Actualités
|
Publié le 16 Octobre 2018

Psychanalyse - Les mots du divan, et ceux de Tenou'a

Lacan et le Shofar, le divan et la Synagogue, la parole et la prière, l’Unheimlich et l’être Juif, la névrose et la mère juive. Autant de liens qui intéressent le nouveau numéro de la revue Tenou’a.

Il y a quelques mois, nous vous parlions du numéro estival de Tenou’a, un numéro consacré au sionisme dont l’honnêteté intellectuelle nous avait emballés.

Aujourd’hui, c’est l’audace de Tenou’a qui nous pousse à vous parler du dernier numéro de la revue, intitulé Sur le divan avec Freud. De son prénom Sigmund – à ne pas confondre avec Lucian, son petit-fils qui nous a davantage ému par son œuvre picturale que pour ses talents d’analyste.

Lacan et le Shofar, le divan et la Synagogue, la parole et la prière, l’Unheimlich et l’être Juif, la névrose et la mère juive. Autant de liens qui intéressent le nouveau numéro de la revue Tenou’a.

A la recherche de l’objet perdu

Dans un article qui expose ce que Stefan Zweig a compris et rendu compréhensible de la psychanalyse, Sarah Rozenblum cite l’écrivain : « L’intention de la psychanalyse n’est pas d’introduire en l’Homme une chose nouvelle mais d’extraire de lui quelque chose qui s’y trouve ». Voilà qui nous donne une piste plus claire de l’entreprise psychanalytique.

Chercher ce que nous avons perdu. Notion freudienne, puis lacanienne, reprise ici par le psychanalyste Gérard Haddad qui s’intéresse de près au Shofar comme voix symbolique, comme objet de la pulsion voix, idée initialement introduite par Jacques Lacan dans le Séminaire X sur l’angoisse.

L’inquiétante étrangeté, ou l’étranger inquiété

Ou l’étranger inquiétant, même. C’est à la notion freudienne de l’Unheimlich (traduit communément par « l’inquiétante étrangeté ») qu’Anna Klarsfeld s’attaque dans un article formidable. Elle interroge la notion d’Unheimlich sous le prisme d’un peuple juif sans adresse auquel on a, à un moment de l’Histoire, proposé un foyer, une maison : l’Etat d’Israël. Bruhim Habaim* nous dit-on pour faire taire le bruit de fond gênant de l’Unheimlich. Mais est-on pour autant arrivé à la maison ? Eléments de réponses dans le papier d’Anna Klarsfeld.

Dans le viseur de Sigmund Freud, au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme

Tenou’a s’intéresse aussi à l’exposition en cours au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, « Sigmund Freud, du regard à l’écoute » à l’occasion d’un long entretien avec Jean Clair, Commissaire de l’exposition. A travers neuf séquences chronologiques, le visiteur a le loisir de découvrir la vie et les idées du père de la psychanalyse. Riche de nombreux prêts d’œuvres d’arts du monde entier parmi lesquels L’origine du monde, de Courbet, une œuvre de Chirico, des dessins de Klimt et de captivantes toiles de Schiele, l’audacieuse exposition du MAHJ promet un voyage épatant aux prémices de la psychanalyse.

Sur le divan avec Tenou’a, c’est aussi une série de séances imaginées, mettant tantôt en lumière l’importance du transfert, la parole libérée et les névroses de la mère juive, joliment soulignées par Emilie Frèche.

Sans tomber dans le piège du rapprochement facile, ni céder à la tentation du raccourci, Tenoua propose ici une lecture pertinente et courageuse de la psychanalyse.

Comme dirait un bon lacanien pour conclure une séance, « très bien, on va s’arrêter là ».

*En hébreu, formule d’usage pour dire « Bienvenue à la maison »

Marie-Sarah Seeberger

***

A propos de Tenou'a

Créée en 1981,  Tenou'a est une revue trimestrielle de pensée juive publiée par l'Association Tenou'a. D'abord publiée par le Mouvement Juif Libéral de France (MJLF), la revue est à présent entièrement indépendante. Le Rabbin Delphine Horvilleur en est la Directrice de la rédaction, après avoir longtemps été Rédactrice en chef. Tenou'a donne la parole à tous les mouvements du judaïsme et à toutes les voix qui composent aujourd'hui le peuple juif. C'est notamment grâce à son ouverture et à son indépendance éditoriale que l'on reconnaît l'intelligence de cette revue.

"Atelier de pensée(s) juive(s)", voici comment se définit la revue Tenou'a et ce qu'on peut lire sur la couverture de chaque numéro. La justice après la Shoah, Souccot, l'Art et la Bible, l'éloge de la dispute, autant de sujets qui ont fait la Une de cette revue et qui ont questionné un pan de l'identité juive et de la Torah.

A propos de l'exposition « Sigmund Freud, du regard à l’écoute » au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cette exposition, proposée à l’occasion des vingt ans du mahJ, est la première présentée en France sur Sigmund Freud (1856-1939). Par un ensemble de 200 pièces – peintures, dessins, gravures, ouvrages, objets et dispositifs scientifiques –, elle jette un regard nouveau sur le cheminement intellectuel et scientifique de l’inventeur de la psychanalyse.

Du mercredi 10 octobre 2018 jusqu'au dimanche 10 février 2019

Informations et détails

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Où trouver Tenou'a ?

En France :

Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme – 71, rue du Temple – 75003 Paris
Mémorial de la Shoah – 17 Rue Geoffroy l’Asnier – 75004 Paris
Librairie du Temple-Shir Hadash – 1 Rue des Hospitalières Saint-Gervais – 75004 Paris
Librairie La Procure – 3 Rue de Mézières – 75006 Paris
Librairie Kléber – 1 rue des Francs Bourgeois – 67000 Strasbourg
La Cour des Grands – 1 rue Taison – 57000 Metz
Librairie 47° Nord- 8b rue du Moulin – 68100 Mulhouse

En Israël : 

Librairie Vice-Versa – Mekor Haim 10/8 – Jerusalem 93465
Librairie du Foyer – Kikar Masaryk 14 – Tel Aviv

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.