Actualités
|
Publié le 29 Novembre 2019

Vote IHRA - La proposition de résolution visant à lutter contre l'antisémitisme examinée le 3 décembre à l'assemblée nationale

Mardi 3 décembre, à l'Assemblée Nationale, une proposition de résolution visant à lutter contre l'antisémitisme sera examinée. Cette résolution propose d'adopter la définition de l'antisémitisme de l'IHRA (Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste). Aujourd'hui, focus sur les éléments relatifs à cette résolution d'une importance capitale pour lutter contre l'antisémitisme. Lundi, ne manquez pas la newsletter spéciale consacrée à l'antisionisme et à la proposition de résolution visant à lutter contre l'antisémitisme.

Dans quelques jours, le mardi 3 décembre, une proposition de résolution visant à lutter contre l’antisémitisme sera débattue à l'Assemblée Nationale. Cette proposition de résolution est soutenue par le député Sylvain Maillard.

Ce projet de résolution, sans valeur contraignante, cherche à adopter la définition de l'antisémitisme selon l'IHRA, à savoir que : « L’antisémitisme est une certaine perception des Juifs qui peut se manifester par une haine à leur égard. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme visent des individus juifs ou non et/ou leurs biens, des institutions communautaires et des lieux de culte ».

Lors du dernier Dîner du Crif, le 20 février 2019, le Président de la République Emmanuel Macron s’était exprimé avec clarté : « La France, qui l'a endossée en décembre avec ses partenaires européens, mettra en œuvre la définition de l'antisémitisme adoptée par l'Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah ».

Toutefois, initialement prévu le 29 mai 2019, l'examen de la résolution - qui concrétise cette volonté présidentielle - avait été repoussé à la rentrée, avant d'être finalement fixé au 3 décembre. Depuis, elle a été modifiée. 

Cette résolution est d'une importance capitale. 

Découvrez l'intégralité du contenu de la proposition de résolution visant à lutter contre l'antisémitisme sur le lien suivant : Résolution n°2403

Comme le Président du Crif Francis Kalifat l'a souligné à plusieurs reprises, « il est évident aujourd’hui qu’il n’y a plus de différence entre ‘‘sale Juif’’ et ‘‘sale sioniste’’. On ne peut plus se contenter de déclarations ou de mots de compassion à un moment où l’antisémitisme et son clone l’antisionisme ne cessent de progresser. Nous avons besoin d’actes forts. Le vote de cette résolution dans sa formulation actuelle en serait un ».

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a notamment insisté sur l'importance de ce vote. « Il est important que cette proposition de résolution puisse être votée dans un esprit conforme à ce que porte Sylvain Maillard. À la fois parce qu’elle a été impulsée par le président de la République. Mais aussi parce qu’aujourd’hui, plus encore qu’hier, il faut pouvoir défendre toutes les religions », exhorte Christophe Castaner*.

 

À l'occasion du débat à venir, découvrez et suivez la campagne du Crif sur l'antisionisme sur les réseaux sociaux du Crif (Twitter et iInstagram) via le #VoteIHRA. Cette campagne vise à mettre en exergue le caractère antisémite de déclarations antisionistes. 

Découvrez quelques exemples ci-dessous : 

À travers cette loi, il n’a jamais été question d’empêcher la critique d’une politique et/ou d’une raison d’Etat et de débattre du conflit israélo-palestinien. 

L'amalgame entre un individu juif et les actions de l'Etat d'Israël, c'est de l'antisémitisme.

 
Lundi, ne manquez pas notre newsletter spéciale consacrée à la proposition de résolution visant à lutter contre l'antisémitisme
 
 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.