La #BD entre en résistance au Camp des Milles

 
Durant la Seconde Guerre mondiale, au cœur même du Camp des Milles et de l’engrenage de la barbarie dont il fut l’un des rouages, l’art et la culture trouvèrent leur place grâce aux nombreux intellectuels et artistes qui y étaient internés. Malgré leurs conditions de vie, ces internés surent résister à l’horreur en continuant d’exercer leur art, y compris sur les murs du camp. Parmi eux, Franz Meyer réalisa des dessins du camp qui constituent une véritable bande dessinée, et qui servent aujourd’hui de support pédagogique pour les 9-12 ans.
 
C’est pourquoi le Site-mémorial présente au public les super-héros de bandes dessinées américaines, et surtout leurs créateurs qui se sont dressés pendant la 2e guerre mondiale contre l’antisémitisme, le fascisme et la barbarie qui frappaient le Vieux Continent et menaçaient leur propre pays. Cet engagement, cette résistance par l’art se poursuivirent après la fin des hostilités, portés par des survivants de la Shoah ou par leurs héritiers, conscients de la nécessité durable d’un travail de mémoire et de vigilance dont l’œuvre la plus marquante est l’album « Maus » d’Art Spiegelman.
 
Une grande exposition temporaire a été ainsi inaugurée mardi 5 juillet 2016 , devant environ 150 personnes, au Site-mémorial du Camp des Milles « De Superman au chat du Rabbin », adaptée de l’exposition réalisée par le Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme de Paris...
 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.