Actualités
|
Publié le 7 Septembre 2017

#Tribune - Ce que l'antisémitisme dit, par Marc Knobel

Les Juifs de France se souviendront que depuis l'année 2000 dans le domaine brûlant de l'antisémitisme, nous vivons au rythme des pitreries récidivistes de quelques illuminés. Nous vivons également au rythme effréné de slogans violents et orduriers qui ont été lancés, scandés ici ou là et/ou d'indignations sélectives.

Publié le 6 septembre 2017 dans ActuJ

Par Marc Knobel, Directeur des Etudes au Crif

Il s'agit encore d'hurlements (lors de certaines manifestations) et d'agressions caractérisées. Les "Mort aux juifs !" sont devenus le dénominateur commun entre des extrêmes qui veulent seulement et simplement en découdre.

Alors, l'hostilité à l'encontre des juifs ne s'est-elle pas largement développée chez certains jeunes qui vivent dans des quartiers dits "sensibles" et qui, discriminés et très souvent victimisés, sont en quête d'identité ? Ces jeunes ne s'identifient-ils pas (quelquefois) aux Palestiniens, qu'ils pensent "venger" lorsqu'ils s'en prennent aux juifs ? A moins qu'il s'agisse "d'un nouveau lumpenprolétariat", endoctriné à la haine des juifs et plus largement de l'Occident, comme le suppose le philosophe Pierre-André Taguieff ? N'y a-t-il pas finalement dans cette rage antijuive, une culture de l'antisémitisme ? Au-delà, le conflit joue un rôle très important et sert d'alibi à l'expression de l'antisémitisme dans des milieux socialement plus privilégiés. Bref, le conflit israélo-palestinien n'est-il pas aussi un prétexte qui a fait sauter, et de façon durable, le tabou de l'antisémitisme ?

Par ailleurs, les islamistes font des banlieues défavorisées le lieu préféré de diffusion de leurs pseudo-thèses. Dans les prêches ou à travers Internet, ils présentent une vision d'un islam qui serait assiégé, menacé par les Américains, les Européens et les juifs. Cette vision complotiste est d'autant plus grave que des jeunes entendent et lisent régulièrement cette propagande, s'en nourrissent, en pensant y trouver l'explication de leur désarroi, de leur peine, de leur peur. Mais, ne devrions-nous pas arrêter avec les discours qui prévalent ici ou là selon lesquels si des jeunes deviennent par la suite des islamistes, ce serait en quelque sorte de la faute de la société qui n'aurait pas su les intégrer ou parce qu'ils sont au chômage et souffrent de relégation sociale ? Ces gens ne sont-ils pas plutôt "motivés par une idéologie et une haine doctrinale des juifs", comme le remarque le sociologue Shmuel Trigano ? Et, est-ce la misère physique ou morale qui crée le terrorisme ou l'endoctrinement, l'obscurantisme et le fanatisme ?

Lire l'intégralité dans ActuJ

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.