A lire, à voir, à écouter
|
Publié le 3 Septembre 2015

Génération SOS Racisme - Heurs et malheurs d'une génération morale, par Taly Jaoui & Philippe Velilla (*)

Un livre très riche et très intéressant.

Par Jean-Pierre Allali
Nous avons ici même analysé les derniers ouvrages de Philippe Velilla, « Les Juifs et la droite : Israël et la diaspora entre Nétanyahou, Sarkozy et Obama » (1) et « La République et les tribus, essai sur le communautarisme politique » (2). Dans le nouveau livre qu'il nous propose, il s'associe à la journaliste Taly Jaoui pour explorer par le menu l'histoire de l'association antiraciste des potes qu'on ne doit pas toucher et de la petite main jaune qui fit, en son temps, le tour du monde.
Les auteurs, d'entrée de jeu, reconnaissent que leur projet n'est pas simple et qu'il est semé d'embûches car « la naissance de SOS Racisme est, encore aujourd'hui, au cœur de bien des polémiques qui sont autant d'accusations : volonté de récupérer le mouvement beur pour l'inféoder au Parti socialiste ; manœuvre du pouvoir mitterrandien pour combattre le Front national après avoir favorisé la montée de ce parti ; moyen de promotion de quelques militants politiques en quête de notoriété ; instrument au service d'un courant du PS... ».
En remontant le temps, des lieux au souvenir douloureux émergent : Les Minguettes et Vénissieux, des événements aussi : les conséquences de la guerre d'Algérie, les meurtres de Maghrébins, les bavures policières et les rodéos. Des noms enfin, aujourd'hui oubliés, mais que l'on peut considérer comme les pères fondateurs de SOS : Toumi Djaïdja, fils de Harki, né en Algérie en 1962 et un curé, le père Christian Delorme, né en 1950 à Lyon. Avec la création de l'association « SOS Minguettes » et la Marche organisée en 1984 qui sera accueillie à Paris par 100 000 personnes parmi lesquelles Bernard Stasi et Claude Cheysson, Jack Lang et Marie-Claire Mendès-France, Gisèle Halimi et Huguette Bouchardeau, ou encore Enrico Macias, Tahar Ben Jelloun et Jean Edern Hallier, SOS Racisme est en gestation. Bien avant « Touche pas à mon pote », un slogan domine : « La France, c'est comme une mobylette. Pour avancer, il lui faut du mélange ». 
Au fil des ans, on passe de l'alliance entre « Fils de Jésus et de Mahomet » à celle des « Enfants de Jules Ferry et de Léon Trotsky » pour finir par ceux de « Jean-Jacques Rousseau et Moïse ». Car nombreux sont les jeunes Juifs qui vont rejoindre l'aventure. Parmi eux, Julien Dray, dit Juju, Éric Ghebali, Arié Bensemhoun et Benjamin Stora. Dans la « bande à Juju », on trouve Harlem Désir, Jean-Christophe Cambadélis, Jean-Marie Le Guen, Didier François, dit Rocky, Laurence Rossignol, Isabelle Thomas, Arnold Stassinet, Claire Robillard, Éric Montès, Bernard Pignerol, Pierre Raiman,  Jean-Loup Salzman et bien d'autres encore. Anciens trotskystes et lambertistes, communistes et socialistes, militants de l'UNEF, la « Génération Mitterrand » se forme. Plus tard, des dirigeants « beurs » rejoindront la « bande à Juju » : Kaïssa Titous et Malek Boutih, entre autres.
C'est le grand concert de solidarité qui a lieu le 15 juin 1985 à la Concorde et qui réunira quelque 500 000 personnes qui marquera l'apogée de SOS Racisme. Ministre de la Culture, Jack Lang alloue une subvention d'un million de francs aux Potes. Maire de Paris, Jacques Chirac prend en charge la remise en état de la place. Présentant la soirée, Julien Dray la dédie à Simone Signoret, au jazzman Mezz Mezzrow et à Daniel Balavoine. Harlem Désir prononcera un grand discours tandis que Guy Bedos, Coluche, Manu Di Bango et le groupe Téléphone assureront le spectacle auquel assistera Laurent Fabius, alors Premier ministre.
