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.