Sur Shoah de claude lanzmann, par Éric Marty (*)

 
Une recension de Jean-Pierre Allali
 
Ce livre qui se présente comme un commentaire éclairé du film monumental de Claude Lanzmann, « Shoah », est en fait un recueil de plusieurs conférences données par l'auteur, professeur de littérature contemporaine à l'Université Paris-Diderot, membre de l'Institut Universitaire de France. Des textes qui ont été publiés, entre 2010 et 2015, dans différentes revues.
 
C'est un fait, Éric Marty a du voir et revoir « Shoah », en partie ou en totalité a de nombreuses reprises. Il nous décrit avec conviction, certaines scènes qui l'on marqué, détaillant la manière tout à la fois dure et astucieuse de Lanzmann pour parvenir à ses fins. Voici le réalisateur face au sergent SS Franz Suchomel, chargé à Treblinka de conduire les Juifs vers les chambres à gaz. « Un burlesque funeste et profond que l'on n'avait jamais saisi aussi intensément par un dispositif cinématographique ». Voici aussi Michaël Podchlebnik, Juif de Chelmno, Abraham Bomba, le coiffeur de Treblinka, Joseph Oberhauser, officier SS à Belzec, le paysan polonais Czeslaw Borowi. Et Richard Glazar, le fossoyeur qui comprend que « désormais les morts ne seraient plus enterrés, ils seraient brûlés. Et Rudolf Vrba, qui, avec d'autres, entre en résistance. Sans oublier Filip Müller, Juif tchèque, Sonderkommando à Auschwitz qui aurait voulu mourir avec ses frères et ses sœurs mais qui en sera dissuadé par l'une des condamnées : « Tu veux donc mourir. Mais ça n'a aucun sens. Ta mort ne nous rendra pas la vie. Ce n'est pas un acte. Das ist keine Tat ». Et les noms de tous ces Juifs aujourd'hui disparus, des ces « Benkel » qui habitaient autrefois la maison du boucher, du cordonnier Yankel, de ces Barenholz, de ces Lipschitz, des Lichtenstein et des Borenstein. Sans oublier les noms inscrits sur les valises entassées de ceux partis à jamais en poussière, les « Israël » et les « Sara » victimes des « Aktion ».
 
En annexe, un texte sur « Le livre d'Esther et le génocide » analyse, dans ses différentes éditions l'histoire d'Esther, d'Assuérus, de Vashti, de Mardochée et d'Haman et la légende du pseudo massacre des « 75 000 » Iraniens par les Juifs.
 
Exceptionnel.
 
Note :
(*) Éditions Manucius. Avril 2016. 128 pages. 15 euros.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.