Petit à petit, cette époque faste se dissipe, la « parenthèse enchantée » se referme. La chanson de Mylène Farmer, « Génération désenchantée » est le tube de l'année 1991. Le conflit du Proche-Orient met Feujs et Beurs de SOS en opposition. Au congrès de SOS, Kaïssa Titous propose une motion de soutien aux Palestiniens. Arié Bensemhoun, alors président de l'UEJF, parvient à faire adopter un texte plus équilibré. Par la suite, la Guerre du Golfe accentuera les divisions. Plus tard, SOS sera accusée de promouvoir un multiculturalisme qui porterait atteinte à l'unité de la République. L'affaire du voile qui voit, au sein de SOS, s'affronter les tenants de la laïcité stricte et ceux du droit à la différence, va encore affaiblir l'association. Enfin, le cas de la jeune Leonarda va à nouveau enflammer les esprits.
Un chapitre intéressant de l'ouvrage est consacré au carriérisme des dirigeants de SOS. Il semble évident que pour beaucoup, SOS aura été un formidable tremplin politique : Julien Dray sera député de l'Essonne dès 1988, Fodé Sylla sera élu au parlement européen tout comme Isabelle Thomas et Harlem Désir qui deviendra même ministre en 2014,  Éric Montès fera carrière en Picardie, Laurence Rossignol sera élue sénatrice de l'Oise en 2011 puis secrétaire d'État à la famille dans le gouvernement Valls en 2014. Daniel Goldberg sera député de Seine-Saint-Denis dès 2007, Delphine Batho deviendra ministre de l'Écologie en 2012, Pascal Cherki, Yann Galut et Sébastien Pietransanta seront députés. D'autres encore deviendront maires, comme Olivier Léonard, Patrick Menucci, Alda Pereira et Claire Robillard. Abderrahmane Dahmame sera conseiller à l'Élysée sous Nicolas Sarkozy qui n'hésitera pas également, à recruter Fadela Amara.
Sous la plume de nos deux auteurs, on découvre quelques affaires étonnantes et peu connues. Ainsi, Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur, était intervenu en faveur du frère de Fadela Amara, alors en prison pour meurtre. Ministre, Fadela Amara refusera un logement de fonction sous des motifs très nobles, ce qui ne l'empêchera pas d'y loger deux de ses frères. Quand elle quitta le gouvernement, elle se retrouva à l'Inspection Générale des Affaires sociales, « qui lui procurera un emploi à vie, un bon salaire et des raisons de s'ennuyer ». Et Taly Jaoui et Philippe Velilla d'ajouter : « En 2012, elle appellera à voter pour François Hollande. Politique, quand tu nous tiens ! ». De son côté, Julien Dray, collectionneur compulsif de montres rares qui acceptera que sa résidence secondaire de Vallauris soit payée par son ami Pierre Bergé, se trouvera à plusieurs reprises confronté à la justice. Harlem Désir pour sa part, on s'en souvient, sera condamné pour un emploi fictif. Il ne sera pas le seul parmi les anciens « Potes ».
Le mouvement des « Potes » aura donc produit le meilleur et le pire. L'ouvrage s'achève sur un rappel d'un propos prémonitoire de Paul Nizan : « Ils se disaient qu'il fallait changer le monde. Ils ne savaient pas encore comme c'est lourd et mou, le monde ».
Un livre très riche et très intéressant.
Note:
(*) Éditions Le Bord de l'Eau. Septembre 2015. 160 pages. 15 euros.
(1) Éditions Pascal, 2010. Voir notre recension dans la Newsletter du 15 mars 2011.
(2) Éditions Buchet-Chastel, 2014. Voir notre recension dans la Newsletter du 4 mars 2014.
CRIF

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.