Actualités
|
Publié le 26 Juin 2012

Une minute donnée, pour onze vies volées : lettre de Jonathan Curiel et Michael Marciano au Président de la République François Hollande

Monsieur Le Président de la République française, François Hollande,

 

Le 11 septembre 2001 est une date qui a marqué les esprits. Chaque individu se souvient… Onze ans déjà.

Le 6 septembre 1972 est aussi une date que nul ne doit oublier…

Quarante ans déjà.

Les jeunes n’ont pas connu. Les plus anciens s’en souviennent.

Monsieur Le Président, quarante ans ont passé, mais la peine et les cicatrices n’ont jamais pu se refermer. Le temps de la vengeance est révolu, voici venu celui de la mémoire, qui honorerait les Jeux de Londres 2012

Ce jour-là, onze athlètes israéliens étaient assassinés, à Munich, en plein Jeux Olympiques, sous les yeux stupéfaits et impuissants du reste du monde qui réalisa que l’antisémitisme n’était pas mort avec la Shoah.

 

Ce jour-là fût ôtée la vie d’innocents, dans un contexte sportif, loin des champs de bataille, lors de Jeux Olympiques où le fair-play est la doctrine principale. Tout simplement parce que ces athlètes étaient juifs.

 

Monsieur Le Président, quarante ans ont passé, mais la peine et les cicatrices n’ont jamais pu se refermer. Le temps de la vengeance est révolu, voici venu celui de la mémoire, qui honorerait les Jeux de Londres 2012.

 

Rien ne pourra jamais réparer cette horreur, mais en revanche, une minute de silence en leur mémoire pourrait être le signe du refus du terrorisme pour que, jamais plus, une nation, un peuple, n’ait à revivre un tel drame.

 

Monsieur Le Président, ne serait-il pas juste, ne serait-il pas à votre honneur, et celui de la France, de commencer votre quinquennat par ce geste qui ferait de vous celui qui a demandé, et obtenu, du comité international olympique, une minute de silence.

 

Des personnalités du monde politique nous ont rejoints : ministres ou anciens ministres, sénateurs, députés. Ils ont compris l’importance pédagogique d’une telle action, de ce geste qui sera pour les générations actuelles et futures une source d’inspiration contre ce fléau qu’est le racisme, et dans ce cas précis, l’antisémitisme.

 

« Une minute donnée pour onze vies volées » n’est pas, Monsieur le Président, une requête démesurée pour dire NON à la terreur, NON au racisme et NON à l’antisémitisme.

 

Nous vous remercions pour votre action, qui sera entendue par le CIO, et vous prions, Monsieur le Président, de croire en notre profond respect.

 

Jonathan Curiel & Michael Marciano, Maire Adjoint de Massy

 

(L’article original a été publié sur JSS News)

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.