Actualités
|
Publié le 7 Janvier 2020

La minute Geek - ToTok, l’application espion qui a berné l’Occident

Chaque semaine, le Crif vous propose une plongée dans le monde de la tech et de ses outils. Mettez votre costume de geek, c'est parti !

Il y a quelques mois, la toile s’est enflammée à propos de l’application chinoise Tik Tok, qui a été squattée par des propagandistes de Daesh, qui ont profité de ce vecteur de communication pour toucher un public plus jeune. Nous vous en parlions ici : COMMENT L’ÉTAT ISLAMIQUE SÉDUIT LES JEUNES EN UTILISANT LES NOUVEAUX RÉSEAUX SOCIAUX

Plus récemment, c’est l’application ToTok qui a fait passer quelques nuits blanches aux experts en sécurité. Conçue aux Emirats Arabes Unis, cette application a mauvaise réputation : elle serait en fait conçue pour pouvoir espionner les utilisateurs.

Mon image

L’application, disponible lors de son lancement sur le Google store et l’Apple store a ensuite été supprimée de ces canaux de téléchargement… pour être finalement remise sur le Google store il y a quelques jours.

Tremblement de terre fin 2019, le New York Times publie un article expliquant que les utilisateurs de l’application donnent sans le vouloir ou le savoir accès aux services de renseignement des Emirats Arabes Unis à leurs contacts, leur localisation, leurs conversations, mais aussi à leurs caméras et téléphones… faisons simple, les services de renseignement des émirats auraient accès à toute la vie des utilisateurs. Cette thèse du New York times s’appuie sur le fait que ToTok aurait été conçue par Dark Matter (qui aurait utilisé Breej Holding comme façade). Dark Matter ? Il s’agit d’une société de cyber renseignement et espionnage liée au gouvernement des Emirats. Autre fait majeur : Totok serait liée à PaxAI, société d’intelligence artificielle, dont le siège est situé… dans l’immeuble de l’agence d’écoute des Emirats Arabes Unis (à Abu Dhabi). 

L’application est pourtant de retour sur le Google Store ! Méfiez-vous si vous souhaitez la télécharger. Ou plutôt, d’ailleurs, passez vous en.

Cette application permet notamment de passer des appels en data, comme Whatsapp ou Viber. Or, dans certains pays, Whatsapp et Viber sont interdits. Les habitants utilisent donc ToTok comme alternative… et se retrouvent ainsi à donner accès à toutes leurs conversations aux services de renseignement.

Pour cette première minute geek de l’année, voici donc nos conseils à suivre avant de télécharger une application :

  • Sachez qu’Apple est toujours plus fiable qu’Android : le fabricant est très sévère quant à l’acceptation d’applications disponibles sur le store, Google est plus flexible et ouvert

  • Pensez toujours à regarder qui a conçu l’application, et jouez au petit détective. La société semble chinoise, russe voire iranienne ? Pensez-y à deux fois.

  • La fameuse phrase « si c’est gratuit c’est que c’est toi le produit » est toujours d’actualité. On repense à Faceapp, l’application russe qui avait fait le tour du web et qui avait créé ensuite une grande vague de méfiance. Pour faire simple, rien n’est jamais vraiment gratuit sur les applications, soyez vigilants !

  • Et si en 2020 on décrochait un peu des écrans ?

Sophie Taïeb

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.