Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Au Palais du Ciel Par Remi Huppert

28 Février 2017 | 47 vue(s)
Catégorie(s) :
Opinion

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Remi Huppert est un spécialiste des Juifs de Chine. On lui doit notamment Destin d’un Juif de Chine (1). Dans son nouveau roman, le judaïsme est toujours présent.

Nous sommes à Harbin, sous le régime communiste. Dans la première partie du récit, nous découvrons la famille Gong. Papa Gong est sous-officier dans l’Armée Populaire. Maman Hong est gouvernante au sein de la « Deuxième maison d’hôtes du Comité municipal révolutionnaire ». Le couple a trois enfants, trois filles, Ying, Yan et Xiuli, la narratrice, née dans les années soixante. Xiuli a cinq ans lorsque son père meurt, à la guerre ou, qui sait, dans un « accident ».

Un généreux « parrain » offre régulièrement des poupées à la petite Xiuli. Au fil des ans, Xiuli va comprendre que ce « parrain », le général Sushun, gouverneur militaire de la ville, est en réalité son père biologique et qu’elle a un demi-frère, Xiong. Dès lors, en grandissant, elle cherchera à connaître son autre famille.

C’est alors qu’elle atteint « l’âge de l’entendement » que Xiuli a un premier contact avec le judaïsme. « Dans la rue, je tombais parfois sur une vieille femme…On l’appelait ‘la Juive’. J’ignorais ce qu’était une ‘Juive’. Il se disait que certains avaient vécu dans la ville autrefois ». En effet, une vingtaine d’années auparavant, quelque dix mille Juifs vivaient à Harbin. C’est ce que « la Juive » racontera à Xiuli, le temps où une communauté juive vivante et active résidait dans la ville  avant que les familles choisissent de gagner qui l’Amérique, qui Israël.

Á la mort de sa mère, qui succombe à une embolie foudroyante, Xiuli se rapproche d’un voisin, Jiang Dahai. Mais, tourner la page s’avérera difficile. Les deux sœurs de la narratrice vont se marier après la mort de leur mère et pousseront Xiuli à épouser Wei, un musicien. Hélas, le premier flûtiste de l’orchestre symphonique, se révélera volage.

C’est dans la seconde partie de l’ouvrage que Xiuli rencontre à nouveau le judaïsme sous la forme d’un ami et client de Jiang : David, originaire de Bruxelles. Sa mère, Sarah, venait d’Odessa et sa grand-mère, Galia, vécut à Harbin.

Premiers baisers. Un amour est né. Une nouvelle vie commence. Très original et très sympathique.

 

 

Jean-Pierre Allali

 

(*) Éditions Michel de Maule. Avril 2016. 264 pages. 20 €.

(1) Éditions Michel de Maule, 2014. Voir notre recension dans la Newsletter du 31-12-2014.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.