Actualités
|
Publié le 22 Juillet 2014

Témoignage au Camp des Milles

Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat français et en hommage aux Justes de France, Cérémonie officielle du 20 juillet 2014.

Quatre-vingt-dix-sept noms retrouvés d’enfants déportés du camp des Milles sont lus. Un à un. Avec leur âge. « Moïse Altmann, 13 ans... Werner Goldschmidt, 17 ans, Helga Hirsch, 4 ans… Jan Kraus, 1 an. »

Des noms rappelés par la voix émue d'une jeune fille du même âge que certaines des victimes de la barbarie nazie. Bouleversant et effroyable. Après avoir entendu Jean Ferrat dans le silence du recueillement : « ils étaient vingt, ils étaient cent, nus et maigres, tremblants dans ces wagons plombés... »

C’est ainsi que débute la cérémonie organisée au camp des Milles dans le cadre de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat français et en hommage aux Justes de France.

Il est rappelé que la date de cette Journée annuelle a été fixée en commémoration de la rafle dite du Vel d’Hiv le 16 juillet 1942 qui a vu l’arrestation de 13 152 Juifs parisiens, y compris 4 115 enfants, dont la plupart seront assassinés au camp d’extermination d’Auschwitz qui fut aussi la destination finale des hommes, femmes et enfants Juifs déportés quelques semaines plus tard par le régime de Vichy à partir du camp des Milles, véritable Vel d'hiv du Sud.

Cette cérémonie prend une tonalité particulière lorsque Monsieur Alain Pierret, ancien ambassadeur de France, témoigne de l’action de son père Henri Pierret, capitaine des Sapeurs-pompiers de Paris, ayant agi au Vel d’Hiv’ en faveur des familles juives raflées.

« Le 16 juillet 1942 à 8 heures, comme tous les matins, Henri Pierret réunit sa compagnie pour distribuer les consignes du jour. Un message vient de lui être apporté: « Envoyez un détachement au Vélodrome d’Hiver ». Le capitaine s’étonne, aucune manifestation n’est prévue ce jour-là. Il dépêche cinq sapeurs (...) À la maison, l’impatience croît. Enfin, papa arrive, il doit être 14 heures. Il est bouleversé, nous raconte les cris déchirants des enfants, les hurlements des adultes, les plaintes des vieillards. Il a fait distribuer de l’eau. »

Alain Pierret rapporte aussi le récit détaillé  de ces heures tragiques de l’un des Sapeur-Pompiers, Fernand Bauvin: « l’ouverture des vannes, le recueil et l’expédition de centaines de messages », autant de gestes simples montrant l’humanité de leurs auteurs.

Ce témoignage émouvant est présenté en présence d'officiers de l’Ecole Nationale des Officiers et Sous-officiers des Sapeurs-pompiers, partenaire de la Fondation du camp des Milles. Il fait écho aux Actes Justes présentés à la fin du "volet réflexif" de l'exposition permanente du Site-mémorial du Camp des Milles et à l’exposition « Sauver les enfants » produite par l’OSE (Œuvre de secours aux enfants) désormais présentée au Site-Mémorial.

Ces actes justes furent ceux d'innombrables hommes et femmes qui ont su agir, par les armes ou autrement, contre les génocides des Arméniens, des Juifs et des Tutsi du Rwanda provoqués délibérément par les fanatismes et les haines racistes ou antisémite.

L’ensemble de ces actes illustre  les résistances possibles de tout homme et femme face à l’inacceptable.

Au camp des Milles aussi, des hommes et des femmes surent aider les internés et déportés, comme le rappelle Alain Chouraqui, Président de la Fondation du Camp des Milles  : ils ont désobéi aux lois injustes du régime de Pétain, protégé et caché, soutenu et soigné, fait évader et hébergé dans leur propre demeure les internés ou déportés, fourni de faux-papiers ou plus simplement apporté une aide morale.

Madame Gaelle Lenfant, Vice-Présidente du Conseil Régional, puis Madame Sophie Joissains, sénatrice, condamnent avec force l'antisémitisme violent apparu dans notre pays et soulignent que, comme l'exprime fortement le Site-Mémorial du Camp des Milles, l'histoire doit éclairer le présent, inciter à ouvrir les yeux et à refuser la passivité.

Le message de Monsieur Kader Arif, secrétaire d'état auprès du Ministre de la Défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire, est lu enfin, avant les dépôts de gerbes et la Marseillaise entonnée par tous.

Cette cérémonie s'est tenue à l’invitation du sous-Préfet de l’arrondissement d’Aix-en-Provence, de Madame Maryse Joissains-Masini, Maire d’Aix-en-Provence, et de son Conseil municipal, de la « Fondation du Camp des Milles-Mémoire et Education », de l’Association du Wagon-Souvenir et du Site-Mémorial des Milles et de la Communauté Juive d’Aix-en-Provence.

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.